Le Grau-du-Roi, les habitants solidaires avec les pêcheurs contre la législation européenne

07/05/2015 – 18h00 Le Grau-du-Roi (Lengadoc-info.com) – Didier Martinez, marin pêcheur du Grau-du-Roi, a été condamné le 2 avril dernier par le tribunal correctionnel de Montpellier à une amende de 3 000 € après avoir refusé en 2014 un contrôle en mer par les Affaires Maritimes de Sète et l’Union Européenne. Suite à cette condamnation, un mouvement citoyen rassemblé autour du groupe Facebook « J’m Le Grau-du-Roi » vient de lancer une campagne de soutien en faveur de Didier Martinez et des marins pêcheurs de la commune.

Pour Cyril Larouzière, responsable de « J’m Le Grau-du-Roi », « si on empêche les pêcheurs de travailler au Grau-du-Roi, ils vont disparaître alors que c’est eux qui ont fondé le village. La vie économique, la vie sociale et touristique graulennes se fait grâce aux pêcheurs. C’est pour cela que nous voulons défendre l’image du Grau-du-Roi avec ses pêcheurs ». Cyril Larouzière et son collectif ont alors décidé de mettre en place vingt-cinq tirelires chez les commerçants graulens afin de collecter des dons qui permettront de payer l’amende de Didier Martinez. L’argent récolté sera reversé à l’association indépendante des chalutiers du Grau-du-Roi lors de la Saint Pierre (12-15 juin), fête traditionnel des pêcheurs.

« C’est une initiative citoyenne qui se fait aujourd’hui sans aucun appui politique, nous voulons éviter d’être récupérés par la mairie » précise Cyril Larouzière avant d’ajouter « nous sommes le village gaulois qui résiste au diktat de l’Union Européenne ».

11010565_10205888176117776_2184664928184099031_n

« Un soutien qui fait plaisir » pour David Papy, marin pêcheur du Grau-du-Roi engagé dans le combat contre les dérives de la législation de l’UE. « Le problème c’est que la législation notamment en ce qui concerne les normes de maille des filets de pêche est la même pour toute l’Europe or la situation en Méditerranée n’est pas du tout la même que dans l’océan, notamment sur le problème de la surpêche ». C’est particulièrement la question du petit poisson qui soulève la colère des marin-pêcheurs, « c’est une pêche qui fait partie de nos traditions gastronomiques méditerranéennes et qui représente 20 % de notre chiffre d’affaire ».

Une situation problématique d’autant plus que les contrôles sont assurés par les états eux-même et que si la France fait partie des bons élèves, d’autres pays, comme l’Espagne, laissent plus de libertés à leurs pêcheurs. Démunis face à cette situation, les marins pêcheurs graulens ont tous décidé alors de refuser les contrôles en mer. « Pour nous c’est un moyen de manifester notre colère, on respecte la législation et on ne conteste pas les amendes, on n’est pas des pirates » ajoute David Papy, « on demande juste une spécificité pour la pêche en Méditerranée ». 

Photos : Cyril Larouzière

Lengadoc-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

Vous pouvez regarder également

Police

Deux syndicats de police annoncent un « black-out » pour le 5 décembre

19/11/2019 – 15h45 Paris (Lengadoc Info) –  Alors que le 5 décembre est annoncé comme …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.