Accueil » Politique » Occitanie. Le Front National se mobilise contre « l’écriture inclusive » au Conseil Régional
Occitanie. Le Front National se mobilise contre « l’écriture inclusive » au Conseil Régional
Le conseiller régional Gilles Ardinat (FN) dénonce l'utilisation de l'écriture inclusive par la région Occitanie.

Occitanie. Le Front National se mobilise contre « l’écriture inclusive » au Conseil Régional

06/11/2017 – 08h00 Montpellier (Lengadoc-info.com) – Vendredi 3 novembre, s’est tenue une assemblée plénière du Conseil régional au parc des expositions de Pérols (Hérault). A cette occasion, les élus ont vivement débattu d’un rapport consacré à l’égalité hommes/femmes. Carole Delga et sa majorité (gauche/extrême-gauche) communiquent énormément sur ce thème particulièrement polémique, notamment concernant l’usage de l’écriture dite « inclusive ». 

Cette écriture consiste à modifier la langue française accusée de sexisme (par exemple en écrivant « lycéen.ne.s » plutôt que lycéens). Les partisans (partisan.e.s ?) de cette écriture plaident pour une réforme de la grammaire au service de « l’égalité des genres ». L’abolition de la règle d’accord où « le masculin l’emporte sur le féminin » est réclamée. Cette écriture « inclusive » a été sévèrement condamnée par l’Académie française et l’actuel ministre de l’Éducation nationale. 

écriture inclusive

Exemple de la propagande du Conseil régional à destination des jeunes (oct/nov. 2017)

Le Front National, par la voix de Gilles Ardinat, a interpellé Carole Delga sur ce sujet. Professeur en lycée à Béziers et proche de La Manif Pour Tous (LMPT), Gilles Ardinat avait d’ailleurs publié cet été une tribune sur ce thème. Lors de son intervention au Conseil régional, il a fustigé « une escroquerie politique qui n’améliore aucunement le sort des femmes » et « une menace sur le patrimoine linguistique national ». Plus tard dans la journée, Julien Sanchez, président du groupe FN Occitanie et maire de Beaucaire, a confirmé l’hostilité de son parti à cette nouvelle écriture. 

Face aux demandes du FN, Carole Delga est restée inflexible. Elle a balayé d’un revers de la main les préconisations de l’Académie française et a réaffirmé son attachement à l’écriture « inclusive ». Elle est encouragée dans ce sens par ses élus, notamment Nadia Bakiri (Haute Garonne) et Myriam Martin (ariégeoise proche de Clémentine Autain), connues pour leur féminisme radical. Notons que dans cet échange tendu entre le FN et la gauche, les élus LR-UDI-Modem sont restés silencieux. L’UEDC (union des élus de la droite et du centre) n’a jamais fait connaître sa position sur l’écriture « inclusive ».

Photos : DR

Lengadoc-info.com, 2017, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*