Accueil » International » Deir Ez-Zor. Le siège sur l’aéroport enfin levé
Deir Ez-Zor. Le siège sur l’aéroport enfin levé

Deir Ez-Zor. Le siège sur l’aéroport enfin levé

11/09/2017 – 18h00 Syrie (Lengadoc Info) – Point de situation numéro 39 – C’est une victoire importante que viennent de remporter l’Armée Arabe Syrienne et ses soutiens à Deir Ez-Zor. Après la libération de la première enclave à l’ouest, c’est au tour de l’aéroport militaire de voir son état de siège levé. Aéroport qui va rapidement devenir une base d’envol majeure pour les forces aériennes syriennes et, pourquoi pas, russes…

Levée du siège sur l’aéroport

Le 5 septembre 2017 les forces armées syriennes ont fait leur jonction au nord-ouest de la base de la 137ème Brigade. Mettant ainsi fin à un siège de plus de 3 ans. Il y a neuf mois environ, une offensive lancée par l’État Islamique avait coupé la poche de Deir Ez-Zor en deux. Séparant l’aéroport militaire de la partie ouest par un couloir situé sur la zone du cimetière de la ville. Cet assaut jihadiste victorieux avait été rendu possible par le bombardement soit-disant accidentel des troupes loyalistes par la coalition internationale sur les monts Thardeh.

La levée du siège sur l’aéroport a donc eu lieu ce 9 septembre 2017. Trois axes ont été développés. C’est par la zone du cimetière qu’a eu lieu la jonction officielle entre les troupes de l’ouest fraîchement libéré et celles de l’aéroport. Le deuxième axe de progression passait par l’autoroute M20 en direction de l’ouest. Les villes de Kabajib et d’Al Shulah enfin libérées, c’est toute l’autoroute reliant Deir Ez-Zor à Palmyre et au delà à la partie occidentale de la Syrie qui est libre de toute présence jihadiste. Le troisième axe d’effort provenait du sud-ouest, à partir du champ de pétrole de Tayyem.

Quid de l’après Deir Ez-Zor ?

Les abords Ouest et Sud-Ouest de Deir Ez-Zor sont désormais pacifiés. L’objectif des troupes armées syriennes va sans doute être la libération des quelques quartiers de la ville encore aux mains de l’Etat Islamique. Comme nous l’avions indiqué précédemment, il reste une très grande zone située le long de l’Euphrate au nord-ouest de Deir Ez-Zor encore aux mains de l’Etat Islamique. Le point central de cette zone étant la ville de Ma’adan. Une offensive en tenaille le long de l’axe routier qui longe l’Euphrate, complétée par une pression depuis le désert au sud-ouest devrait avoir raison de cette poche de résistance. D’autant plus que l’Euphrate agit comme un obstacle naturel empêchant toute possibilité de manœuvre pour les combattants jihadistes.

Velléités américaines au nord de l’Euphrate

Le scénario que nous venons d’esquisser risque fortement d’être perturbé par la volonté américaine dans la région. En effet, les Forces Démocratiques Syriennes viennent de lancer une opération de libération en direction de Deir Ez-Zor depuis le nord. Le lancement de cette opération suit exactement les récentes victoires de l’Armée Arabe Syrienne au sud de l’Euphrate. Les Forces Démocratiques Syriennes à dominante kurde sont un pur instrument des États-Unis malgré l’orientation marxiste-léniniste de son noyau dur constitué par le Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK).

Il semble que le gouvernement américain ne souhaite pas que son homologue syrien récupère son territoire situé au nord de l’Euphrate. L’objectif visé par cette interdiction est d’empêcher la Syrie de Bachar El-Assad d’effectuer la jonction avec ses alliés constitués par les Unités de Mobilisation Populaire situés en Irak. Le leitmotiv américain dans cette partie du Moyen Orient est de contrer toute influence chiite iranienne.

Rappelons que les Forces Démocratiques Syriennes sont fortement occupées par la libération de Raqqah. Seront-elles capables d’ouvrir ce second front, malgré le soutien massif de la Coalition Internationale? L’Armée Arabe Syrienne possède-t-elle les capacités numériques pour effectuer le franchissement de l’Euphrate, y établir une tête de pont et développer une offensive alors que la rive sud n’est pas sécurisée? Nous pouvons répondre par l’affirmative à cette seconde question puisque des moyens de franchissement nautiques ont été acheminés à Deir Ez-Zor. Il n’est pas exclu l’utilisation d’opérations aéroportées, la mission sur Al Kawn à la mi-août n’étant qu’une première.

C’est une course contre la montre qui se joue désormais entre les kurdes et l’armée syrienne. Avec comme élément perturbateur, l’imprévisible État Islamique.

Deir Ez-Zor

Deir Ez-Zor

Martial Roudier

Photos : DR

Lengadoc-info.com, 2017, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

2 commentaires

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*