Aiguebelle
L’abbaye d’Aiguebelle se situe au coeur de la Drôme provençale – Divine Box

Abbaye d’Aiguebelle : son histoire jusqu’à aujourd’hui, en 3 minutes

15/06/2020 – 20h10 Montélimar (Lengadoc Info) –Situé dans la Drôme provençale à côté de Montélimar, l’abbaye d’Aiguebelle a une longue histoire. En effet, l’abbaye date de 1137 ! Et même si les moines trappistes ont dû partir pendant la Révolution, ils sont revenus dès 1815 et vivent, encore aujourd’hui, selon la règle de saint Benoît : “prie et travaille” ! Divine Box vous raconte leur histoire mouvementée dans cet article, c’est parti !

La début de l’Abbaye d’Aiguebelle

L’histoire de l’abbaye d’Aiguebelle commence en 1137 quand des moines cisterciens de l’abbaye de Morimond en Champagne s’installent au creux d’un vallon entre le Dauphiné et la Provence. Le lieux est sauvage et isolé de tout. Les trois rivières qui se rejoignent à cet endroit vont donner le nom au lieu : “Aqua Bella” en latin qui donnera par la suite “Aiguebelle”.

Dès leur arrivée, la petite communauté d’Aiguebelle reçoivent de nombreux dons de la part des seigneurs voisins. Cela leur permet de s’agrandir et d’acquérir un domaine immense qui s’étend bien au delà des simples terres entourant l’abbaye !

Malheureusement, à partir du XIVe siècle, les cisterciens vont subir de nombreuses difficultés liées à cette période trouble. Entre la guerre de Cent Ans et la Grande Peste, les vocations se font rares… Cette baisse des vocations concerne surtout les frères convers, ceux qui font la plupart les travaux manuels dans l’abbaye. La communauté est en crise et les frères sont obligés de vendre une grande partie de leurs terres.

Le siècle suivant ne va pas arranger les choses puisqu’il est décidé en 1515 que les pères abbés ne seront plus nommés par les moines eux-même mais directement par le Roi. On les appelle les “abbés commendataires”. Ces derniers sont extérieurs au monastère et parfois n’y mettent jamais les pieds ! Cela n’incite pas beaucoup les moines à rester !

Le nombre de vocation à tellement baissé qu’à la Révolution il ne reste plus que quelques moines qui se voient contraints de quitter les lieux. Par chance, l’abbaye échappe à la démolition !

Certaines parties du cloître en pierres datent encore du XIVème siècle – Abbaye d’Aiguebelle

Certaines parties du cloître en pierres datent encore du XIVème siècle – Abbaye d’Aiguebelle

La renaissance de l’abbaye d’Aiguebelle

L’absence des moines dans l’abbaye d’Aiguebelle ne sera heureusement que de courte durée puisqu’en 1815, un groupe de trappistes, venus de l’abbaye de La Trappe en Normandie, revient habiter les lieux. Mais eux aussi avaient dû quitter l’abbaye et s’étaient réfugiés en Suisse… ! C’est donc de là que les trappistes arrivent à Aiguebelle avec la ferme intention de s’implanter durablement !

La petite poignée de trappistes va considérablement se développer, si bien qu’en 1850 l’abbaye d’Aiguebelle compte 233 moines ! Comme il n’y a plus beaucoup de place dans le monastère, les moines décident d’en fonder d’autres. Ainsi on retrouve par exemple :

  • le tristement célèbre monastère de Tibhirine en Algérie (aujourd’hui à Midelt au Maroc après l’enlèvement et l’assassinat de sept moines en 1996)
  • l’abbaye de Koutaba, au Cameroun, où les frères produisent le fameux café de Koutaba
  • ou encore le monastère d’Acey entre Dôle et Besançon

Les moines de la communauté d’Aiguebelle au complet, dans leur bel habit cistercien.

Les moines de la communauté d’Aiguebelle au complet, dans leur bel habit cistercien.

L’abbaye d’Aiguebelle aujourd’hui

Aujourd’hui, les moines sont dix-neuf à vivre dans l’abbaye Notre-Dame d’Aiguebelle selon la règle de saint Benoît “ora et labora” (prie et travaille). Pour le côté “prière”, les frères se réunissent 8 fois par jour dans leur église, la première fois de la journée est à 3h30 du matin !

Et pour le côté “travail”, ils fabriquent des produits naturels dans leurs ateliers, dont deux réputés pour leurs bienfaits :

Ils mettent aussi en sachet des tisanes, et tout plein de condiments, comme des herbes de Provence !

Et pour finir, bien sûr, les frères d’Aiguebelle accueillent de nombreux visiteurs, venus se ressourcer et possèdent donc une véritable hôtellerie !

Les moines d’Aiguebelle en train de mettre en bouteille l’Alexion, lleur boisson phare aux 52 plantes (cliquez ici pour accéder au guide complet d’utilisation sur l’Alexion)

Les moines d’Aiguebelle en train de mettre en bouteille l’Alexion, lleur boisson phare aux 52 plantes (cliquez ici pour accéder au guide complet d’utilisation sur l’Alexion)

Les produits de l’abbaye d’Aiguebelle

Pour tester les bons produits des moines de l’abbaye d’Aiguebelle, vous pouvez, bien sûr, aller directement au monastère, au magasin de l’abbaye (Abbaye d’Aiguebelle, Le Couvent, 26230 Montjoyer). Sinon, vous pouvez cliquer ici pour, en ligne, acheter les produits de l’abbaye d’Aiguebelle

Photos : DR

Lengadoc-info.com, 2020, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

Vous pouvez regarder également

Monastère de Cabanoule : son histoire et son aventure depuis 1970 !

18/07/2020 – 15h55 Anduze (Lengadoc-info.com) –Aujourd’hui cap vers la région des Cévennes et le monastère de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.