Accueil » International » Syrie. L’État Islamique perd son bastion d’Abou Kamal
Syrie

Syrie. L’État Islamique perd son bastion d’Abou Kamal

21/11/2017 – 19h00 Syrie (Lengadoc Info) – Point de situation numéro 47 – L’Etat Islamique est toujours dans un mouvement de repli avec la perte de son dernier bastion important Abou Kamal. Il perd ainsi son statut d’ « état » qui le distinguait de la masse pour devenir un simple groupe terroriste.

Les avancées le long de l’Euphrate

L’Etat Islamique s’est graduellement recentré sur ses positions situées le long de l’Euphrate. Son territoire situé à cheval sur la frontière entre l’Irak et la Syrie lui conférait une certaine cohérence. Mais l’accumulation des forces irakiennes et l’abandon d’Al Qa’im ont totalement déséquilibré la structure du dernier noyau jihadiste. Ainsi, Al Qa’im a été libérée par les irakiens sans combattre et la frontière rapidement dégagée. Une forte résistance de la part de l’Etat Islamique a momentanément arrêté les alliés du gouvernement de Bachar El Assad, à dominante chiite iranienne. Mais une importante préparation d’artillerie ainsi que des bombardements aériens ciblés ont ouvert la voie à la prise de la ville le 19 novembre 2017. Les combattants qui ont pris la fuite ont franchi l’Euphrate en direction de l’Est.

D’autres avancées ont eu lieu coté ouest du fleuve par l’Armée Arabe Syrienne entre Mayadin et Abou Kamal nouvellement libérée. La ville de Salhiyah tout d’abord située à mi chemin entre les deux villes créant ainsi une poche de 40 kilomètres au sud-est de Mayadin. Simultanément cette poche a été scindée en deux parties au niveau de Keshmah ramenant la poche de 40 kilomètres de long à 25 kilomètres. Il ne reste plus dans cette région qu’un axe long de 30 kilomètres pour boucler la zone en isolant le nord-ouest d’Abou Kamal de la vaste zone désertique de forme triangulaire entre Abou Kamal-Deir Ez-Zor et Palmyre.

Syrie

Les forces armées syriennes et leurs alliés devraient avoir comme nouvel objectif, mis à part la réduction des poches susmentionnées, de passer à l’est de l’Euphrate de façon à poursuivre les combattants de l’Etat Islamique en fuite/repli. L’objectif stratégique majeur étant la maîtrise de la frontière avec l’Irak de ce coté ci de l’Euphrate et également de mettre fin aux velléités des Forces Démocratiques Syriennes (kurdes soutenus par les Etats Unis) dans la région. Une course effrénée en perspective…

Le reste du front

– La poche « rebelle » de Gouta Est située dans la banlieue nord-est de Damas a connu un regain d’activité cette semaine suite à l’assaut par divers groupes armés sur une base militaire située au sud d’Harasta. La base forme un coin saillant en territoire rebelle et l’attaque coordonnée de plusieurs directions a momentanément porté ses fruits. Cette violation des accords de désescalade dans la zone a entrainé une intense campagne de bombardements aériens et l’envoi massif de troupes afin de lancer une offensive loyaliste en territoire ennemi.

– Le front au nord-est d’Hama continue de tourner à l’avantage de l’Armée Arabe Syrienne qui progresse sur deux secteurs simultanément alors que l’essentiel des forces syriennes se situe le long de l’Euphrate.

– Certaines troupes kurdes des Forces Démocratiques Syriennes ont quitté Raqqah et se sont dirigées dans le canton kurde d’Afrin qui apparait comme la prochaine cible de l’armée turque. Cette dernière achemine progressivement une grande quantité de matériel lourd en territoire syrien dirigé par des rebelles et ne cache pas ses intentions belliqueuses à l’égard des combattants kurdes des Unités de Protection du Peuple (YPG et YPJ) que le président Erdogan assimile au groupe terroriste du Parti des Travailleurs Kurdes (PKK).

– Un rapport établi par le New York Times a estimé que les victimes civiles en Irak dues aux bombardements aériens sont 31 fois plus élevées que les chiffres avoués par la Coalition.

Martial Roudier

Photos : DR

Lengadoc-info.com, 2017, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

Vous pouvez regarder également

Kosovo

Nikola Mirkovic : « L’ONU reconnaît le Kosovo comme un territoire appartenant à la Serbie » [Interview]

09/11/2017 – 18h30 Saint-Gély-du-Fesc (Lengadoc-info.com) – Nikola Mirkovic, co-fondateur de Solidarité Kosovo, était à Saint Gely du …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *