Catalogne
Crédit : Lengadoc Info

Indépendance de la Catalogne. Et si on parlait de l’immigration ?

16/09/2017 – 16h10 Barcelone (Lengadoc Info) – Après les attentats qui ont secoué la Catalogne au mois d’août et à deux semaines du référendum sur l’indépendance, les questions de l’immigration et de l’islamisme radical sont peu soulevées. Souvent considérée comme une terre d’accueil pour les immigrés, qu’en est-il réellement ? Éclairage.

Explosion de l’immigration en Catalogne… comme dans le reste de l’Espagne

Depuis la fin du XX ème siècle, la Catalogne connaît une augmentation importante de l’immigration. Les étrangers représentaient 2,42 % de la population de la Catalogne en 1998, 4,4 % en 2001, 8,62 % en 2005 et 14,32 % en 2010.

Particularité de cette immigration en Catalogne, les étrangers européens sont plus nombreux que l’immigration africaine. Selon l’Institut d’Estadistica de Catalunya, organisme officiel de statistiques catalan, les Européens (y compris ceux qui ne sont pas ressortissants de l’Union Européenne) représentent 478 000 personnes en 2016, viennent ensuite les Africains avec 289 000 personnes (dont 215 000 Marocains), puis l’Amérique du Sud avec 188 000 personnes et l’Asie avec 151 000 individus. En tout, il y avait en Catalogne, en 2016, 1 104 000 étrangers.

Un chiffre considérable lorsqu’on observe le fait que cette région est peuplée de seulement 7,5 millions d’habitants. Et encore, ces chiffres ne prennent pas en compte l’immigration clandestine et les « catalans issus de l’immigration ».

Mais cette explosion du nombre d’immigrés vaut aussi bien pour la Catalogne que pour le reste de l’Espagne qui est passée de 637 000 étrangers en 1998 à plus de 5 millions en 2014 ! Par conséquence, bien que la Generalitat de Catalunya ait développé d’importants programmes d’accueil et d’intégration des populations immigrées, le phénomène est général et ne concerne pas seulement la Catalogne.

Les indépendantistes sont-ils pro-immigration ?

Avant d’aller plus loin, il faut bien comprendre que le courant nationaliste catalan est un véritable mille-feuille politique et idéologique, ce qui est à la fois sa grande force et sa grande faiblesse. Les nationalistes catalans sont (plus ou moins) parvenus depuis 2015 à mettre leurs différents de côté pour se concentrer sur une seule question, l’indépendance. De l’extrême-gauche à l’extrême-droite, tous sont représentés. Un phénomène que l’on retrouve également chez les anti-indépendantistes.

Par conséquence, sur les sujets autres que l’indépendance, tous ne partagent pas la même opinion. En 2010, un sondage annonçait qu’un Catalan sur deux considérait l’immigration comme « plutôt mauvaise » pour la région. Malgré cela, beaucoup de dirigeants indépendantistes ont depuis longtemps fait le choix d’une intégration des immigrés dans leurs structures militantes. Une stratégie politique hasardeuse, pour ne pas dire dangereuse. En 2014, en Écosse, ce sont les étrangers et les personnes âgées qui ont fait perdre les indépendantistes lors du référendum sur l’indépendance..

En attendant, les organisateurs du référendum du 1er octobre prochain ont tout de même tenu à ce que les étrangers ne puissent pas prendre part au vote.

Une rupture entre Barcelone et le reste de la Catalogne

Lors de la consultation citoyenne de 2014, à Barcelone, ville multiculturelle par excellence, le taux de participation était très faible (20 %) par rapport aux autres régions plus homogènes (40 % pour toute la Catalogne). Il n’est donc pas étonnant de voir que les Barcelonais ont élu, en mai 2016, Ada Colau comme maire de la ville, une candidate du parti d’extrême-gauche Podemos qui est opposé à l’indépendance de la Catalogne. C’est cette même Ada Colau qui avait appelé en février dernier ses administrés à descendre dans la rue pour une manifestation pro-immigration qui a rassemblé 150 000 personnes.

