Accueil » Politique » Catalogne.Le soutien de Robert Ménard aux Catalans critiqué par les uns, applaudi par les autres
Catalogne.Le soutien de Robert Ménard aux Catalans critiqué par les uns, applaudi par les autres
Crédit : Lengadoc Info

Catalogne.Le soutien de Robert Ménard aux Catalans critiqué par les uns, applaudi par les autres

02/11/2017 – 16h40 Béziers (Lengadoc-info.com) – Le maire de Béziers a désormais franchi le Rubicon, ou plutôt le col du Perthus, ce dimanche 29 octobre. Dans une interview sur Boulevard Voltaire, Robert Ménard a déclaré qu’il soutenait le combat des indépendantistes catalans au nom du droit des peuples à disposer d’eux mêmes. Une prise de position qui en a surpris plus d’un.

« Vive la Catalogne libre ! »

Robert Ménard a donc annoncé qu’il soutenait les indépendantistes catalans. Il a rappelé que l’on ne pouvait pas applaudir le général De Gaulle lorsqu’il déclarait « Vive le Québec libre » et ne pas en faire de même pour la Catalogne aujourd’hui.

« Aujourd’hui, dans les rues pavoisées de Barcelone, un peuple ne réclame, ni plus ni moins, que ce droit à disposer de lui-même, ce droit à l’autodétermination, inscrit dans l’article 1er de la Charte des Nations unies. »

Robert Ménard a également précisé qu’il existait bel et bien un « peuple catalan » comme il existe « un peuple français, un peuple corse, un peuple espagnol ».

Rebondissant sur la situation en Corse [Depuis les dernières élections régionales, l’Ile de Beauté est dirigée par les nationalistes corses], le maire de Béziers ne voit « pas au nom de quoi » il s’opposerait « à une volonté majoritaire si elle devait, demain, s’exprimer – à l’issue d’un processus démocratique, bien évidemment – en Corse ».

Les propos de Robert Ménard sur la Catalogne divisent la droite patriote française

La prise de position de Robert Ménard ne fait pas l’unanimité dans son propre camp politique. Plusieurs voix ont critiqué très durement ce soutien, à commencer par Florian Philippot qui a présenté le maire de Béziers comme un « ultra-européiste et un ultra-libéral » qui n’était « pas patriote ».

L’éditorialiste toulousain, Gabriel Robin, très actif sur Boulevard Voltaire pendant des années, s’en est également pris à Robert Ménard dans le magazine L’Incorrect, en écrivant que « les propos de Robert Ménard […] trahissent tant une profonde méconnaissance de la situation dans sa pleine complexité […] qu’une soumission profonde aux totems et aux tabous de l’époque, à cette dictature de l’émotion et de l’instant, à ces mirages populaciers qu’on prend trompeusement pour de grandes aventures populaires. »

Du côté des républicains jacobins de Riposte Laïque, c’est l’écrivain Manuel Gomez qui s’y colle : « Vous [Robert Ménard] avez rejoint « Les amoureux de la France », c’est bien, mais il est regrettable que vous ne soyez pas également « Amoureux de l’Espagne » !

En revanche, le maire de Béziers peut compter sur le soutien des identitaires de la Ligue du Midi, qui, dans un communiqué, ont adressé leurs félicitations à Robert Ménard pour sa prise de position : «  Bravo pour avoir rappelé, sur Boulevard Voltaire, au sujet de la Catalogne, le concept du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Il faut savoir parfois ne pas avoir peur de nager à contre-courant ».

Photos : Lengadoc Info

Lengadoc-info.com, 2017, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

12 commentaires

  1. Nous sommes en 2017 et nous voyons encore au sein de l’Europe un pouvoir central emprisonner des opposants politiques pacifiques et un parlement Européen qui très courageusement se tait lorsqu’il donne habituellement des leçons de démocratie au monde.
    L’Europe des identités Européennes, des peuples, est en marche contre un système à l’agonie qui dirige, impose, interdit … lorsqu’il devrait servir.
    Sans doute que les peuples d’Europe attendent autre chose de l’union, que ça.
    Il souffle comme un esprit de résistance, une volonté de liberté et d’aller ensemble vers autre chose qu’un espèce d’espace sans âme, livré aux plus offrants et destiné à la soumission.
    La question n’est pas d’être contre l’Espagne ou contre la Catalogne mais d’être pour le respect des identités et refonder l’Europe.

    • Mais Monsieur qu’avez vous contre les Etats qui a chacun ont forgée leur identité nationale au travers des evements de leur histoire ? Et que ferez vous des quirielles de peuples autonomes contre la puissance prédatrice des englobe saxons ? Seul un état fort peu le faire en coopération avec d’autres Etats. Regardez l’exemple de la Russie, allié de la Chine de l’Iran et du Venezuela. La France, l’Italie, l’Espagne unies entre autres, peuvent lutter ensemble contre ces prédateurs! Robert Ménard, ancien fondateur de Reporter sans frontières, ONG de Georges Soros, qui met en avant ce fumeux article de l’ONU du droit des peuples à disposer d’eux même pour éclater les nations. Je vous signale que grâce à Trump’qui à stoppé le projet en sous main de la CIA d’autonomie de la Catalogne, qui s’il avait été conduit à son terme, aurait amené la Catalogne à annexer une partie du territoire Français, l’Andorre et une partie de la Sardaigne

  2. Si tous les comtés d’Espagne (et de France) réclamaient et obtenaient leur indépendance … on aurait une macédoine de micros états. Le royaume d’Aragon, qui incluait le comté catalan, a su rejoindre le royaume de Castille, Leon, Galice … pour avoir l’Espagne et pouvoir vaincre l’envahisseur maure en 1492. Il n’y a jamais eu d’Etat catalan, sauf dans les rêves des indépendantistes, souvent à gauche, actuels … Cela n’empêche pas qu’il y ait une forte identité catalane (avec une langue et une culture) que l’Etat espagnol a reconnu en accordant une large autonomie.

