Kurdes gauche Montpellier

Mais pourquoi la gauche soutient-elle les Kurdes ?

12/04/2016 – 18h00 Montpellier (Lengadoc Info) – Ce dimanche 10 avril à Montpellier, de violents affrontements ont eu lieu entre les communautés kurde et turque sur la place de la Comédie. Pendant plusieurs heures, une cinquantaine puis une centaine de kurdes ont tenté de s’opposer au déroulement d’une manifestation pro-Turquie qui a rassemblé jusqu’à 800 personnes. Les forces de l’ordre ont du intervenir pour séparer les deux camps qui s’affrontaient physiquement au cœur du centre-ville de Montpellier. Si les manifestations pro-kurde sont presque une tradition à Montpellier, l’ampleur du rassemblement pro-Turquie démontre que les services d’Ankara étaient à la manœuvre alors même que la communauté turque reste peu importante dans notre région.

Le romantisme de gauche et les Kurdes

Si ces affrontements ont choqué l’ensemble de la classe politique locale, les réactions n’ont pas été les mêmes. Alors qu’à droite on déplorait l’importation sur le sol français d’un conflit étranger, la gauche, elle, a pris fait et cause pour les Kurdes. Il faut dire que cela fait longtemps que la gauche française soutient la cause des Kurdes. Un soutien qui s’explique par l’orientation marxiste de la principale organisation kurde qui combat en Turquie, le PKK. Alors forcément, un peuple opprimé qui se soulève contre l’oppresseur colonialiste et nationaliste, parfaitement représenté par Recep Erdogan, est une belle cause à soutenir pour le romantisme de gauche anti-colonialiste et anti-fasciste. Pourtant la réalité du terrain pourrait paraître un peu moins belle à cet esprit romantique.

Kurdes gauche Montpellier

Car la gauche française semble l’oublier, mais la cause kurde est avant tout un combat nationaliste et identitaire. Un peuple qui souhaite libérer sa terre de l’occupation étrangère afin de pouvoir vivre selon sa volonté, sa culture, voilà qui semble être une démarche plutôt teintée de nationalisme. Quant au marxisme du PKK, l’histoire a démontré que nationalisme et socialisme n’étaient pas deux concepts politiques antinomiques.

En-dehors de ces considérations purement politiques, regardons de plus près, la réalité du conflit au Kurdistan. Alors certes, divisé entre quatre pays différents (Turquie, Iran, Syrie et Irak) et comprenant une multitude de groupes et de mouvements ayant tous leurs particularités politiques, il est difficile de considérer de manière uniforme les Kurdes. Cependant, une analyse géopolitique permet d’établir certaines vérités générales.

Les curieux alliés des Kurdes

Alliés historiques des Kurdes, les États-Unis s’appuient largement sur le Kurdistan pour leurs opérations contre Daech. D’ailleurs, en Syrie et en Irak, les forces spéciales américaines forment et équipent les Pershmergas. Cela n’est pas nouveau, déjà en 2003, les combattants kurdes avaient pris part aux opérations militaires au côté des troupes aéroportées américaines lors de l’invasion de l’Irak. Tout au long de l’occupation de ce pays, les Kurdes sont probablement ceux qui ont le plus bénéficié de la présence américaine.

Autre allié, plus récent celui-là, la Russie apporte un soutien militaire non négligeable aux combattants kurdes en Syrie contre Daesh. Par exemple, lors de la prise de l’aéroport de Minnigh (près d’Alep) par les Peshmerga, le soutien aérien a été fourni par l’aviation russe.

Enfin, bien que ne poursuivant pas les mêmes intérêts, les relations entre les Kurdes et le camp de Bachar el-Assad sont complexes. Il arrive régulièrement que les combattants kurdes et les forces armées fidèles au régime combattent côte-à-côte contre les islamistes. En tous cas, les Kurdes veillent a éviter au maximum les affrontements entre leurs troupes et celles de Bachar el-Assad.

A moins de considérer George W Bush, Barak Obama, Vladimir Poutine et même Bachar el-Assad comme des furieux défenseurs du socialisme internationaliste, l’image romantique de la lutte des Kurdes, telle qu’elle est perçue par la gauche, semble s’écrouler. Les motivations du peuple kurde sont d’ordre identitaire, nationaliste, voire ethnique. Des motivations légitimes pour tous les peuples du monde, du Kurdistan à la France…

Jordi Vives

Photos : DR

Lengadoc-info.com, 2016, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

Vous pouvez regarder également

Noirs

États-Unis. Selon le FBI, 48% des meurtriers sont des Noirs

11/06/2020 – 02h00 Washington (Lengadoc Info) – Après la mort de George Floyd et les …

13 Commentaires

  1. Je suis vraiment impressionné par la rapidité d’atteinte du point GodWin.
    Comparer le PKK au nazisme, et ce, dès le 3e paragraphe et un remarquable tour de force.

    Ou alors c’est juste un gros troll.

  2. Ces motivations sont-elles légitimes aussi pour Israël?

  3. J’ai plein d’article en provenance des médias de DAESH (Egalement Turc d’ailleurs) qui exploite quelques similaires arguments très troubles et sans consistances mais suffisant pour des personnes sans opinion à l’encontre du PKK.

