Robert Ménard
Crédit : Lengadoc Info

Hérault. Annihilée à Montpellier, la droite triomphe à Béziers

16/03/2020 – 19h00 Montpellier (Lengadoc Info) – Dans un contexte de pandémie et de forte abstention le premier tour des élections municipales dans l’Hérault démontre une rupture de plus en plus importante entre Montpellier et Béziers. Les deux principales villes du département s’engagent aujourd’hui dans des tendances politiques totalement opposées.

On a de la peine à y croire tellement les résultats à Montpellier et Béziers sont opposés. Alors que Robert Ménard a été très largement réélu dès le premier tour à Béziers avec 68,74 %, aucun des deux candidats de droite, Alex Larue et Olaf Rokvam, ne sont parvenus à passer la barre des 5 %.

Robert Ménard triomphe à Béziers

On savait que le maire de Béziers était particulièrement apprécié dans sa ville. Alors que les sondages l’annonçaient à 61 % dès le premier tour, Robert Ménard se paie le luxe de frôler la barre des 70 % et d’écraser la « concurrence ». Avec seulement 11,54 % des voix, Pascal Resplandy, le candidat de La République En Marche, arrive en deuxième position avec 57 points de retard sur le maire sortant. Il est le seul à dépasser la barre des 10 % alors que le candidat communiste, Nicolas Cossange, arrive en troisième position avec seulement 6,11 % des voix.

Cependant, même à Béziers la participation a été très faible avec près de 12 000 votes exprimés en moins par rapport à 2014. Résultat de l’abstention, Robert Ménard a été réélu au premier tour avec 1 400 voix de moins qu’au second tour de 2014 alors qu’il avait gagné avec 47 % des voix. L’effet « Coronavirus » était donc bien présent à Béziers ce dimanche.

La fin de la droite à Montpellier ?

Autre ville, autre ambiance, à Montpellier ce dimanche a été catastrophique pour la droite. Du côté des Républicains, la douche a été glacée. Donné entre 7 % et 10 % dans les sondages, Alex Larue a été balayé avec seulement 3,83 % des voix. Le candidat LR a, depuis, annoncé qu’il se retirait de la vie politique.

Du côté de  Olaf Rokvam, les montpelliérains ont sanctionné celui qui se voyait en « bon maire de famille ». Donné à 7 % dans les sondages, l’annonce de la présence de Djamel Boumaaz en troisième position sur la liste, le retrait de l’investiture du Rassemblement National et les explications « hasardeuses » de Olaf Rokvam sur la situation autour de sa liste ont « plombé » les résultats de la liste qui n’obtient que 4,78 %, soit le plus mauvais score depuis la première participation du Front National aux élections municipales à Montpellier en 1983.

Pour rappel, au premier tour des élections municipales en 2014 Jaques Domergue (UMP à l’époque) avait obtenu 22,71 % des suffrages et France Jamet (FN à l’époque) 13,80 %.

Ni Alex Larue ni Olaf Rokvam n’étaient connus des Montpelliérains avec cette campagne des municipales. Le retrait de l’un et les déboires de l’autre soulèvent des questions quant à l’avenir de la droite à Montpellier.

Photos : Lengadoc Info

Lengadoc-info.com, 2020, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

Vous pouvez regarder également

immigrés clandestins

Hérault. Une nouvelle subvention de 1,4 million d’euros pour l’accueil des immigrés clandestins

01/07/2020 – 15h40 Montpellier (Lengadoc Info) – Pour la troisième fois depuis le début du …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.