brexit

Brexit : Sauve qui peut ! L’Europe face à une nouvelle crise financière

09/07/2016 – 16h45 Montpellier (Lengadoc Info) – La menace d’une bulle immobilière anglaise menace l’économie réelle. Effectivement, en l’espace de trois jours seulement, sept fonds immobiliers ont été gelés suite à des demandes de rachats massifs (21,03 milliards d’euros) après le Brexit. Un air de « déjà-vu ». En 2008, les difficultés des fonds à faire face à leurs obligations ont été le début d’une crise systémique, par le biais de la chute des prix de l’immobilier, menant à la faillite de banques, notamment celle de Lehman Brothers.

Pour David Buik, analyste de marchés chez Panmure Gordon à Londres, « il y a cette inquiétude d’une entrée en récession d’ici le premier trimestre 2017. On assistait déjà à un ralentissement des investissements étrangers dans l’immobilier commercial. Le gouverneur de la Banque d’Angleterre a parlé d’une chute de 50% du chiffre d’affaires du secteur depuis le premier trimestre. Si cette tendance s’accélère, l’impact sera significatif. »

Le Brexit crée donc un trouble pour les investisseurs sur le long terme, déstabilisant ainsi les marchés financiers, et favorisant le repli sur les valeurs refuges telles que l’or, le yen, le franc suisse ou des obligations d’état.

Les banques européennes face au Brexit

Le système bancaire européen sera mis à rude épreuve, notamment par la présence de banques européennes dans la City, leur exposition face au marché immobilier, la question de la délocalisation sur le Vieux Continent, et les taux historiquement bas générant une faible rentabilité et donc un système fragile, malgré les nouvelles réglementations en matière de fonds propres. Seul maillon faible ? Les banques italiennes et leurs créances douteuses… Une réaction en chaîne aurait des conséquences néfastes pour l’Europe, les finances catastrophiques des états ne pouvant plus leurs permettre de s’endetter dans le cadre d’une relance. Les investisseurs craignent le déclenchement d’une crise financière en Europe, d’autant plus qu’il y règne un désaccord sur le renflouement des banques italiennes entre Matteo Renzi et ses partenaires européens. L’effet “domino” mènerait l’Europe dans des difficultés sans précédent.

Le spectre d’une crise financière telle celle de 2008 hante les esprits. Les indices reprennent certes des couleurs, mais il est observé un faible volume d’achat, laissant penser que ce rebond repose sur du sable et qu’un effet de contagion mènerait le secteur bancaire à la cave.

Bertrand Leuenberger

Photos : DR

Lengadoc-info.com, 2016, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

Vous pouvez regarder également

Retraites. Un effet Covid impacte les déclarations

26/05/2021 – 08h00 Montpellier (Lengadoc Info) – Dernièrement, le directeur général de la Caisse nationale de …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.