Le terrorisme et l’islamisme radical, pas une nouveauté en Catalogne

Avec 215 000 résidents, les Marocains représentent la première communauté étrangère en Catalogne. Malgré les programmes d’accueil de la Generalitat de Catalunya, l’intégration des musulmans est un échec depuis plusieurs années. L’islamisme radical a tellement proliféré dans cette région que la CIA a ouvert en 2008 un bureau d’opération anti-jihad à Barcelone. Depuis 2012, la Catalogne comptabilise deux tiers des arrestations de jihadistes en Espagne.

Aussi la question de la menace terroriste a été prise très au sérieux depuis quelques années. En 2007, la police catalane, les Mossos d’Esquadra, se dote d’une unité spéciale anti-terroriste, le GEI (Grups Especials d’Intervenció).

En 2015, un programme a été mis en place pour surveiller les cercles musulmans considérés comme potentiellement à risque. Mais en juin dernier, Madrid a refusé la création de 500 postes supplémentaires pour les Mossos d’Esquadra alors que la demande avait été formulée par les autorités catalanes afin de mieux lutter contre la menace terroriste. De même, la Generalitat s’est plainte auprès de Madrid que la police catalane n’était pas intégrée dans les structures de lutte anti-terroriste, que ce soit au niveau national ou européen. Il est vrai que Madrid rechigne à donner d’avantage de moyens à une police qui pourrait être le bras armé d’un futur État catalan indépendant.

Photos : Lengadoc Info

Lengadoc-info.com, 2017, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

Vous pouvez regarder également

Noirs

États-Unis. Selon le FBI, 48% des meurtriers sont des Noirs

11/06/2020 – 02h00 Washington (Lengadoc Info) – Après la mort de George Floyd et les …

6 Commentaires

  1. Je vis en Catalogne depuis un peu plus de deux ans fuyant La Francarabie de la région de Montpellier mais je vois apparaître au grand jour de plus en plus de muzz’ alors qu’il y a deux ans ils étaient peu visibles, nombreuses femmes et enfants accoutrés comme on imagine, et il est vrai aussi que nous sommes nombreux en tant que résidents étrangers de toute l’Europe de l’ouest et quelques russes, la police est beaucoup plus sévère ici qu’en France donc relative tranquillité.

  2. 7 siecles d’occupation ne leur à pas servi de leçon ..je parle bien entendu des musulmans …il faut croire que les catalans ont un pois chiche à la place du cerveau !!!!!

  3. « L’islamisme radical a tellement proliféré dans cette région que la CIA a ouvert en 2008 un bureau d’opération anti-jihad à Barcelone. »

    La bonne blague ! La même CIA qui a formé et armé les principaux groupes djihadistes qui font péter maintenant les européens chez eux ? Et ceci après les propres aveux de la Clinton et du McCain !

    https://www.youtube.com/watch?v=TAhpacLjiXY

    https://www.youtube.com/watch?v=SIXkFWfepnU

    La même CIA qui a collaboré avec l’OTAN pour perpétrer ses guerres secrètes en Europe dans les années 70 et 80 dont le Réseau Gladio faisant exploser la population innocente sous couvert d’attentats de mouvements d’extrême gauche ?

    https://www.youtube.com/watch?v=og4-G0SoQhc

    Bonjour la référence ! C’est sûr qu’avec ce genre « d’aide » les espagnols vont se sentir drôlement en sécurité avec ceux-là même qui tirent les ficelles de leurs propres bourreaux !

    A savoir qu’en ce qui concerne l’Europe, les djihadistes de la CIA se sont fait d’abord la main pendant la guerre de Bosnie qui a servi de « laboratoire » avec Bill Clinton aux commandes.

    https://www.youtube.com/watch?v=q3zK-mXWEok

  4. Merci à Jordi qui nous éclaire sur la situation à Barcelone et en Catalogne! On constate une fois de plus que le problème de l’immigration est pollué par des intérêts locaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.