Accueil » Environnement » Passage en zone humide de la Petite Camargue, les agriculteurs et les élus FN en colère
Passage en zone humide de la Petite Camargue, les agriculteurs et les élus FN en colère

Passage en zone humide de la Petite Camargue, les agriculteurs et les élus FN en colère

20/08/2015 – 18h30 Nîmes (Lengadoc-info.com) – Le nouveau Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) basé sur les directives européennes ne fait pas l’unanimité en Petite Camargue.

Les syndicalistes de la FDSEA, des Jeunes Agriculteurs et de la Confédération Paysanne se sont réunis dernièrement pour contester le nouveau SAGE qui pourrait être mis en application dès 2016. Ce qui est en cause c’est essentiellement la priorité donnée aux zones humides. Les agriculteurs reprochent au SAGE de favoriser les zones humides au dépend des zones agricoles ce qui met en péril leur activité professionnelle. En tout c’est 50 000 hectares qui sont concernés dont 37 000 hectares actuellement cultivés, du Grau-du-Roi à Beaucaire.

Autre problème, les agriculteurs craignent que le passage de zones agricoles en zone humide les contraigne à demander l’autorisation de cultiver ces terres mais également de devoir payer l’eau douce absolument nécessaire au dessalage des terres camarguaises. De telles contraintes impacteraient sur le chiffre d’affaire des agriculteurs qui auront du mal à maintenir leur activité sur ce territoire. Un danger qui pourrait transformer la Petite Camargue en « désert salé » d’après Philippe Cavalier, membre de la Chambre d’Agriculture du Gard.

Enfin, les agriculteurs reprochent également que la commission locale de l’Eau, en charge de la mise en œuvre du SAGE, soit peu représentative du monde agricole. Pour Jacques Ramain, membre de la Chambre d’Agriculture du Gard, seuls quatre agriculteurs siègent à cette commission sur quarante membres.

Pour l’instant et malgré leur appel, les agriculteurs ont eu peu de soutien de la part des élus à l’exception du député Gilbert Collard et des conseillers départementaux FN-RBM Béatrice Pruvot et Nicolas Meizonnet. Philippe Cavalier et les élus FN-RBM se sont d’ailleurs rencontrés ce samedi 15 août pour discuter de cette problématique.  

Photos : DR

Lengadoc-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

Un commentaire

  1. est-ce que ça veut dire que la « favorite » de MACRON la tueuse MARÌA-SARÀ, pardon MOSSIEU LO PRESIDENT

    MACRON ou mieux EL SEÑOR MACRÒN ( ignare de nos traditions occitanes authentiques ) pourra,elle, sans

    vergogne y installer ses toros dégénérés comme EL SEÑOR MARGE ( sur le conservatoire du littoral dans l’AUDE )

    piétinant non seulement la faune et la flore dans ces zones fragiles mais aussi notre culture occitane,faisant de

    toute notre OCCITANIE ,au nom de LEUR IMPOSTURE CULTURELLE , l’antichambre de l’ESPAGNE ?

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*