La farce du catalanisme nord-catalan

22/01/2015 – 08h00 Perpignan (tribune libre) – La situation politique et économique de notre territoire est tombée au plus bas. Nous assistons à la décrépitude des partis politiques nord-catalans, déconnectés des réalités.

La gauche se trouve engluée dans ses dogmes idéologiques. Elle refuse d’admettre que l’immigration de masse est l’arme privilégiée du capital pour mettre en concurrence les travailleurs pour rogner toujours plus les droits de ces derniers. Elle participe même avec des groupuscules gauchistes tricolores à des rassemblements en faveur des « sans-papiers » (immigrés clandestins). Elle nous rabâche sans cesse que les frontières n’existent pas, se faisant ainsi toujours plus les larbins du capitalisme international qui n’attend qu’une chose : la déréglementation des marchés et des lois sociales durement acquises par le mouvement ouvrier.

Toujours empêtrée dans ses contradictions, l’extrême gauche catalane, la CUP, a organisé il y a quelques jours à Perpignan une campagne en faveur des commerces de proximités. Cette idée, louable en-soi, nous laisse perplexes sur la véritable nature de cet engagement…

La droite catalane (Unitat Catalana), toujours engluée dans ses alliances surprenantes, n’est plus qu’un hochet dans les mains de la droite mondialiste française elle-même à la solde de la finance internationale.

Dernièrement, les peuples alsacien et breton se sont dressés contre les réformes des apprentis sorciers de l’Élysée sur la question « régionale ».

Le catalanisme n’est pas chez nous capable de mobiliser les foules. Pourquoi ? Pour deux raisons : 1) il est devenu le pâle reflet des partis français, version folklorique ; 2) il reste cloitré dans l’attentisme et espère tout de la création d’un État catalan au sud des Albères.

Plus que jamais, le peuple nord-catalan a besoin d’un partit véritablement nationaliste qui n’a pas peur de dénoncer les problèmes de fond : l’Europe de Bruxelles, la finance internationale, le racket fiscal, l’insécurité économique et physique, la destruction du système social et de santé publique, l’immigration de masse, la perte des valeurs traditionnelles, le jacobinisme et l’étatisme colonialiste…

Si le mouvement nationaliste nord-catalan ne prend pas en compte ces problèmes fondamentaux, il se cantonnera et pour longtemps dans la seule lutte de reconquête culturelle.

LLorenç Perrié Albanell

Photos : DR

Lengadoc-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

Vous pouvez regarder également

Aidez Lengadoc Info à poursuivre son travail !

18/12/2020 – 10h00 Montpellier (Lengadoc Info) – Lengadoc Info a besoin de vous pour pouvoir continuer …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.