Bernard Lugan « le principal obstacle au fondamentalisme islamiste ce sont les états nationalistes et enracinés »

12/06/2015 – 18h00 Béziers (Lengadoc-info.com) –  L’historien et spécialiste de l’Afrique Bernard Lugan était invité ce mercredi à Béziers par Robert Ménard, dans le cadre du programme « Béziers libère la parole ». Dans une conférence intitulée « Islam et Afrique », l’africaniste a dressé un tableau de la situation actuelle du continent confronté à la religion musulmane.

Selon Bernard Lugan, « le principal obstacle au fondamentalisme ce sont les états nationalistes et enracinés. Le rêve des fondamentalistes c’est de revenir au temps de l’unité de la Oumma et de détruire les états qui représentent la fragmentation de la Oumma. Les principaux ennemis de cet universalisme jihadiste, c’était le colonel Nasser, Saddam Hussein, Moubarak, Ben Ali, Khadafi et c’est Bachar el Assad.. Et c’est nous occidentaux qui les avons détruits alors que les fondamentalistes n’y étaient jamais parvenus. (…) Ce qui se passe aujourd’hui en Libye est le résultat de la catastrophique politique qui a été menée par Nicolas Sarkozy et son ministre des affaires étrangères BHL ».

A ce sujet, l’africaniste ne fait pas dans la bien-pensance et l’assume parfaitement, « la morale, la politique et l’histoire sont des choses complètement différentes. Je laisse la morale aux philosophes, je laisse le destin de l’humanité aux religieux, moi je suis un ethnologue, j’analyse les peuples, les territoires ». « En Libye aujourd’hui c’est soit la reconstitution des alliances tribales comme sous Khadafi, soit le triomphe du fondamentalisme soit sous sa forme dure avec Daesh soit avec Al Qaeda. Cette dernière devient presque un élément modéré par rapport à Daesh ».

En faisant une comparaison entre l’Afrique et l’Europe, Bernard Lugan fait un amer constat pour le vieux continent : « Quand j’enseignais à l’université de Lyon je demandais toujours à mes étudiants qui était capable de donner les prénoms de leurs arrières grands parents. Il y avait toujours un africain pour me citer toute sa généalogie parce qu’il y la profondeur de la mémoire, les ancêtres sont là, ils vivent avec eux. Nous nous mettons nos vieux dans les asiles et terminé. Nous sommes des individualistes mais ça n’a pas toujours été le cas. C’est au forceps que nous sommes devenus individualistes, d’abord avec la Réforme ensuite les philosophes du 18ème siècle puis la Révolution Française et la République. (…) Mais l’individualisme n’est pas l’ordre naturel, c’est la communauté ».

Très sceptique sur la société française actuelle, Bernard Lugan fait néanmoins preuve d’un grand optimisme : « Nous allons retourner vers une société d’ancien régime. Trop d’égalité tue l’égalité et nous avons affaire à une masse informe, déculturée, et une minorité parfaitement consciente et parfaitement éduquée. La République aura réussi en deux siècle siècles à casser l’ancien régime, à créer des élites et à mourir de ses propres contradictions. Nous allons revenir à cent mille lettrés comme en 1789. Nous allons revenir dans l’endogamie de l’ancien régime. Au nom de l’égalité, au nom de l’individualisme nous avons recréé une aristocratie qui dominera. Pour le moment c’est l’aristocratie de l’argent et du bling-bling mais elle ne tiendra pas, parce-que l’ordre naturel va s’imposer et l’ordre naturel a besoin d’élite. Cette élite va naître dans les milieux où l’on continue à cultiver l’histoire, la tradition. Dans les familles où l’on regarde tous les soirs le journal télévisé, il y a peu de chance de voir sortir des élites, dans celles dans lesquelles on récite les rois de France, il y en aura d’avantage.

Photos : DR

Lengadoc-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

Vous pouvez regarder également

Noirs

États-Unis. Selon le FBI, 48% des meurtriers sont des Noirs

11/06/2020 – 02h00 Washington (Lengadoc Info) – Après la mort de George Floyd et les …

3 Commentaires

  1. Cette conférence était un régal tant sur le fond que sur la forme. Bernard Lugan est vraiment un expert du continent africain qu’il a parcouru longuement et où il a vécu plusieurs années. Béziers libère vraiment la parole avec son courageux maire Robert Ménard ! Prochain RDV : en septembre 2015 avec Denis Tillinac

  2. Oui, une conférence passionnante, comme le personnage de Benrard LUGAN, d’ailleurs. Une analyse claire, précise, sans passer par le prisme de l’émotivité. Merci, B.L..
    Par contre, je ne savais pas à quel point la ville de Béziers était sinistrée. Allogènes et français de souche déclassés gisent dans les rues adjacentes au palais des congrès. N’y-a-t’il pas de bobos, à Béziers?

  3. Bravo à cette vie culturelle et au débat qui se développent à Béziers tout en se libérant de la chape de plomb du « politiquement correct » qui règne à Montpellier !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.