Ultradroite. « Libération » prend-il les Français pour des cons ?

19/11/2020 – 14h15 Montpellier (Lengadoc Info) – Le quotidien Libération, dans sa « Une » du 19 novembre 2020 entend alerter les Français face aux dangers de l’ultradroite. Une « Une » qui est un copié-collé de l’édition du 29 avril 2018 qui nous alertait déjà sur les dangers de cette « ultradroite ». Entretemps, et comme tout un chacun peut le constater, aucun attentat lié à l’ultradroite n’est venu ensanglanter le quotidien des Français…

La presse de Gauche, entre déni et manipulation

La tête décapitée de Samuel Paty, professeur d’Histoire Géographie, n’a pas fini de rouler sur le bitume et le sang des fidèles niçois n’a pas terminé de sécher sur les dalles de la basilique Notre Dame de l’Assomption que le journal Libération se fend d’une Une qui tient plus du militantisme politique que d’un quelconque intérêt journalistique.

En terme journalistique justement c’est ce qui s’appelle un « marronnier », c’est-à-dire un thème qui revient régulièrement. Wikipédia en donne la définition suivante « Un marronnier en journalisme est un article ou un reportage d’information de faible importance meublant une période creuse, consacré à un événement récurrent et prévisible. Les sujets « débattus » dans un marronnier sont souvent simplistes, parfois mièvres ». La stratégie éditoriale consiste à « rester proche des lecteurs et d’en attirer sans cesse de nouveaux, en traitant des sujets qui rythment leur quotidien. L’évocation de moments et de sentiments partagés par un large public permet de renforcer le lien avec celui-ci sans risque de choquer ».

Le large public ici consiste uniquement à l’entre soi des lecteurs de Libération et des lecteurs de la presse progressiste.

Libération n’hésite pas à brandir la menace terroriste fantasmée d’une mouvance d’ultradroite pour faire peur à son lectorat, alors que la menace terroriste islamiste, bien réelle celle-là, est rarement évoquée dans leurs colonnes. Et si elle l’est, c’est de façon toujours détournée, afin de promouvoir un esprit Charlie nimbé d’étoiles ou de trouver des excuses aux coupables de ces attentats. La palme de cette cécité idéologique revient au fameux Charlie Hebdo qui, dans un communiqué publié par la rédaction après l’attentat au hachoir dans leurs anciens locaux le 25 septembre 2020, n’a pas une fois cité l’islam ou l’islamisme mais s’est évertué à dénoncer le fascisme, éternelle marotte de la Gauche.

Des « Unes » plus que douteuses

Mais revenons sur ces fameuses « Unes ». La juxtaposition de celles-ci décrédibilise complètement le propos et met en relief la tentative de manipulation d’une presse de plus en plus détestée par les Français. On se souvient des réactions, parfois violentes, des Gilets Jaunes envers la presse du Système considérée comme le relai de la propagande du gouvernement. Il est vrai que l’aide annuelle de 840 millions d’euros à la presse écrite de la part de l’Etat ne penche pas en faveur d’une réelle indépendance de celle-ci envers celui-là.

L’étude de la forme nous délivre un enseignement sur le fond du dossier traité. Les titres sont quasis les mêmes et la photo, pardon les photos, d’illustration semblent tirées de la même manifestation. Une photo d’hommes en noir, masqués et le poing tendu. Des photos dont on pourrait même jusqu’à douter de la réalité puisqu’elles pourraient parfaitement convenir pour illustrer une manifestation de Black Blocs situés à l’autre extrémité de l’échiquier politique…

Le titre est le même ! Une fois, l’ultradroite inquiète les services secrets, 2 ans après c’est au tour de la police d’être inquiète. Techniquement ce sont les mêmes services dont il est question, mais l’essentiel c’est cette inquiétude. Il faut faire peur pour se conforter dans son rôle de combattant du Bien et légitimer toute action répressive que le gouvernement voudra bien prendre à l’encontre des forces du Mal représentées par ces jeunes excités toujours prêts à … on ne sait pas trop quoi au juste.

Beaucoup d’inquiétude…

Ce n’est évidemment pas la première fois que Libération s’adonne à ce genre de petit plaisir qui en dit long sur l’objectivité de ce quotidien d’Etat. Nous sommes allés piocher parmi trois de ces « Unes » qui sont particulièrement parlantes et qui offrent une synthèse de la ligne éditoriale de Libération.

Vous avez dit « propagande d’Etat »?

Photos : Libération

Lengadoc-info.com, 2020, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

Vous pouvez regarder également

Vidéo. Montpellier, les 100 jours du Greenwashing !

16/11/2020 – 09h30 Montpellier (Lengadoc Info) – Après avoir atteint le cap des 100 jours à …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.