Accueil » Social » Claude Reichman, « Nous voulons la liberté de la protection sociale parce qu’elle existe dans les textes »
Claude Reichman, « Nous voulons la liberté de la protection sociale parce qu’elle existe dans les textes »

Claude Reichman, « Nous voulons la liberté de la protection sociale parce qu’elle existe dans les textes »

08/05/2015 – 16h50 Montpellier (Lengadoc-info.com) – Le 25 avril dernier, le Mouvement des Libérés de la Sécurité sociale organisait une réunion d’information sur le droit des indépendants de quitter la « sécu », notamment depuis les directives européennes de 1992 mettant ainsi fin à un monopole. Lengadoc Info est allé à la rencontre de Claude Reichman, président du Mouvement pour la Liberté de la protection Sociale.

Claude Reichman, vous proposez de sortir du système du RSI, pouvez-vous nous présenter votre cheval de bataille ?

Nous voulons informer les gens de la véritable situation de leurs droits. Nous ne prêchons pas, nous leur exposons la vérité, celle des textes de loi, on n’invente rien. Les gens décident ce qu’ils veulent après. Nous sommes là pour dire la vérité, ce que ni le gouvernement ni les médias du système ne font.

Notre travail depuis plus de vingt ans a été d’expliquer aux gens comment nous sommes arrivées à une situation où la France est à la fois entrée en Europe, ce qui implique des conséquences importantes, et en même temps refuse de tirer les conséquences de ce choix. La France veut à la fois conserver ce qui a été sa situation pendant plusieurs décennies et la nouvelle situation qu’elle a choisie.

Sortir du schéma classique et imposé en France, cela doit être compliqué ?

C’est d’une très grande simplicité. Si je vous demande si vous êtes satisfait par votre assurance automobile et que vous me dites non alors naturellement je vous inviterais à en changer. Nous sommes exactement dans le même cas, il y a des assurances, l’assurance maladie, l’assurance vieillesse, qui ne donnent pas satisfaction aux Français, nous nous leurs disons simplement qu’ils ont la possibilité de changer d’assurance. C’est extrêmement simple.

On a fait tout un battage autour de la sécurité sociale qui consistait à dire que c’était quelque chose d’extraordinaire et que ça n’a rien à voir avec tout le reste. Mais si, c’est une assurance qui était monopolistique jusqu’en 1992 et donc les Français ont la possibilité d’en changer.

Qu’est-ce qui vous a donné l’idée de mener ce combat ?

C’est une idée que j’ai depuis très longtemps, lorsque j’ai commencé ma carrière médicale et que j’ai vu une feuille de sécurité sociale s’ingérer entre le patient et moi et que nous étions désormais trois et qu’il y en avait un de trop. A partir du moment où l’assurance entend s’ingérer dans votre activité professionnelle, dans votre relation avec le patient, c’est un comportement qui n’est pas acceptable, c’est un comportement totalitaire et d’ailleurs c’est un comportement communiste. Il ne faut pas l’oublier, la sécurité sociale est une invention communiste. Elle a été instituée en 1945 par le parti communiste et depuis elle a fait de la France une société communiste.

Cela fait une vingtaine d’années que vous avez initié ce combat, aujourd’hui vous faites régulièrement des réunions avec plusieurs centaines de personnes dans toute la France, comment voyez-vous l’avenir ?

On est partis de rien et on arrive à quelque chose de très important. Quand vous avez des centaines de personnes qui viennent à vos réunions, c’est un succès considérable. Nos rangs se sont considérablement renforcés ces dernières années notamment à cause de la crise. Les gens ne supportent plus le système de sécurité sociale, non pas pour des raisons idéologiques mais pour des raisons matérielles, ils n’arrivent plus à payer. Ces gens sont à la recherche de solutions et nous nous leur apportons la solution qui existe, c’est-à-dire, celle de l’État. Ça peut paraître étrange de dire ça, on pense généralement que nous sommes contre l’État, c’est faux. Nous sommes contre ceux qui au sein de l’État disent qu’on a pas le droit de faire ça alors que ce sont eux-mêmes qui ont fait voter ces textes. Nous voulons l’application de ce que l’État a décidé, nous voulons la liberté de la protection sociale parce qu’elle existe dans les textes.

Quel conseil donneriez-vous aujourd’hui à l’État, quel que soit le parti politique au pouvoir ?

Le conseil que je donnerais à l’État c’est de ne pas trop dépenser. Il faut arrêter de dépenser mais ça l’État ne sait pas le faire parce qu’il a trop de clients, de gens qui dépendent de lui.

Photos : DR

Lengadoc-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

4 commentaires

  1.  » il y a des assurances, l’assurance maladie, l’assurance vieillesse, qui ne donnent pas satisfaction aux Français, nous nous leurs disons simplement qu’ils ont la possibilité de changer d’assurance. C’est extrêmement simple. »…..

    Etonnant !! Pourtant aucun juge ne donne raison à ceux qui quittent la sécu …

    Cela me rappelle quand Reichman criait haut et fort que la victoire juridique contre le RSI était total … juste avant que le couple Mantrant se fasse rétamer à la Cours d’Appel de Limoges … il est vrai que le MLPS tentait à l’époque de faire passer cette affaire comme une victoire du MLPS (alors que le couple Mantrant a publié sur sa page un démenti farouche) …
    et que le Mouvement des Libérés faisait passer cette défaite pour l’accomplissement de l’incompétence et la trahison de l’avocat du couple…

    Quel manque de sérieux … Franchement, papy devrait prendre sa retraite…

  2. Chère Mr Jacob, vous n’avez pas bien lu le jugement de Limoge. Le juge a simplement reconnu que le RSI n’est pas inscript au registre des mutuelles et donc que celui ci doit être dissous immédiatement. A force de mensonges et de combines, les juges eux même s’emmêlent les pinceaux. La Loi est très claire. Nous sommes libres.

  3. Jacob, aujourd’hui le rsi n à toujours pas explique quel était son statut juridique, et n à juridiquement pas le droit d exercer la fonction d assurance. Renseigne toi avant de dire n importe quoi, le couple mantrant n était pas liberes de la sécu mais refusait juste de payer le rsi ce qui est illégal en France. Les liberes eux, s assurent ailleurs.

    Le jugement de limoges n est en aucun cas une victoire du rsi car il n apporte aucune réponse au problème. Il ne répond à aucune question, n apporte aucune réponse..

    Par contre on peut se demander pourquoi l état ou le rsi n attaque pas amariz qui assure plus de 30 000 français… Et justement pourquoi amariz (qui appartient au grand groupe d aSsurance Lloyd) fait de l assurance au premier euro pour la France si cela est illégal? Peut être car il faudrait sortir de son tribunal administratif de la sécu…pourquoi AXA ou même le rsi font de l assurance au premier euro pour les étrangers qui viennent travailler en France.

    Si sa marche dans un sens, sa doit marcher dans l autre non?

    Arrête de dire n importe quoi et commence par lire les textes, à te renseigner et à analyser par toi même plutôt Que de lire le bandeau de bfm Tv

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*