Accueil » Politique » Permanences vandalisées, la malédiction des députés de Montpellier n’épargne pas Ressiguier
Permanences vandalisées, la malédiction des députés de Montpellier n’épargne pas Ressiguier
Crédit : Lengadoc Info

Permanences vandalisées, la malédiction des députés de Montpellier n’épargne pas Ressiguier

07/09/2017 – 17h50 Montpellier (Lengadoc Info) – La permanence de la députée de la deuxième circonscription de l’Hérault, Muriel Ressiguier (LFI) a été vandalisée la veille de son inauguration. Depuis un an et demi, les permanences parlementaires sont régulièrement dégradées à Montpellier, la nouvelle députée mélenchoniste semble ne pas échapper à cette malédiction.

La permanence de Muriel Ressiguier dégradée, une plainte déposée

Ce mardi 5 septembre, quelques heures avant l’inauguration de sa nouvelle permanence au centre-ville de Montpellier, la nouvelle députée de la France Insoumise, Muriel Ressiguier, a annoncé sur sa page Facebook que celle-ci avait été vandalisée. Dans un communiqué, la député d’extrême gauche explique :

« Nous avons été vandalisés la nuit du 4 septembre par deux individus cagoulés. Le boîtier du rideau de fer a été arraché. Une plainte a été déposée au commissariat de police. »

Un tag « génération insoumise » signé du symbole anarchiste a également été inscrit à l’entrée de la permanence.

La malédiction des permanences parlementaires à Montpellier

La dégradation de la permanence de Muriel Ressiguier n’est pas une première à Montpellier, il s’agirait même d’un acte fréquent. Depuis le début des manifestations contre la Loi Travail il y a un an et demi, les permanences parlementaires des députés socialistes ont été systématiquement pris pour cible par des militants anarchistes. Des actes revendiqués mais qui n’ont, pour autant, jamais été sanctionnés par la justice.

La fréquence de ces dégradations est telle que l’ancienne députée socialiste, Anne-Yvonne Le Dain, avait du déménager sa permanence quelques mois avant les dernières élections législatives.

Si la dégradation de la permanence de Muriel Ressiguier n’a pas été revendiquée pour le moment, sur les réseaux sociaux, les commentaires vont bon train. Certains accusent les « nazis », d’autres les « anarchistes » du squat Luttopia ou encore les « macronistes ». En tout cas, Muriel Ressiguier semble ne pas échapper à ce que l’on pourrait appeler, désormais, la tradition anti-parlementaire de Montpellier. 

Photos : Lengadoc Info

Lengadoc-info.com, 2017, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

Un commentaire

  1. Depuis quand la France Insoumise est elle d’extrême gauche ? Vous semblez perdre toute honnêteté intellectuelle et né rehaussez pas le niveau déjà très bas du journalisme

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*