Accueil » Politique » Montpellier. Des militants du Front National agressés par les membres du squat Le Royal Occupé
Front National

Montpellier. Des militants du Front National agressés par les membres du squat Le Royal Occupé

29/03/2017 – 20h35 Montpellier (Lengadoc Info) – Ce mercredi 29 mars cinq militants du Front National ont été pris à partie par une quinzaine de militants de la mouvance antifa.

Tracts arrachés de force et jets de farine sur les militants du Front National

Ce mercredi après midi, alors qu’ils tractaient depuis près de deux heures, cinq militants du Front National ont été agressés par une quinzaine de militants d’extrême gauche. Vers 16h, alors qu’ils se trouvaient dans la Grand Rue Jean Moulin, les membres du parti de Marine Le Pen ont été pris à parti par une quinzaine d’individus. « Ils sont arrivés à une quinzaine en hurlant et en nous traitant de fascistes. Ils voulaient nous faire dégager » témoigne l’une des victimes.

Devant le refus des militants du Front National de faire marche arrière, les antifas ont arraché de force les tracts des mains des militants et leur ont jeté de la farine au visage. A noter que l’une des militantes FN agressées est âgée de 70 ans, une autre de 16 ans. 

Les agresseurs sont des membres du squat antifa Le Royal occupé

Malgré les menaces, l’un des militants du Front National a pu prendre en photo leurs agresseurs. On peut voir parmi eux une tête bien connue des services de police, à savoir Jules Panetier. Ce dernier a fait beaucoup parler de lui depuis un an. Après avoir passé l’été dernier en prison pour avoir proféré des menaces de mort contre un policier et menacé de violer sa femme et ses enfants, il a de nouveau été arrêté puis relâché en novembre dernier. Placé en contrôle judiciaire pour outrage à agent, il risque jusqu’à 3 mois de prison ferme.

Front National
Jules Panetier (au second plan) photographié par l’un des militants FN lors de l’agression à Montpellier.

En plus de ces affaires judiciaires, Jules Panetier est aussi connu pour être l’un des leaders du squat d’extrême gauche Le Royal Occupé situé 13 rue Boussairolles, en plein centre ville de Montpellier. Un squat politique dont les membres ont, lors du dernier Karnaval des Gueux, attaqué des dizaines de petits commerces du centre-ville de Montpellier. Pire encore, au début du mois de février, une femme a même été violée dans l’enceinte du squat.

Lors d’un reportage sur le Royal Occupé, France 3 avait décrit ses membres comme des « agitateurs culturels ».

Photos : Facebook

Lengadoc-info.com, 2017, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

Vous pouvez regarder également

parapluie

Gilets Jaunes, Black Blocs, communisme et parapluie

16/09/2019 – 18h15 Montpellier (Lengadoc Info) – Depuis quelques semaines la presse « mainstream » s’intéressent à un …

8 Commentaires

  1. L’impunité dont jouissent les antifas et autres racailles grâce à la complaisance de ce pouvoir bobo est inacceptable. Il est temps de mettre une équipe patriote réellement responsable à la tête du pays …

  2. Si cela avait ete des membres du Front National qui se seraient comporter de cette facon directement en garde a vue ! On parle toujours du Front National mais jamais de l’extreme gauche groupe pourtant ulta violent ! Ils sont la a guetter chaque magnifestation pour semer la zizanie afin que l’on croit que le Front National est derriere cela …..

  3. Nous sommes les gentils et vous les méchants

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.