  3. La catalogne a le droit de décider démocratiquement de son avenir politique

  4. Moi aussi je crie haut et fort Vive la Catalogne! ceci s’est fait en démocratie ou en oligarchie?! c’est tout de même curieux que l’on accorde pas le vote en MASSE des catalans! où allons-nous!

  5. La catalogne c’est la  » cata »

    Le projet indépendantiste de la catalogne, est un projet contre nature, négatif . Il vise a construire un projet  » Nous contre eux » en coupant la société catalane de ses attaches hispaniques.Ils veulent extirper la part hispanique d’eux-mêmes. Leur fuite en avant ne traduit pas un projet positif, mais un dessein éradicateur.

    C.C

  6. Ce que Ménard semble ignorer, c’est que les Catalans sont très nombreux à ne désirer en rien cette indépendance qui n’a aucune justification historique ! Ces Catalans-là, comme toujours les gens de bien, ne sont descendus dans la rue que lorsqu’ils y ont été contraintes et forcés par la décision totalitaire de Puigdemont.
    S’agit-il du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes ou bien du droit de la rue face à l’Etat de droit ? On peut aller très loin avec cela !

  7. Robert MENARD , que j’apprécie beaucoup , ne voit pas qu’en fait d’indépendance , c’est l’ultra gauche qui sème le bordel ( comme toujours) et qui a trouvé à cette occasion un moyen de déstabiliser la Nation Espagnole.
    Le pauvre PUIGDEMONT n’ est que leur marionnette. Une CATALOGNE indépendante n’est en aucun cas viable .

  8. le pseudo référendum était une mascarade;avec une minorité 25 %des inscrits de plus contraire à la constitution massivement adoptée par le peuple Espagnol y compris Catalans !c’est cela le coup de force ;prenez exemple sur la France pour ses depts Algériens en 62 ! d’abord consultation de tous le peuple Français pour adopter leur autodétermination ,puis après consultation de la population locale de la province; Une réforme de la constitution Espagnole est indispensable ;Rajoy et le Roi n’y peuvent rien sauf à se renier avec tous le peuple Espagnol ;Catalans inclus qui incrédule de la farce indépendantiste se sont réveillés
    les prochaines eléctions et sur quels programmes ?(malheureusement pas référendaires)le démontrerons !
    Quant aux suites judiciaires indépendantes du pouvoir comme pour l’Algérie une large amnistie royale y pourvoira Mais Ménard se trompe pas de FLN en Catalogne !la paella est trop bonne !

  9. Je lis avec délectation les avis des moralisateurs qui emboîtent le pas médiatique sans discernement aucun.
    Qu’ont-ils dit lorsque la Tchécoslovaquie devint Tchéquie et Slovaquie ?
    Qu’ont-ils dit lorsque la Yougoslavie devint Slovénie, Serbie, Croatie, Macédoine, Monténégro, Bosnie-Herzégovine, Kossovo ?
    Qu’ont-ils dit lorsque la Russie éclata ?
    Rien ! Rien du tout ! Absolument rien… parce que les intérêts politico-commerciaux étaient plus puissants et séduisants que les identités culturelles ou ethniques…
    Arrêtez s’il vous plaît de donner des leçons alors que vous appliquez les préceptes moyenâgeux ou du XVIIe :
    « selon que vous serez puissants ou misérables les jugements de cour vous rendront blanc ou noir »…
    Ne vaudrait-il pas mieux balayer devant notre porte que devant celle de nos voisins ?

  10. La Catalogne aspire à former son propre état : c’est son droit. Mais le référendum du début septembre n’est pas significatif, dans la mesure où, les bureaux de vote ayant été perturbés par la police espagnol, beaucoup de catalans du sud ne sont pas allé voter. On comprend mal le gouvernement de M. Rajoy : il aurait laisser se dérouler ce référendum dans des conditions normales, il n’est pas du tout sûr que le « oui à l’indépendance » l’aurait emporté.
    D’autre part, si l’on réfléchi : les grands états actuels d’Europe, dont la France, l’Espagne, la Belgique, la Grande Bretagne, sont le fruit justement d’une certaine division de l’Europe qui a connu son parroxisme au XIXe siècle. Qu’était l’Europe au haut moyen-âge ? Une sorte de mosaïque de peuples mais qui trouvait une certaine unité grâce à la Chrétienté entre autre. Ne serait-il pas plus judicieux aujourd’hui de se diriger vers une Europe de petits états fédérés, afin de former une fédération européenne puissante, ne dépendant d’aucun autre continent ? Un tel état fédéral serait alors la plus grande puissance mondiale, et respecterait la personnalité et les coutumes de ses différents peuples. Il faut également considérer qu’il ne reste pas beaucoup de pays aspirant à l’indépendance : la Catalogne, le Pays Basque, la Bretagne, les Flandres, l’Ecosse, le Pays de Galles, la Corse, la Sardaigne, la Padanie, la Bavière. Je n’en vois pas beaucoup d’autres : les Tchèques, les Hongrois, les Norvégiens et beaucoup d’autres ont déjà acquis leur indépendance alors qu’ils étaient jadis assujettis à un grand empire. Alors, comme le disait Yann Foueré, vie l’Europe aux cent drapeaux, fédérale et puissante !

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*