Accueil » International » Espagne. Après le règne de Mariano Rajoy, le Parti Populaire effectue un virage à droite avec Pablo Casado
Pablo Casado

Espagne. Après le règne de Mariano Rajoy, le Parti Populaire effectue un virage à droite avec Pablo Casado

26/07/2018 – 17h10 Madrid (Lengadoc Info) – Le Parti Populaire, la droite espagnole, a désormais un nouveau chef, Pablo Casado, et surtout une volonté de rompre avec l’héritage de l’ancien premier ministre, Mariano Rajoy.

Avec Pablo Casado, le Parti Populaire « is back » !

Après quatorze années de règne à la tête du Parti Populaire, Mariano Rajoy a finalement jeté l’éponge après la motion de censure qui lui a fait perdre son poste de premier ministre. Pour le remplacer à la tête du parti, c’est finalement Pablo Casado qui a été élu face à Soraya Sáenz de Santamaría.

A 37 ans, le nouveau chef de la droite espagnole est considéré comme représentant l’aile droite du Parti Populaire. Pablo Casado l’a indiqué, il n’a pas l’intention de s’inscrire dans la continuité de son prédécesseur. En effet, pour gagner les élections internes, il s’est présenté comme le candidat de la rupture face à Soraya Sáenz de Santamaría, héritière de Mariano Rajoy.

« Anti-etablishment », « rebelle », le nouveau patron veut changer la donne et redorer l’image de son parti qui a perdu plus de trois millions d’électeurs. Pour cela, Pablo Casado compte effectuer un tournant vers la droite conservatrice et populiste.

Euthanasie, avortement, Catalogne

Durant la campagne interne, Pablo Casado s’est démarqué de ses opposants en faisant des propositions très conservatrices. Sur l’avortement, il s’est prononcé pour revenir à la loi de 1985, à savoir le droit d’avorter uniquement lorsqu’il y a un risque de santé pour la mère, une grossesse suite à un viol, des malformations physiques ou mentales graves de l’enfant à naître. De même, Pablo Casado s’oppose farouchement à la légalisation de l’euthanasie.

Au sujet de la Catalogne, Pablo Casado s’est montré particulièrement hostile aux indépendantistes. Déjà lors du référendum sur l’indépendance de la Catalogne, il avait menacé Carles Puigdemont de finir comme Lluís Companys, leader indépendantiste et président de la Generalitat de Catalunya, fusillé en 1940 sous Franco. Le nouveau chef du Parti Populaire refuse toute négociation avec les indépendantistes et souhaiterait même faire interdire leurs partis.

Photos : DR

Lengadoc-info.com, 2018, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

Vous pouvez regarder également

Bolsonaro

Brésil. Un sondage donne Bolsonaro à 59 % des intentions de vote pour le second tour des présidentielles

16/10/2018 – 18h10 Brasilia (Lengadoc-info.com) – Rien ne semble arrêter Jair Bolsonaro, le candidat populiste …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.