Régionales : un universitaire rejoint l’équipe de Louis Aliot dans l’Hérault.

18/10/2015 – 08h00 Montpellier (Lengadoc Info) – Après la Haute-Garonne, les Pyrénées orientales, le Gard et le Gers, c’est dans l’Hérault que le Front National accueille une personnalité extérieure au mouvement.

Gilles Ardinat, professeur agrégé d’histoire-géographie, est connu à Montpellier pour ses positions antimondialistes et contre l’Union Européenne. Son ouvrage « comprendre la mondialisation en 10 leçons » (préfacé par Jacques Sapir) lui a valu de nombreuses invitations dans les milieux souverainistes et altermondialistes (PCF, ATTAC, MPEP, Monde diplomatique). Militant depuis 2011 à Debout la France (DLF), le parti gaulliste de Nicolas Dupont Aignan, il siégeait au conseil national. Au sein de ce parti, il défendait l’idée d’une large union des forces patriotiques sur le modèle des élections municipales de Béziers (où Robert Ménard avait obtenu le soutien du FN, de DLF, du MPF de Philippe de Villiers et du RPF de Christian Vanneste). La liste de rassemblement voulue par Louis Aliot répondant à cette logique d’union, Gilles Ardinat à récemment rendu sa carte à DLF pour rejoindre l’équipe FN/RBM de l’Hérault en tant que militant souverainiste « sans étiquette ».

Vers l’union des patriotes sur la région ?

Bien que n’étant encarté ni au FN, ni au RBM, Gilles Ardinat participera activement à la campagne de Louis Aliot. Il aidera notamment Gérard Prato, le nouveau secrétaire départemental et tête de liste FN de l’Hérault. Cette collaboration sera d’autant plus facile que Gilles Ardinat et Gérard Prato, tout deux frontignanais, sont des amis de longue date. Nul doute que son expérience des lycées (où il enseigne à Béziers) et ses connaissances en aménagement du territoire et en économie (son sujet de thèse) seront mobilisées par l’équipe de Louis Aliot. En outre, Gilles Ardinat, très implanté dans les milieux souverainistes, pourra faciliter les échanges entre le FN et les autres mouvements patriotiques.

Ce ralliement d’un ancien cadre de DLF n’est semble-t-il qu’une étape vers une vaste recomposition des forces de droite autour du FN. Ces derniers mois, les contacts se sont multipliés avec des villieristes, des militants de la « droite populaire » (courant de l’UMP/LR), des sympathisants de la Manif pour tous (LMPT) ou du monde associatif. Par exemple, Maïté Carsalade (une ancienne adjointe du maire de Toulouse) et l’universitaire Chantal Dounot (ancienne secrétaire départementale de l’UMP en Haute-Garonne) ont rejoint Louis Aliot. Même s’il s’agit de démarches individuelles et non-cautionnées par certains états-majors, ces rapprochements avec le FN sont de plus en plus nombreux. Si cette dynamique d’ouverture devait se confirmer, Louis Aliot réussirait une prouesse politique : réunir sur une même liste les figures historiques du FN, les nouveaux venus de la « vague bleu marine » (depuis 2011) et des élus patriotes sans étiquette venant d’autres partis.

Photos : DR

Lengadoc-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

Vous pouvez regarder également

passe vaccinal

Passe Vaccinal. Le député Nicolas Meizonnet (RN) dit NON !

22/01/2022 – 18h00 Montpellier (Lengadoc-info.com) – Nous publions ici le communiqué du député (RN) de la …

3 Commentaires

  1. L’union fait la force. L’union des patriotes donnera la victoire à la vraie droite.

  2. Il est évident que seule une large union de type « cartel des droites » permettrait la victoire électorale !!!

  3. Voilà un homme bienvenu au FN34 où nous souhaitons constituer un Collectif Racine auquel le secrétaire national, lain Avello est tout disposé à nous aider à mettre sur pied.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.