Supporters Nîmes Lens

Le préfet du Gard ne veut pas des supporters lensois à Nîmes et invoque l’état d’urgence

20/04/2016 – 20h00 Nîmes (Lengadoc Info) – Nîmes Olympique recevra au stade des Costières, le RC Lens ce vendredi 22 avril, pour la 35ème journée de la Ligue 2. Un match qui se déroulera sans les supporters de Lens. Le préfet du Gard, Didier Lauga, a pris un arrêté afin d’interdire aux supporters lensois d’assister au match ainsi que de circuler à proximité du stade mais également en centre-ville.

Pour justifier cet arrêté, le préfet invoque les nombreuses échauffourées qui ont éclaté entre les supporters des deux clubs ces dernières années. Ainsi en 2012, un minibus transportant des supporter lensois avaient été caillassé à Nîmes alors qu’au match retour, en 2013, ce sont trois minibus nîmois qui avaient été caillassés à leur tour à Lens. Enfin, en janvier 2016, de violents affrontements ont éclaté au Havre, entre les supporters lensois et les forces de l’ordre.


L’état d’urgence, une arme contre les islamistes, les militants et les supporters ?


Des affrontements qui sont « traditionnels » dans le monde du football. Mais cette fois-ci, le préfet du Gard a invoqué un argument supplémentaire, celui de l’état d’urgence et de la menace terroriste. En effet, dans son arrêté, Didier Lauga précise que suite aux « attentats meurtriers qui se sont produits à Paris et dans le département de la Seine-Saint-Denis dans la nuit du 13 au 14 novembre 2015 et dont l’extrême gravité à conduit le gouvernement à déclarer l’état d’urgence (…) les effectifs des forces de sécurité intérieure du département du Gard ne seront pas en capacité de garantir totalement la sécurité spécifique de cette rencontre de football et ne pourront faire face à toute forme de risque de troubles à l’ordre public ».

Une justification qui ne laisse présager rien de bon pour les supporters de football alors que l’Euro 2016 commence dans moins de deux mois. L’arsenal juridique qui se justifie dans le cadre de la lutte contre le terrorisme islamiste pourrait être utilisé contre les supporters. Une dérive de l’état d’urgence qui a déjà pu être observée lors de la COP 21, lorsque plusieurs dizaines de militants écologistes ont été assignés à résidence afin de les empêcher de manifester.

En attendant, une pétition a été lancée afin de demander au préfet du Gard de revenir sur sa décision «parce-que la grande fête du sport est plus belle dans des Stades pleins »

Photos : DR

Lengadoc-info.com, 2016, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

Vous pouvez regarder également

Palavas

[Vidéo] « La racaille en prison » : Palavas manifeste contre l’insécurité

08/08/2020 – 15h15 Palavas-les-Flots (Lengadoc Info) – Ce vendredi, près de 400 personnes ont marché …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.