squat

Montpellier. Une guerre entre anarchistes et ultras autour de la gestion d’un squat « Gilet Jaune »

01/02/2020 – 12h30 Montpellier (Lengadoc Info) – L’extrême gauche montpelliéraine semble connaître aujourd’hui une nouvelle crise interne. Point de départ de ce conflit ? La gestion du squat la Soucoupe qui a accueilli la quatrième Assemblée des Assemblées des Gilets Jaunes. Le collectif qui gérait ce lieu illégalement a semble-t-il totalement implosé. Des réglements de compte qui auraient dégénéré en violences.

Le squat La Soucoupe « explose »

Ce n’est pas un phénomène nouveau, sous ses apparences de « convergence des luttes », l’extrême gauche à Montpellier ne constitue pas un bloc très uni : concurrence syndicale entre le Scum et Solidaires à l’université Paul Valéry, conflit entre l’ARM et Solidaires (toujours à Paul Valéry)… plus récemment c’est un responsable écologiste qui a dénoncé la tentative de récupération de la Marche pour le Climat par des anarchistes.

Un nouvel épisode mélodramatique s’est joué il y a quelques semaines autour du squat La Soucoupe situé dans l’ancien musée Agropolis. Le 10 janvier un communiqué est publié sur la page facebook du squat par des membres du collectif. Ces derniers expliquent alors que le collectif a explosé suite au comportement d’un individu à qui il est reproché, entre autres, d’avoir détourné de l’argent pour « financer ses addictions » :

« On ne peut pas habiter et gérer un lieu avec une personne ayant des comportements violents, agressifs, menaçants, sexistes, n’arrivant pas à se gérer sur les plans économique, relationnel ou même sur celui de la drogue. »

Toujours selon le communiqué, l’individu aurait fait pression sur le collectif notamment en faisant venir une trentaine de personnes extérieures au squat lors de l’assemblée générale du 8 janvier.

Dans un autre communiqué émanant de Aïda Abidi Carlier allias « Dax », une militante qui a participé aux deux occupations du cinéma le Royal, celle-ci désigne l’individu en question comme étant « Casti ».

« Dax » lors de la seconde occupation du cinéma Le Royal

Ultras de la Paillade contre anarchistes ?

« Casti », ou Florent Castineira, n’est pas un inconnu à Montpellier. Evoluant dans le milieu « ultra » des supporters du MHSC, « Casti » a perdu un œil après un tir de Flashball en 2012 lors d’un match. Depuis il s’est engagé dans le combat contre les violences policières et s’est rapproché de l’extrême gauche montpelliéraine. Engagé dans la création du squat La Soucoupe, il a été assigné par la justice pour occupation illégale.

Les tensions entre les ultras de la Paillade et les militants anarchistes auraient dégénéré en affrontement physique. « Dax » explique : « Ces derniers 15 jours, la violence a été insupportable et des choses impardonnables se sont produites. Finalement, Casti a chassé le collectif de la Soucoupe par la force en appelant ses potes (débiles qui rappliquent dès qu’ils peuvent taper sur des gens…. ) et il a réussi ». Néanmoins, il se pourrait bien que la violence ne soit pas à sens unique et certains en commentaires accusent « Dax » d’y avoir eu recours également.

Difficile de savoir ce qu’il en est réellement. Néanmoins ce n’est pas la première fois que des violences éclatent entre ultras et anarchistes. En avril 2017 des ultras avaient attaqué le squat Le Royal Occupé (dont faisaient déjà partie Dax et Casti).  

Photos : Lengadoc Info

Lengadoc-info.com, 2020, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

Vous pouvez regarder également

christianophobie

[Vidéo] Christianophobie. La statue de la Vierge Marie décapitée à Pont d’Hérault

24/06/2020 – 18h25 Sumène (Lengadoc-info.com) – Après la croix du pic Saint-Loup découpée au chalumeau, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.