Accueil » Histoire et tradition » Collaboration. Pourquoi 95 députés socialistes ont été exclus de leur parti en 1944 ?
collaboration

Collaboration. Pourquoi 95 députés socialistes ont été exclus de leur parti en 1944 ?

12/10/2019 – 08h00 Montpellier (Lengadoc Info) – C’est un épisode peu connu de la Collaboration mais en 1944, la SFIO, ancien nom du Parti Socialiste actuel, a procédé à l’exclusion ou à la suspension de 95 de ses députés. Motif ? Avoir voté les pleins pouvoirs au Maréchal Pétain et participé activement à la collaboration avec le régime nazi. Une période sombre que certains aimeraient bien faire oublier…

Quand les socialistes votaient les pleins pouvoirs à Pétain et la fin de la République

On le sait peu mais François Miterrand n’a pas été le seul socialiste à participer activement au régime de Vichy et à la Collaboration. En réalité, bon nombre d’élus et de militants socialistes ont été très engagés au côté du maréchal Pétain et de l’occupant nazi, à tel point qu’à la Libération, la direction de la SFIO a dû faire un sacré ménage dans ses rangs.

Après la défaite du printemps 1940, les députés et sénateurs sont rassemblés au théâtre du Grand Casino de Vichy le 10 juillet pour voter les pleins pouvoirs à celui qui apparaît alors comme la figure rassurante du sauveur de la France et héros de Verdun. Plus de deux cents parlementaires SFIO y assistent mais seulement 36 s’opposent aux pleins pouvoirs et à la fin de la République contre 170 députés et sénateurs socialistes.

L’historien israelien Simon Epstein rapporte dans son ouvrage « Un paradoxe français – Antiracistes dans la collaboration, antisémites dans la Résistance » les propos de Léon Blum qui prend part au vote mais qui s’oppose à Pétain :

« Le sentiment cruel de ma solitude ne m’avait pas trompé ; j’avais bien eu raison de me juger désormais comme un étranger, comme un suspect au sein de mon propre parti. »

Le pacifisme socialiste, terreau de la collaboration et du collaborationnisme

Mais le lien entre les socialistes et la collaboration ne s’arrête pas uniquement au vote des pleins pouvoirs au maréchal Pétain. En effet, ceux-ci vont prendre une part active dans le gouvernement de Vichy, à commencer par Paul Faure, secrétaire général de la SFIO de 1920 à 1940, et qui sera nommé au Conseil National (une assemblée de consultation créée par Vichy) comme le député Louis L’Hévéder, le député Gaston Bergery qui deviendra ambassadeur de Vichy à Moscou puis Ankara ou encore le député François Chasseigne qui finira secrétaire d’Etat à l’agriculture et au ravitaillement. Simon Epstein rapporte à propos de François Chasseigne qu’il était membre de la Ligue Internationale Contre l’Antisémitisme (LICA, ancêtre de la LICRA) en 1936 et membre de l’association des Amis de la Waffen-SS en 1944 !

D’autres verseront dans la presse collaborationniste comme les députés Paul Rives et Charles Spinasse qui fonderont le quotidien pro-Vichy « L’Effort ».

Et puis surtout il y a le RNP, le Rassemblement National Populaire, l’un des deux principaux partis collaborationnistes, fondé par Marcel Déat, un ancien poulain de Léon Blum, et dont bon nombre des cadres viendront de la SFIO et de la gauche en général.

Le dénominateur commun entre la plupart de ces hommes, qui pour beaucoup ont également milité à la LICA, la Ligue des Droits de l’Homme ou divers comités « antifascistes » ou « antiracistes » durant l’entre-deux guerres, c’est le pacifisme.

En effet, dans les années 30, la SFIO est divisée en plusieurs courants. On y trouve des radicaux (proche des communistes), des centristes (Léon Blum) et puis il y a les « Fauristes » dirigé par Paul Faure. Ces derniers sont animés par un fort sentiment pacifiste qui les pousse à s’opposer à la déclaration de guerre de la France contre l’Allemagne. Ce sont ces « Fauristes » qui prendront le dessus en 1940 avant de se faire exclure de la SFIO à la Libération.  

Photos : DR

Lengadoc-info.com, 2019, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

Vous pouvez regarder également

Révolution française

Un hommage aux victimes de la Révolution Française à Saussines [Vidéo]

28/09/2019 – 19h35 Saussines (Lengadoc Info) – A Saussines (Hérault) des dizaines de personnes ont …

One comment

  1. la bobo chassiasse s’accroche à ses vieilles lunes anti pétainistes, pour mieux faire passer son kollaborationnism avec l’islam

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.