Accueil » Politique » Montpellier. La récupération de l’Acte 22 par la CGT et La France Insoumise ne passe pas chez les Gilets Jaunes
gilets jaunes
Crédit : Lengadoc Info

Montpellier. La récupération de l’Acte 22 par la CGT et La France Insoumise ne passe pas chez les Gilets Jaunes

16/04/2019 – 20h00 Montpellier (Lengadoc Info) – La colère gronde chez les Gilets Jaunes à Montpellier. L’acte 22 a été marqué par une tentative de récupération du mouvement par des syndicats et des partis de gauche, CGT et France Insoumise en tête. Une initiative qui est loin de faire l’unanimité chez les Gilets Jaunes « canal historique ».

Quand la « convergence des luttes » tourne à la récupération syndicale…

Sur le groupe Facebook « Gilets Jaunes de Montpellier » les commentaires vont bon train depuis samedi soir. Ils sont nombreux à se plaindre du déroulement de la manifestation de l’acte 22 qui a vu la tête de cortège occupée par la CGT et La France Insoumise. Un comportement inadmissible pour les Gilets Jaunes. Il faut dire que la manœuvre n’a pas été très « subtile » : banderole « officielle » pour les élus (dont la députée Murielle Ressiguier) et les responsables syndicaux, le service d’ordre de la CGT ainsi que le camion sono du syndicat qui « balançait » l’internationale… la « convergence des luttes » ressemblait plus à une tentative de récupération.

Autres motifs de colère chez les Gilets Jaunes, aucun d’entre eux n’a eu la possibilité de s’exprimer au micro du camion sono de la CGT. Idem pour la délégation qui a rencontré le préfet, elle était uniquement composée de membres de la Ligue des Droits de l’Homme, de la CGT et de l’association de la Libre Pensée (une association de gauche essentiellement connue pour ses attaques contre la religion chrétienne).

Une situation forcément insupportable pour ceux qui manifestent devant la préfecture tous les samedi depuis le 17 novembre et qui, pendant cinq mois, n’ont reçu comme réponse du préfet que du gaz lacrymogène. L’exaspération des Gilets Jaunes a d’ailleurs fini par éclater devant la préfecture ce samedi lorsque ceux-ci ont fini par dépasser la tête du cortège pour reprendre les rênes de la manifestation.

Même du côté de l’Assemblée des Gilets Jaunes du Peyrou, groupe pourtant fortement infiltré par les militants de gauche et très favorable à cette « convergence des luttes », le constat est amer. Lors de l’assemblée de ce dimanche une motion a été votée à ce propos :

« Motion adoptée quant au refus de donner la parole aux GJ lors de la manif du 13 contre la loi « anti-casseurs » alors que les Gilets Jaunes formaient 80 % des manifestants : le refus que nous puissions y prendre la parole, comme le fait qu’une seule organisation ait parlé au nom de tous ne constitue pas une méthode normale… La convergence entre notre mouvement et les organisations ou associations doit se faire dans le respect mutuel. »

Une situation qui n’est pas sans rappeler mai 68 où la contestation populaire avait été récupérée par le Parti Communiste et la CGT qui ont fini par mettre un terme au mouvement. Une situation qui pourrait parfaitement se reproduire aujourd’hui. On a d’ailleurs du mal à comprendre pourquoi la CGT s’intéresserait aux Gilets Jaunes alors qu’elle s’était initialement opposée à ce mouvement le 17 novembre. Serait-ce une façon de reprendre le contrôle de la situation ? Une démarche qui ne serait pas pour déplaire au pouvoir. Des Gilets Jaunes ont d’ailleurs remarqué que, étrangement, ce samedi, le cortège n’avait pas été gazé par les forces de l’ordre…

Photos : Lengadoc Info

Lengadoc-info.com, 2019, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

Vous pouvez regarder également

Twitter

Deux comptes supprimés en deux jours, Twitter veut censurer la députée Emmanuelle Ménard

28/07/2019 – 19h45 Béziers (Lengadoc Info) – Alors que la nouvelle loi Avia n’a pas …

2 Commentaires

  1. Ceci hèlas n’est pas nouveau.
    J’ai organisè les 1er jours ; donc le 17 novembre , l’occupation de l’èchangeur Est , de Carcassonne (Trèbes) en gilet jaune.

    Samedi 7 dècembre à 14h30 je me suis fait virè publiquement et manu militari ( par une dizaine de personnes du groupe organisateur des gj « Carcassonne en colère  » qui m’ont hurlè et sautè dessus ) car je « parlais de manière informel et privè aux participants » et ceci ne plaisait pas aux  » organisateurs » de « Carcassonne en colère » .

    Ils m’ont menacè physiquement , dit « ‘appeler la police  » et me donner l’ordre « de ne plus revenir ». Ne voulant pas me battre je suis donc parti sous les cris de cette dizaines d’individus.

    Les gouttes qui pour eux ètaient de trop, c’est quant visiblement j’ai dit que ;
    « les partis politiques n’ètaient pas la solution mais le problème »

    Quant j’ai èvoquè le TDN THOR fin 2019 à malvèsie et la pollution radioactive pour les terres et l’eau .

    Quant j’expliquais le fonctionement de la dèmocratie direct , votations et tirage au sort des reprèsentants …

    Que la seule solution ètait pour moi la sortie de l’UE de l’OTAN du FMI , bri ….

    Ce que je pense ; c’est que « Carcassonne en colère », est tenu par des millitants politique organisès de lfi., voulant garder le contrôle sur la population locale et la situation en faisant croire que le mouvement est spontanè, en le manipulant discrètement de l’interrieur , distribuer des informations dèformès , interdire la parole et rètentions d’information.

  2. il est vrai que depuis des décennies les groupes de la CGT se sont battu pour leurs revenus ou leurs intérêts à travers des négociations occultes ! J’ai manifesté contre la loi du travail là où ils étaient tout à fait à leur place !! mais il n’y avait qu’eux pratiquement !! bon, ils sont venus de brest ou dunkerque, j’étais à côté des dockers, si ils avaient voulu casser les rangs de CRS, vu le gabarit des dockers, ils seraient montés direct à l’Élysée mais les responsables CGT ont négocié avec le pouvoir et je n’ai pas su mais ils ont eu ce qu’ils voulaient !! et ils sont repartis par les cars ! c’est un exmple !! maintenant, pour les gilets jaunes, j’ai dû échanger durement avec d’autres à Lyon qui étaient plus à gauche et moi qui était contre marackech par exemple !! ils me toléraient c’est tout !! migrants dehors !! ils ne supportaient pas et je leur disais que l’on ne peux pas chanter un coup la marseillaise et un coup l’internationale, j’aime ce pays !!! point !! rien de m’empêche de vouloir des échanges internationaux cordiaux comme avec des amis !! les gilets jaunes sont un fait politique et non syndical, mais nous devons tous être présents !! mais chacun a peur de se retrouver dans une situation qui lui échappe !! la tragédie de notre dame est plus importante, ce fait est utilisé pour donner une image ultra négative sur les GJ car cela pourrait nous être imputé et cela pourrait être en avance de phase pour une répression sans précédent et l’étranger ne bougerait plus !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.