Éducation Nationale, une réforme qui ne passe pas

25/05/2015 – 16h30 Montpellier (Lengadoc-info.com) – Environ 300 personnes se sont réunies à la Comédie le 19 mai dernier pour protester contre la réforme de Najat Vallaud Belkacem. A l’initiative des syndicats d’enseignants ( CNT éducation, Sud éducation, CGT Educ’action, Action & Démocratie, CFE-CGC, SNCL-FAEN, SNEP-FSU, SNES-FSU, SNETAA-FO, SNFOLC, SNALC-FGAF et SUNDEP-Solidaires) et des parents d’élèves, ce rassemblement avait pour mot d’ordre le retrait de la réforme du collège accusant celle-ci d’engendrer davantage d’inégalités entre les élèves, de dégrader les conditions du corps enseignant et de favoriser une compétition entre établissements.

11292011_1581805702101502_912212754_n

Il n’y a pas une mais deux réformes menées de front par l’Éducation nationale : la réforme du collège, portant sur l’aménagement des cours et la réforme des programmes, portant sur la refonte de leur contenu.

La réforme du collège (« loi sur la refondation de l’école de la République »)

_ La transdisciplinarité. Trois heures hebdomadaires d’EPI (Enseignements pratiques interdisciplinaires) s’ajoutent aux heures de cours traditionnels. Deux modules à choisir sur huit. Remplacent l’accompagnement personnalisé de cinquième et de quatrième.

_ La suppression du latin et du grec, au motif que les effectifs concernés sont bas. Versés dans les heures de français ou dans une EPI (« Langues et cultures de l’Antiquité »), les deux langues disparaissent de fait malgré les mots rassurants du ministre.

_ La suppression des classes bilingues en sixième et des classes européennes à partir de la quatrième. Jugées trop élitistes malgré leur utilité. Remplacées par une deuxième langue vivante (LV2) à partir de la cinquième, au lieu de la quatrième.

11256526_1581805908768148_565893552_n

La réforme des programmes

Elle est menée par le Conseil supérieur des programmes. C’est plus spécifiquement le programme de la « nouvelle histoire-géographie » qui pose problème. Cet enseignement d’une histoire clivante et moralisatrice n’a rien de rassembleur. Tout change mais rien ne change : la partialité et l’amoindrissement des connaissances sont toujours en marche.

_ Une chronologie segmentaire et incohérente. Le suivi chronologique du CM1 à la troisième est effectif, mais l’idéologie dicte ses lois. Du fait du thème « la Méditerranée, un monde d’échanges, VIIe-XIIIe », l’Islam médiéval est par exemple obligatoire en cinquième.

_ Des thèmes parcellaires et biaisés. L’Histoire française et européenne est vide de contenu, les sujets sont généraux et épurés : christianisme, politique, grands hommes, États. Sa « face sombre » est mise en avant : traite, esclavagisme, colonialisme, totalitarismes, génocides…

_ Les priorités et les options. Ces cours obligatoires ou facultatifs sont plus que discutables (l’Islam obligatoire et christianisme médiéval facultatif en cinquième, etc). Les seconds semblent être destinés à servir de variable d’ajustement face aux heures des EPI…

_ En géographie : éternel triptyque mondialisation-UE-développement durable.

Photos : DR

Lengadoc-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

Vous pouvez regarder également

Police

Deux syndicats de police annoncent un « black-out » pour le 5 décembre

19/11/2019 – 15h45 Paris (Lengadoc Info) –  Alors que le 5 décembre est annoncé comme …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.