Accueil » Politique » Montpellier. Les syndicats parviennent ils encore à mobiliser contre la casse sociale ?
syndicat

Montpellier. Les syndicats parviennent ils encore à mobiliser contre la casse sociale ?

15/11/2017 – 18h15 Montpellier (Lengadoc-info.com) – Alors qu’une nouvelle manifestation contre la « Loi Travail XXL » doit avoir lieu ce jeudi, la gauche anti-macron parvient-elle encore à mobiliser à Montpellier? Depuis le mois de septembre, les effectifs des manifestations ont très fortement diminué.

De 7000 manifestants à seulement 250 en un mois à Montpellier

Si la première manifestation contre le nouveau code du travail avait fortement mobilisé les syndicats, ce n’est plus réellement le cas. Avec 7 000 manifestants dans les rues de Montpellier le 12 septembre, les manifestations suivantes ont rassemblé beaucoup moins de personnes.

Ils n’étaient que 4000 à battre le pavé le 10 octobre. Au niveau national, l’ensemble des syndicats avaient appelé à se mobiliser et à manifester de concert, ce qui n’était pas arrivé depuis dix ans. Ainsi CGT, CFDT, FO, Unsa, CFTC, FSU, CFE-CGC et Sud avaient battu le rappel.

L’unité des syndicats mise à mal par l’extrême gauche

Le message unitaire de l’intersyndicale n’a pas été entendu puisqu’un incident a entaché cette journée de mobilisation du 10 octobre. Au commencement de la manifestation, au niveau des jardins du Peyrou, les membres du syndicat de police Alliance, ont été forcés de quitter le cortège sous la pression d’éléments anarchistes et antifas.

Les représentants syndicaux se mobilisent un peu partout en France pour lutter contre la « casse sociale » du gouvernement Macron. Une nouvelle manifestation aura lieu ce jeudi à Montpellier. Un succès en demi teinte qui a connu un véritable flop ces derniers mois.

Contacté par Lengadoc Info, Alliance n’a pas souhaité répondre à nos questions. Voici comment le syndicat rend compte de l’incident :

 » Alors que le cortège venait juste de démarrer, nos adhérents et nos représentants, qui avaient déjà été invectivé (sic) avec des slogans de menaces de mort  » une balle, un flic, justice sociale  » et autres injures  » Nazis, Fachos, Violeurs d’enfants et tueurs  » depuis plus de trente minutes auparavant, ont violemment été pris à partie, par quelques personnes très excitées, qui voulaient en découdre en les empêchant de manifester. « 

La version des anarchistes :

 » Des policiers membres du syndicat d’extrême-droite « Alliance police nationale » ont tenté de perturber le cortège en se joignant au cortège, et ils ont été chassé (sic) physiquement par les manifestant·e·s. Les CRS ont chargé le défilé pour protéger leurs collègues, mais il n’y a eu ni interpellé, ni blessé.

Cette action collective doit servir de leçon politique : la prochaine fois que des policiers osent s’incruster dans le cortège, ils devront être une nouvelle fois expulsés non seulement par les militants autonomes, mais aussi par les organisations syndicales. « 

Une attitude sectaire qui n’a sans doute pas été du goût de tout le monde

Un appel à se mobiliser avait été lancé le jour même par les syndicats CGT et Solidaires pour le 19 octobre. Réunis devant la gare, la mobilisation n’aura mobilisé qu’à peine 250 personnes pendant moins d’une heure.

Photos : DR

Lengadoc-info.com, 2017, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

Vous pouvez regarder également

Front National

« Défends ton drapeau » : le Front National à l’offensive dans le Gard et partout ailleurs

16/12/2017 – 18h00 Nîmes (Lengadoc Info) – #TouchePasAMonDrapeau : c’est sous ce hashtag que la …

One comment

  1. La désaffection des salariés pour les syndicats est un des effets des ravages de l’individualisme découlant du consumérisme. Celui désagrège nombre d’associations qui voient se raréfier les bénévoles. L’engagement associé même à un minimum de pensée a cédé devant le formatage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *