Accueil » Société » Incendie mortel à Paris. «  Nous n’avons pas assez de mise à l’écart, de neutralisation d’un infracteur potentiellement violent »
incendie

Incendie mortel à Paris. «  Nous n’avons pas assez de mise à l’écart, de neutralisation d’un infracteur potentiellement violent »

06/02/2019 – 08h00 Paris (Lengadoc Info) – Après l’incendie criminel qui a ravagé un immeuble à Paris et fait dix morts et plusieurs dizaines de blessés, la question de la gestion des personnes souffrant de troubles psychiatriques se pose. Présidente de l’Institut des Libertés, Emmanuelle Gave a bien voulue répondre à nos questions à ce propos.

Lengadoc Info : Un incendie criminel a eu lieu dans la nuit de lundi à mardi à Paris et a fait dix morts. On suspecte une femme de 40 ans connue des services psychiatriques. Comme cela est-il possible ?

Emmanuelle Gave : Le problème qu’on a aujourd’hui en France, c’est que les expertises psychiatriques obligatoires sur les auteurs de violences ne sont pas systématiques. Donc cette femme qui avait été internée précédemment en hôpital psychiatrique n’a probablement pas encore été considérée comme une délinquante potentielle. C’est un vrai problème dans notre code pénal : pour l’instant le législateur, surtout depuis les lois Taubira et Dati, n’a pas pris la pleine mesure de ce que l’absence d’internement psychiatrique pouvait laisser demeurer comme dangerosité sur le reste de la population. Nous n’avons pas, contrairement à la Suisse, assez de mise à l’écart et de prévention, de neutralisation d’un infracteur potentiellement violent.

Lengadoc Info : Est-ce la justice qui n’est pas au point à ce niveau là, est-ce qu’il faut modifier les lois ? Ou bien est-ce que ces lois sont déjà existantes mais qu’elles ne sont finalement pas, ou mal, appliquées ?

Emmanuelle Gave : Aujourd’hui, quand les psychiatres évaluent une personne, ils sont en contact avec le juge des Libertés. Le juge des Libertés lui-même n’a pas forcément accès à toutes les données médicales, et les psychiatres eux-mêmes ne se prononcent que sur la la santé mentale de la personne : ils ne se prononcent pas sur la question de la liberté. Avec ce double système, ni l’un ni l’autre n’est vraiment en mesure de dialoguer.

Le juge des Libertés est là pour que la liberté soit mise en valeur, afin que les personnes ne soient pas abusivement retenues. On se retrouve parfois à Paris avec des situations ubuesques, avec des personnes qui peuvent passer pratiquement 2 mois dans des hôpitaux psychiatriques parce que le juge des Libertés n’a pas pu les voir, parce que les délais sont très importants : il y a beaucoup de personnes à voir … Mais à côté de ça, les psychiatres ne disent pas forcément au juge des Libertés « oui cette personne là pourrait être un danger pour autrui », ils ne se prononcent pas sur la dangerosité ou sur la nécessité de la mise à l’écart, et ça, c’est un problème.

Dans le code pénal suisse, il est prévu que le juge puisse intervenir si la personne présente un danger, si elle est en mesure, comme dans notre cas, de commettre un incendie, de commettre des crimes allant au-delà de 5 ans de réclusion, même si ce n’est pas encore arrivé, et ça, c’est une chose sur laquelle nous sommes très en retard en France.

Lengadoc Info : Est-ce qu’il n’y a pas aussi un problème d’infrastructures, est-ce que beaucoup de personnes qui justement devraient être enfermées ne sont pas laissées en liberté parce qu’il n’y a pas de place finalement pour les accueillir ?

Emmanuelle Gave : Effectivement, c’est le cas, mais c’est aussi le cas dans bon nombre de prisons. Le fait que dans notre état régalien nous n’ayons pas choisi de faire les investissements nécessaires alors que la vie en société le nécessite pose problème : une femme a mis en danger la vie de centaines de personnes.


Dire que « nous n’avons pas les moyens » n’est pas une réponse ; en pratique, on pourrait se les donner. On a beau dire ce qu’on veut, bien que l’État nous explique qu’il n’y a pas d’argent, on trouve toujours les moyens de financer de très hauts salaires ou des lignes TGV. La sécurité des personnes et le « régalien » à proprement parler dans ce domaine, c’est-à-dire les prisons et l’encadrement de la population, font quand même partie, à mon sens, des choses primordiales de la vie en société.

Photos : DR/Twitter

Lengadoc-info.com, 2019, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

Vous pouvez regarder également

christianophobie

Christianophobie. L’Hérault n’est pas épargné par la vague d’actes christianophobes qui touche la France

19/02/2019 – 17h05 Sète (Lengadoc Info) – Depuis le début de l’année, la France connaît …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.