Accueil » Politique » Hérault. Gilles Ardinat (FN) dernière digue face au tsunami Macron sur la 5e circonscription
Hérault. Gilles Ardinat (FN) dernière digue face au tsunami Macron sur la 5e circonscription
Crédit : Lengadoc Info

Hérault. Gilles Ardinat (FN) dernière digue face au tsunami Macron sur la 5e circonscription

16/06/2017 – 14h30 Saint-Pons-de-Thomières (Lengadoc Info) – Sur le secteur de Saint-Pons-de-Thomières, Bédarieux et Clermont-l’Hérault, il y aura, comme dans 6 autres circonscriptions de l’Hérault, un duel entre « La République en Marche! » (LREM) et le Front National avec Gilles Ardinat. Sur ce territoire rural (nord-ouest du département), la dynamique Macron a joué à plein. Le candidat marcheur, Philippe Huppé (59 ans), est maire de la commune d’Adissan (1100 habitants). Largement battu en 2015 aux départementales (avec seulement 6.3% des voix), responsable local d’un parti groupusculaire (la parti radical valoisien, membre de l’UDI), M. Huppé était il y a quelques mois encore un élu local discret et inconnu de la plupart des électeurs. Mais, comme tous les « marcheurs », son investiture l’a transformé en grand favori pour la députation. Notons que M. Huppé, ancien juppéiste, avait pris ses distances avec Les Républicains lorsque les affaires autour de Pénélope Fillon ont commencé. A l’époque M. Huppé était pressenti pour être le candidat LR/UDI. Un changement d’étiquette opportun pour cet élu centriste. 

Face à lui, le Front National a investi Gilles Ardinat (40 ans), professeur agrégé d’histoire-géographie au lycée Jean Moulin de Béziers. Notons que l’épouse de M. Huppé est enseignante dans ce fameux lycée qui semble devoir polariser toute la vie politique de l’ouest-Hérault. M. Ardinat a été désigné il y a près d’un an par Gérard Prato (Secrétaire départemental du FN34) pour structurer la vie militante de cette vaste circonscription (141 communes). M. Ardinat, par ailleurs conseiller régional Occitanie, y a multiplié les actions en s’appuyant sur Georges Boudier, militant FN très actif sur le secteur de Magalas, et Alaxandre Gesp, conseiller municipal à Bédarieux et suppléant pour cette élection législative. 

Gilles Ardinat / Philippe Huppé : une opposition idéologique fondamentale 

Ce duel de 2e tour a le mérite d’être très tranché du point de vue des idées. En effet ces candidats représentent deux courants radicalement opposés avec deux parcours parallèles. Chacun a étudié et enseigné à l’Université de Montpellier (à la faculté de droit pour M. Huppé ; à Paul Valéry pour M. Ardinat). Les deux candidats ont par ailleurs publié des ouvrages où les considérations historiques et politiques sont très présentes. Ils sont tous deux élu local sur le département. 

Philippe Huppé est un européiste et un atlantiste assumé. Son parti « radical valoisien » regroupe essentiellement des notables de province autour d’une philosophie libérale et laïciste. Contrairement à beaucoup de candidats « En Marche! » totalement incompétents, M. Huppé est un élu structuré et documenté. Il a en face de lui un adversaire tout aussi solide. Gilles Ardinat, militant de « La Manif’ pour Tous » recruté au FN par Louis Aliot, défend une philosophie conservatrice et identitaire. Depuis son passage à Debout La France (parti gaulliste de Nicolas Dupont Aignan), il plaide pour une union des droites souverainistes. Antilibéral et antimondialiste revendiqué, il incarne donc un anti-macronisme sans ambiguïté. 

Dimanche 18 juin, Philippe Huppé (28,5% au 1er tour) part largement favori face à Gilles Ardinat (22%), les 13% de la candidate PS constituant une bonne réserve de voix pour LREM. Il est probable qu’une majorité des 10.5% d’électeurs LR se reportera sur la candidature de Gilles Ardinat, dont le profil (ex-DLF et LMPT) est apprécié à droite. L’électorat « France insoumise » (17%) se répartira entre l’abstention et le vote « barrage » en faveur de M. Huppé. Selon la mobilisation et l’attitude des mélenchonistes, une surprise reste envisageable. Quelle que soit l’issue du scrutin, Gilles Ardinat, outsider face à la vague Macron, semble, avec ses collègues du Front National, la seule opposition dans l’Hérault. En effet, LR ne s’est qualifié au 2e tour dans aucune des 9 circonscriptions. Beaucoup de cadres locaux « Les Républicains » ont appelé plus ou moins ouvertement à soutenir Emmanuel Macron. Ce duel Huppé-Ardinat semble bien annoncer une reconfiguration de la vie politique locale : un pôle libéral post-national autour de LREM face à la droite populaire et patriote d’un FN en pleine mutation.

Photos : Lengadoc Info

Lengadoc-info.com, 2017, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*