Sakkam

Terrorisme. Un djihadiste de Lunel fait prisonnier en Irak recadré par un soldat kurde [Vidéo]

23/01/2018 – 18h10 Irak (Lengadoc Info) – Originaire de Lunel (Hérault), un djihadiste membre de l’Etat Islamique a été arrêté par les forces kurdes en Irak. Interviewé par France 2, celui-ci explique qu’il veut désormais rentrer en France. Mais l’interview ne va pas se passer comme prévu.

« Je veux retourner chez moi »

On l’appelle « Yassine » mais sa véritable identité n’est pas connue. Ce djihadiste âgé de trente ans est de nationalité française et il habite Lunel. Comme des dizaines d’autres « lunellois », il a rejoint les rangs de l’État Islamique en Syrie et en Irak.

Aujourd’hui prisonnier des forces kurdes en Irak, il témoigne devant la caméra de France 2 où il explique qu’il a bon espoir de rentrer chez lui, en France. Mais l’interview prend un autre tournant lorsque son gardien kurde, qui est en fait un volontaire français, lui explique que ça ne va pas être aussi simple.

« -Tu crois que ça va être aussi facile que ça de rentrer chez toi après avoir été avec l’État islamique, avoir vu des gens se faire décapiter et ne pas avoir réagi?


– Comment voulez-vous que je réagisse ? Que je me fasse couper la tête comme eux ? Moi, je veux rentrer chez moi et oublier.


– Tu crois que nous, on va oublier tous les gens qui sont morts dans cette guerre, oublier tous nos camarades qui sont morts à cause de gens comme toi.


– Moi, j’ai rien à voir avec eux. J’ai pas pris les armes.


– Pourtant, on t’a arrêté avec le motif de combattant.


– Et oui, c’est ça le problème.


– Et oui, c’est ça le problème. »

Car contrairement à ce que prétend « Yassine », le djihadiste a bien pris les armes pour combattre aux côtés de l’État Islamique. S’il raconte qu’il était venu chercher son petit frère et qu’il n’est pas du tout islamiste, plusieurs photos prouvent que celui-ci a combattu dans les rangs de Daech.

Le retour des djihadistes français, la nouvelle menace terroriste

Après les cuisantes défaites de l’Etat Islamique contre les armées irakienne et syrienne et leurs alliés, nombre de djihadistes venus d’Europe cherchent à rentrer chez eux. En France, ce sont 1 700 personnes qui ont rejoint l’Etat Islamique depuis 2014 dont 278 seraient mortes dans les combats. Si 300 de ces djihadistes seraient rentrés depuis, le ministre des Affaires Etrangères, Jean-Yves Le Drian, a déclaré le 9 décembre dernier que 500 djihadistes français seraient encore en Syrie et en Irak.

Photos : DR

Lengadoc-info.com, 2018, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

Vous pouvez regarder également

Kleber Mesquida

Mineurs isolés. Kleber Mesquida minimise l’ampleur du phénomène selon un syndicat de police

07/10/2020 – 17h40 Montpellier (Lengadoc Info) – Sans grande surprise, le président du Conseil départemental de …

5 Commentaires

  1. laissons-faire les kurdes et leurs amis; ils ont plus de discernement que n’importe quel pseudo magistrat français

  2. Pensez vous vous qu’il puisse déclarer: »Oui je suis venu avec mon frère pour égorger les koufars et faire ce que me demanderait Daesch » ??? Non, comme tous ces lâches qui se font prendre ! »Je suis venu pour tourisme et visiter les églises de Syrie » Tout comme Mahomet qui égorgeait les prisonniers ficelés qu’on lui apportait ! mais pris la main dans le sac, ils sont prêts à tout renier comme le coran le leur conseille (faire profil bas quand on est pas en force). D’autre part ne plus dire comme pour son frère « mort en martyr », mais « mort sacrifié par connerie pour le plaisir de tuer des innocents et pour les 72 vierges qu’ils pensent tous trouver je ne sais où !!!!
    Mais je fais confiance aux kurdes ils sont moins cons que la gauche française et moins lâches que nos politiques qui eux savent le danger mortel que représente l’islam, mais leur lèchent les babouches pour avoir les votes !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.