Émeutes après la mort de Rémi Fraisse. Et si la Gauche payait les dégâts ?

02/11/2014 – 10h00 Montpellier (tribune libre) – Décidément, la morale et la dignité ne sont pas les bienvenues en politique. Depuis la mort de Rémi Fraisse, jeune militant d’extrême gauche, sur le site du futur barrage de Sivens dans le Tarn, les activistes les plus violents ont trouvé un prétexte pour saccager nos centres-villes. A Paris, à Nantes, à Rouen et Toulouse, les manifestations en hommage à Rémi Fraisse ont très vite dégénéré en guérilla urbaine et en affrontements avec la police. A Montpellier, quatre personnes ont été arrêtées pour dégradations suite à une de ces manifestations.

Ce genre d’actes n’est pas spécifiquement lié à la mort de ce militant mais bien à une mouvance anarchiste extrêmement violente  et connue depuis longtemps. Il n’y a qu’à ce souvenir des dégâts colossaux qu’avait laissés une manifestation « antifasciste » dans le centre ville de Rennes en février dernier suite à un meeting du Front National. On sait bien qui sont ces gens, la police les connaît bien et pourtant la gauche la plus bobo et bien-pensante avec Cécile Duflot en tête, continue de les présenter comme de gentils humanistes et progressistes.

Et bien soit, considérons donc ces casseurs et émeutiers comme de gentils militants écologistes, « des jeunes qui agissent de manière pacifique qui veulent défendre la nature » comme dirait madame Duflot. Mais dans ce cas là, ce sont aux partis qui les soutiennent de payer les dégâts, pas au contribuable. Quand on souhaite faire de la récupération politique, il faut assumer jusqu’au bout.

Au passage, il semblerait que ceux qui veulent récupérer la mort de Rémi Fraisse, souffrent d’un petit problème de mémoire. Ainsi, Emmanuelle Cosse, secrétaire générale d’Europe Ecologie Les Verts déclare que « depuis 1986 et Malik Oussekine, il n’y avait pas eu de mort dans une manifestation ». Il semblerait qu’elle oublie (involontairement, on n’en doute pas), la mort de Sébastien Deyzieu, militant nationaliste, tué par la police en 1994 à Paris lors d’une manifestation contre l’impérialisme américain.

 Jordi Vives

Photo: DR

Lengadoc-info.com, 2014, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

Vous pouvez regarder également

passe vaccinal

Passe Vaccinal. Le député Nicolas Meizonnet (RN) dit NON !

22/01/2022 – 18h00 Montpellier (Lengadoc-info.com) – Nous publions ici le communiqué du député (RN) de la …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.