    Sur l’objectif même du PKK, un confédéralisme démocratique pour le moyen-orient, et, je n’ai pas l’impression que le concept du ROJAVA (exclu des négociations de Genève) sois un coup de pouce des impérialistes, souvenez du slence assourdissants depuis 2011 (sous la pression également des alliés de la coalition, dont la Turquie principalement) ce concept de démocratie radicale du bas vers le haut et non centralisé découle de l’idéologie même du PKK, soite, il existe encore une lutte ethnique, identitaire mais il est plutôt sous la forme de statut de reconnaissance des kurdes comme « un peuple » (selon les nations unis) qui est un combat aujourd’hui encore mené par le PKK, car les morts jonche encore les rues simplement parce qu’il n’ont toujours pas obtenu de droits politique et culturel, qui, manque de statut sert la cause des impérialistes à son tour.

    Faudrai revoir votre copie « Jordi machinchouette »

    • Et, de plus, vous confondez M. Barzani, qui est le représentant du Kurdistan Régionale d’Irak (Représentant du capitalisme kurde) avec ces forces du Peshmerga, et la guerilla du PKK.

      Et plein d’autres incohérences en lien avec votre incompréhension réel du terrain,

      Désolé de vous redire cela mais, faut revoir votre copie.

  4. Étant d’origine kurde, je connais la problèmatique kurde, et suis donc en total désaccord avec vous. La majorité des kurdes souhaitent qu’on respecte leur identité culturelle, ce que je trouve normal puisqu’ils ne cessent d’être opprimés. Le combat des kurdes est lié et accompagné historiquement d’un projet politique : celui d’une égalité femme/homme, d’une politique socialiste et désormais écologiste, du respect des minorités. Preuve en est avec la mise en place de l’obligation d’une parité au sein des commissions politiques au Rojava. Critiquer l’autoritarisme de certains partis kurdes est nécessaire et indispensable. Pour autant, je pense qu’il faut encourager ce peuple du Moyen-Orient qui est l’un des rares, si ce n’est le seul, à défendre des valeurs humanistes.

  5. Les kurdes ont été trahis par les européens, qui leur avaient promis le pays qui leur revient !!!
    D’autre part, les turcs ont génocidé les arméniens, puis chassé les grecs et depuis, ils martyrisent les kurdes …..
    Actuellement les turcs veulent s’installer en Europe et la coloniser ….. Ça commence à bien faire non ???

  6. Nous ne pouvons être qu’horrifiés par les massacres commis contre les kurdes depuis quelques mois, les enfants abattus dans les rues, les femmes torturées et leurs cadavres dénudées exposées, l’utilisation d’armes chimiques afin d’exterminer les populations à l’intérieur de leurs habitations, les destructions complètes de certains quartiers, la destruction de la bibliothèque de Dyarbakir et de tout le centre historique. L’état turc s’en prend à toutes les minorités et les chrétiens ne sont pas épargnés. Il suffit d’être un humain pour compatir et être solidaire du génocide contre les kurdes qui est en train de se dérouler depuis plusieurs mois. Ce n’est pas une affaire de parti politique.

  7. Merci de revoir votre complètement votre copie cher Jordi Vives.

    Nous pouvons voir que vous n’avez strictement rien compris au sujet du people Kurde et de sa lutte pour la reconnaissance de ses droits. Pour rappel, c’est le plus grand people appatride du monde 30 à 40 millions de personnes !

    Quand je lis « […]il est difficile de considérer de manière uniforme les Kurdes […] », je monte au plafond, c’est n’importe quoi ! Le people Kurde possède sa propre langue (avec plusieurs dialèctes, comme le français), sa propre culture, sa propre tradition, etc. Il ne forme qu’un seul et même peuple à part entire. Le Kurdistan a été oublié et spéparé par les accords Skyctes-Picot après la grande guerre…

    L’auto-determination des Kurdes est un droit FONDAMENTAL et personne ne peut decider de leur avenir à part eux.

    Vous faites des raccourcis très dangereux qui profitent aux détracteurs de la cause Kurde.

  8. qualifier la lutte d’un peuple contre un occupant et un oppresseur de « nationalisme » et postuler que par conséquent c’est mal est une drôle de raisonnement. Donc la Résistance française en 40-45 c’était du vilain nationalisme, et il aurait fallu soutenir le gentil internationaliste qui souhaitait la victoire de l’Allemagne, pour ne pas être de vilains nationalistes et d’affreux Gaullistes ? hmm je ne sais pas où vous allez là – « antifas » ?

  9. J’ai lu plus au moin les commentaire, pour commencer faudra connaître l’origine des kurdes d’ou il vienne. Les kurdes son originaire d’Asie central plus précisément Inde-Pakistan il son arien et son un peuple Perse. Il on migres on masse pour attaquer les peuples semites les Elamites qui se situe en Iran actuel (Mont Zagros) il se son instaler la bas. Puis ensuite c’était l’invasion des Turcs (Seldjdoukide) qui on mis fin à lempire Byzantin qui se son instaler en Anatolie avec les grecs et arménien. Les Turcs on ouvert les porte de l’anatolie au kurdes qui se son instaler a Lest de l’anatolie qui Ete un allier au Ottoman. La culture kurde est fortement influencer par la culture Turcs, Iranienne et arabes. Les kurdes ne forme pas une ethni mais un ensemble de peuplé qui appartient au Perse. Et il son extrainement raciste envers les Turcs et Arabes il son très nationaliste et kurdolatre. Faire passer les kurdes pour des opprimé sa me fera simplement rire on étudie leur propre langue des école kurde son disponible en Turquie quelque école kurde on Ete ferme car ses école aider à finance le groupe terroriste kurde du pkk.
    Le pkk a massacre plus de 45.000 civil que sa soit Turcs ou Kurdes il force a partager et menace les kurdes à partager les même idéologie. Se son des faux démocrate qui veul imposé leur loi et qui se rebelles si il ne son pas d’accord. Bref l’histoire est longue beaucoup de chose à dire c’est seulement un petit échantillon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.