Accueil » Environnement » BoCal, un guide pour consommer mieux et localement créé par la Métropole de Montpellier
BoCal, un guide pour consommer mieux et localement créé par la Métropole de Montpellier

BoCal, un guide pour consommer mieux et localement créé par la Métropole de Montpellier

24/10/2017 – 19h20 Montpellier (Lengadoc-info.com) – Depuis quelques jours, la Métropole de Montpellier en partenariat avec la Communauté de Communes du Grand Pic Saint Loup et l’Agglomération du Pays de l’Or, a mis en place le BoCal, un guide pour favoriser la consommation de produits locaux.

BoCal, le guide du bon et du local dans la région de Montpellier

La Métropole de Montpellier se lance dans la promotion d’une alimentation plus saine et locale en lançant, il y a quelques jours, un site internet et un guide appelé BoCal, qui vient de « bon et local ». Ce dispositif a pour objectif de répertorier tous les magasins, points de vente et marchés de produits alimentaires sains et/ou locaux.

On peut donc retrouver sur le site internet, une carte interactive avec toutes les bonnes adresses à connaître sur Montpellier et les communes voisines. On retrouve également un agenda avec tous les événements liés à la promotion d’une consommation alimentaire plus saine et locale. Enfin, BoCal propose aussi de découvrir des recettes de cuisine.

Montpellier veut mettre en avant l’agro-écologie

La mise en place du guide BoCal est une des conséquences du Pacte de Politique Alimentaire signé en 2015 par Philippe Saurel à Milan. Un texte qui « a pour ambition de promouvoir les bonnes pratiques alimentaires dans nos territoires ». Sur les 142 collectivités qui ont signé ce pacte, seulement huit sont françaises.

Pour Montpellier Méditerranée Métropole, cette démarche repose sur cinq objectifs :

  • Offrir une alimentation saine et locale au plus grand nombre.

  • Soutenir l’économie et l’emploi agricoles et agroalimentaires.

  • Préserver le patrimoine paysager et les ressources naturelles.

  • Limiter les émissions de gaz à effet de serre et s’adapter face au changement climatique.

  • Favoriser la cohésion sociale, en soignant le lien avec la nature, les liens entre ville et campagne.

Malgré 2/3 de son territoire composé de surfaces agricoles ou naturelles, la métropole de Montpellier est néanmoins consciente que l’autosuffisance alimentaire semble irréalisable :

« 20 % des produits consommés sont quasiment non productibles chez nous (le café, le thé, les fruits tropicaux) et que la rareté des terres, la forte présence viticole et les contraintes du climat, ne nous permettent pas d’envisager une diversification totale. Ce qui n’empêche pas de gagner en qualité et en diversité sur la production existante ou de réfléchir à celles qui seraient adaptées au territoire ».  

Photos : DR

Lengadoc-info.com, 2017, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*