Cinéma. « Spectre », l’agent 007 est de retour

25/11/2015 – 18h25 Montpellier (Lengadoc Info) – Le « petit dernier » de la saga James Bond est en ce moment à l’écran et c’est avec un sentiment d’un certain retour aux sources que nous sortons de la salle. En effet, cet [oct]opus (rien à voir avec le 13ème volet de la saga…) est le 24ème film mettant en scène le héros britannique espion du MI6. Il est donc compréhensible que l’évolution de cette épopée pouvait subir des couacs voire des essoufflements. Rappelons, pour ceux qui ne connaîtraient pas le principe de James Bond, que les droits de la mise en image de l’œuvre écrite de Ian Fleming ne concernent que certains de ses romans. On assiste donc à une mise en scène des mêmes éléments phares tirés de l’œuvre écrite. Ce sont ces « petits riens » qui sont l’essence même du personnage et de son univers que les amateurs aiment à retrouver au cours des aventures de Bond!

Daniel Craig est le dernier des 6 acteurs (tous issus de l’ancien empire britannique) ayant endossé le fidèle smoking qui caractérise James Bond. Ce qui peut singulariser le dernier volet de la série composé de Casino Royale, Quantum Of Solace, Skyfall et enfin Spectre, c’est bien la rupture avec le James Bond classique des 20 épisodes précédents. Ici plus de dandy insouciant, luttant contre les horribles méchants à coups de gadgets tous plus épatants les uns que les autres… Daniel Craig nous ouvre les portes vers le James Bond intime, vers l’espion torturé et impitoyable qui colle bien plus à la réalité du personnage que la version idéalisée par Fleming et interprétée par Roger Moore.

Terminés donc, les supergadgets et le laboratoire génial et farfelu du non moins génial et farfelu Q. James n’utilise que les outils techniques d’un service de renseignement moderne. Le point d’orgue de cette évolution se situe dans Skyfall où James, traqué par un génie de l’informatique, effectue un repli stratégique au milieu de nulle part où il vaincra son ennemi avec les moyens du bord. Ce repli hors de toute technologie moderne constitue également un retour aux sources familiales qui lève le voile sur certaines zones du mystérieux passé de James Bond.

Avec Spectre nous redécouvrons avec un plaisir coupable, certains des gadgets qui ont fait le bonheur des fans de James Bond mais nous tairons lesquels.

Nous retrouvons également un des vieux ennemis de James dans son improbable repaire à la tête d’une tentaculaire organisation s’étendant par delà les nations ainsi qu’un nouveau mais éphémère méchant en la personne d’Andrew Scott l’interprète de Jim Moriarty dans l’excellente série britannique « Sherlock ».

Petit bémol tout de même mais qui ne vous empêchera pas d’aller découvrir ce film: on se perd un peu à force de nouveaux méchants et de rebondissements pas toujours pertinents…


Photos : Lengadoc Info

Lengadoc-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

Vous pouvez regarder également

Alain Soral : de « Comprendre l’Empire » à « Comprendre l’Epoque »

11/06/2021 – 12h00 Montpellier (Lengadoc Info) – Dix ans séparent l’ouvrage majeur d’Alain Soral « Comprendre l’Empire » …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.