Accueil » Politique » Montpellier. Le CETA dans le collimateur des eurodéputés de l’Europe des Nations et des Libertés
Montpellier. Le CETA dans le collimateur des eurodéputés de l’Europe des Nations et des Libertés

Montpellier. Le CETA dans le collimateur des eurodéputés de l’Europe des Nations et des Libertés

26/09/2017 – 18h15 Montpellier (Lengadoc-info.com) – L’accord de libre échange entre l’Union Européenne et le Canada est entré en vigueur ce jeudi 21 septembre. A l’occasion de leur passage à Montpellier, deux eurodéputées du groupe Europe des Nations et des Libertés (ENL), sont revenues sur la dérive ultra-libérale que prend actuellement l’Union Européenne.

CETA, travailleurs détachés, espace Schengen, deux eurodéputées font le point

Ce lundi 25 septembre, la fédération du Front National de l’Hérault a reçu deux députées européennes du groupe Europe des Nations et des Libertés, Joëlle Mélin et Mylène Troszczinsk. A cette occasion, elles ont exposé aux participants le bilan de leur travail et les perspectives de l’avenir de l’Union Européenne.

« C’est un avenir peu enviable que nous concocte l’Europe à travers ses directives sur les travailleurs détachés, la suppression de la monnaie papier et pièces, l’ouverture du numérique destinée à planifier la création de consommateurs formatés, l’élargissement de l’espace Schengen. »

Le CETA mis en place ces derniers jours n’est pas non plus une perspective réjouissante pour Joëlle Mélin et Mylène Troszczinsk puisque qu’il représente, selon elles, « l’ouverture au traité transatlantique et donc à une hégémonie économique sur l’UE ».

Joëlle Mélin a en outre fait part de l’inadéquation en France entre les offres d’emploi non abouties, et le nombre de demandeurs d’emploi non satisfait, dans un même secteur d’activité.

Le CETA, une attaque ultra-libérale contre les nations ?

A travers la mise en application du CETA, l’Union Européenne franchit un cap dans sa politique ultra-libérale. Ce premier accord de libre-échange laisse à penser que d’autres vont suivre, à commencer par le traité transatlantique entre l’Union Européenne et les États-Unis.

Ce type de traités de libre-échange sont accueillis de manière très sceptique par une partie de la population européenne. Au-delà de l’abolition des tarifs douaniers, ces traités font craindre une attaque contre les normes de production et de consommation en Europe.

De plus, les États pourront désormais être attaqués par des entreprises privées si les décisions politiques vont à l’encontre des intérêts économiques de ces firmes.

Photos : DR

Lengadoc-info.com, 2017, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*