Accueil » International » L’Etat Islamique chassé de la rive ouest de l’Euphrate
Etat Islamique

L’Etat Islamique chassé de la rive ouest de l’Euphrate

06/12/2017 – 19h30 Syrie (Lengadoc Info) – Point de situation numéro 49 – Ce 6 décembre 2017 est une date clef dans la lutte contre l’Etat Islamique. C’est la date où les forces loyalistes venant d’Abou Kamal au sud et de Mayadin au nord ont effectué leur jonction. Libérant toute la zone bordant l’Euphrate coté ouest et entérinant toujours un peu plus la déroute du groupe terroriste salafiste Etat Islamique.

Résistance acharnée de l’Etat Islamique

La lutte pour les dernières possessions jihadistes a été des plus rudes. Les forces d’élite mécanisées syriennes des forces Tigre ont eu à payer un prix très élevé pour se rendre maîtresses des dernières agglomérations de la région. On parle de 250 morts coté loyaliste ces quinze derniers jours… Après cette forte résistance, la situation s’est subitement débloquée, les défenses se sont écroulées et le dernier tronçon a été remporté aisément.

Les combattants de l’Etat Islamique sont désormais retranchés à l’ouest dans une vaste zone désertique située dans un triangle compris entre les villes de Deir Ez-Zor au nord, Abou Kamal au sud-est et Suknah au nord-ouest. Cette zone sera rapidement réduite, le terrain désertique étant plus propice pour un développement d’unités conventionnelles que des zones urbanisées.

etat islamique

Du coté est de l’Euphrate, seules quelques agglomérations résistent encore aux Forces Démocratiques Syriennes. Les combattants de l’Etat Islamique se battront jusqu’à la mort ou décrocheront en direction de la zone désertique au nord-est située à cheval sur la frontière entre l’Irak et la Syrie. Une impasse donc…

Etablissement de l’ « arc chiite »

Géopolitiquement la libération de ce segment autoroutier a une valeur majeure. En effet, dans ces zones désertiques les voies de communication sont primordiales et ce, depuis la plus lointaine antiquité où Palmyre était un centre commercial névralgique et florissant. Une revitalisation du territoire syrien donc, mais pas uniquement. En effet, nous assistons physiquement à la remise en route d’un axe reliant les capitales des 4 grands pays chiites du Moyen Orient. Téhéran, Bagdad, Damas et Beyrouth sont à nouveau liées. L’Iran, l’Irak, la Syrie et le Liban qui, « grâce » à ce conflit meurtrier auront réussi à mettre leurs différends historiques de coté pour avancer de concert.

Ce bouleversement géopolitique n’est pas du tout vu favorablement par les ennemis héréditaires de l’Iran que sont l’Arabie Saoudite et Israël. Face à l’axe Téhéran-Beyrouth se dessine l’axe Riyad-Tel-Aviv-New-York. De multiples crises politiques ont secoué le Moyen-Orient ce dernier mois, concomitamment avec la chute de l’Etat Islamique. L’épisode de la démission du premier ministre libanais Hariri depuis Riyad, les menaces d’un embrasement militaire entre Israël et les troupes fidèles à l’Iran combattants en Syrie ou au Liban, les tirs de missiles balistiques depuis le Yémen sur la capitale de l’Arabie Saoudite, l’assassinat de l’ancien président Ali Abdallah Saleh par les rebelles Houtis et la capture de Sanaa la capitale, le limogeage de princes saoudiens à des postes clefs de l’administration par le prétendant au trône Mohammed Ben Salmane… Autant de prémices de troubles majeurs à venir, qui exacerbent l’antique rivalité chiite/sunnite et qui font passer l’Etat Islamique, pourtant considéré comme un problème majeur, pour un problème de second ordre.

Le reste du Front

– Coté est de l’Euphrate, les Forces Démocratiques Syriennes ont atteint la frontière avec l’Irak fin novembre. Coupant l’arrière des positions de l’Etat Islamique s’accrochant aux derniers arpents situés le long de l’Euphrate mais surtout empêchant tout accès à la frontière aux forces pro Bachar El-Assad.

– Le calife sans califat Abou Bakr al-Baghdadi a exhorté ses troupes à quitter les territoires syrien et irakien et à tenter une implantation en Egypte ou en Lybie.

– A l’ouest de Damas, des avancées notables ont eu lieu de la part des forces loyalistes dans la poche de Beit Jin après une résistance acharnée de la part d’ Hayyat Tahrir al-Sham. La reddition ne devrait plus tarder et ainsi libérer des troupes pour la zone de Daraa ou la poche de la Gouta Est.

– Le front situé au nord-est d’Hama a vu les forces jihadistes d’ Hayyat Tahrir al-Sham perdre du terrain face à l’Armée Arabe Syrienne ainsi que face à l’Etat Islamique qui tente de se tailler un territoire contre ses adversaires liés à Al Qaida. L’arrivée imminente de troupes syriennes venant du front de Deir Ez-Zor nouvellement pacifié, devrait permettre d’enfoncer les lignes de résistance ennemies.

etat islamique

Martial Roudier

Photos : DR

Lengadoc-info.com, 2017, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

Vous pouvez regarder également

Kosovo

Nikola Mirkovic : « L’ONU reconnaît le Kosovo comme un territoire appartenant à la Serbie » [Interview]

09/11/2017 – 18h30 Saint-Gély-du-Fesc (Lengadoc-info.com) – Nikola Mirkovic, co-fondateur de Solidarité Kosovo, était à Saint Gely du …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *