Christianophobie. Tentative d’incendie d’une église à Montpellier

27/01/2021 – 19h20 Montpellier (Lengadoc Info) – Lundi 25 janvier 2021, place Mimi-Azais, une tentative d’incendie a eu lieu à l’encontre de l’Eglise Saint-Paul située dans le quartier « populaire » de la Mosson. Heureusement, le curé de la paroisse a découvert le feu à temps pour éviter la catastrophe. Des dégâts sont malgré tout à déplorer. Un acte criminel, comme l’attestent les graffitis obscènes envers la personne du Christ retrouvés sur place, qui s’ajoute à la longue liste des actes de christianophobie dans le département de l’Hérault.

Des tags christianophobes sur les murs de l’Eglise Saint-Paul

C’est aux alentours de 18 heures que le père Jean-Louis Cathala, le curé de la paroisse, découvre l’incendie dans le bâtiment. L’épaisse fumée qui s’échappait de la salle de culte provenait d’une table en bois en grande partie consumée, confirmant clairement un acte volontaire et délibéré. Les pompiers ont été avertis de justesse pour éteindre l’incendie. Sur une photo du Midi Libre, qui a relaté en premier cette affaire, on peut voir des cendres sur la table en question, provenant d’une pile de papiers ou de prospectus posés et incendiés volontairement pour mettre le feu à l’édifice.

Une fois que la police s’est rendue sur les lieux, le curé de la paroisse a découvert avec effroi de honteux graffitis, provocateurs et obscènes, à l’encontre de Jésus- Christ sur les murs de l’édifice. Bien entendu le père Jean-Louis Cathala a déposé une plainte et une enquête est en cours. Ce matin les lieux étaient déserts, les grilles fermées et les inscriptions effacées.

L’église St Paul fermée ce matin

Aucun élément d’enquête n’est disponible pour le moment dans ce quartier où ce sont plutôt les règlements de comptes entre trafiquants de drogue qui défraient la chronique. Bien que le quartier de la Paillade soit un quartier à très forte population musulmane, il est beaucoup trop tôt pour évoquer un contexte de tensions religieuses. L’église St Paul fait régulièrement l’objet d’attaques de ce genre et le père Cathala a pour habitude de faire appel à ses homologues musulmans afin de sensibiliser les jeunes du quartier. Montpellier est également connue pour sa très forte présence de militants d’extrême gauche particulièrement hostiles envers la religion catholique. Des anarchistes avaient d’ailleurs été arrêtés pour avoir tagué un de leurs slogans favoris « La seule église qui illumine est celle qui brûle » sur le portail de l’école catholique Saint Vincent à Sète le 19 février 2019.

Une christianophobie en nette augmentation

Cette tentative d’incendie d’une église nous rappelle que la christianophobie est en constante augmentation sur notre territoire. Et notamment dans l’Hérault.

Tout le monde se souvient de la Croix du Pic Saint-Loup vandalisée dans la nuit du dimanche 10 au lundi 11 mai 2020 par des individus prônant la « Laïcité ». La croix en métal, de plus de 10 mètres et pesant 900 kilos, avait été purement et simplement découpée à sa base.  Notre équipe s’était d’ailleurs rendu sur place pour constater les dégâts impressionnants et pour évoquer l’importance historique de ce symbole de notre région.

Le village de Montblanc, à l’ouest de Montpellier, avait vu son calvaire entièrement détruit fin juillet 2019.

L’église de Pérols avait été profanée par un SDF en Septembre 2020.

A l’entrée de Pont d’Hérault, dans le Gard cette fois-ci, c’est une statue de la Vierge qui avait été décapitée ce mois de juin 2020.

A Sumène, l’église du village avait déjà été recouverte de tags antifascistes en janvier 2015.

La liste est longue malheureusement et en constante augmentation. On constate à ce sujet une nette différence depuis quelques années. Selon le ministère de l’Intérieur, il y aurait eu en France en 2018 : 1063 actes antichrétiens, 541 actes antisémites et 100 actes antimusulmans. Une christianophobie largement sur-représentée et des chiffres inversement proportionnels à l’écho médiatique dont ils jouissent.

Des actes antichrétiens sur-représentés

Ces données proviennent du service central du renseignement territorial (SCRT), un organisme du ministère de l’Intérieur chargé de recenser chaque année les différents actes antireligieux. Ces 1063 actes antichrétiens correspondaient essentiellement à « des dégradations ou atteintes aux biens, et concernaient en grande majorité des dégradations ou du vandalisme dans les églises et dans les cimetières ». Concrètement cela correspond à environ 750 églises touchées, ce qui correspond au nombre de 2 églises vandalisées par jour…

Photos : Lengadoc Info/DR

Lengadoc-info.com, 2020, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

Vous pouvez regarder également

« Pêche au vif ». Après la Chasse, Eddine Ariztegui s’attaque à la Pêche

22/02/2021 – 19h00 Montpellier (Lengadoc Info) – C’est un tweet de Eddine Ariztegui, élu du parti …

One comment

  1. Cela vous étonne ?? Pas moi !!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.