Jean Denat

Jean Denat : une robe noire aux frais du contribuable vauverdois

30/05/2020 – 11h00 Vauvert (Lengadoc Info) – Énigmatique séance du conseil municipal que celle qui aura lieu à la mairie de Vauvert le mardi 2 juin, salle Bizet. Ce jour-là, Jean Denat, maire de Vauvert et premier fédéral du PS gardois, a convoqué le conseil municipal afin de faire prendre en charge par les contribuables vauverdois l’ensemble des frais d’avocat et de justice pour deux procédures.

L’une, de bonne guerre en période électorale, contre son adversaire Jean-Louis Meizonnet, Conseiller régional et candidat RN, pour diffamation portant sur un abus de pouvoir.

L’autre affaire, en revanche, semble exciter bien des imaginations à Vauvert. La convocation du conseil municipal parle d’un « courier non nominatif, arguant de la commission d’une infraction pénale, imputée à Monsieur Denat […] adressé à divers institutions, portant atteinte à son honneur […] ».

Les faits remonteraient à l’époque où Jean Denat était adjoint au maire de Guy Roca et professeur en exercice au collège de Vauvert.

Une rumeur qui court depuis vingt ans

Pour en savoir plus, Lengadoc Info a contacté plusieurs élus et personnalités politiques de la commune, à commencer par Jean-Louis Meizonnet : « Pour la partie qui me concerne, je suis ravi de pouvoir démontrer la réalité de ce que j’ai affirmé. Je suis très serein ». Concernant l’autre affaire : « je n’accorde habituellement aucune importance aux propos non-signés mais je suis bien obligé maintenant d’y accorder de l’importance puisque ce sont les Vauverdois qui vont payer la facture. Si les faits dont il s’agit sont ceux auxquels je pense, c’est une affaire d’ordre privée qui n’a pas à être prise en charge avec l’argent des contribuables ».

De son côté, l’ancien maire Guy Roca nous a indiqué ne pas être au courant du contenu de cette lettre anonyme mais « à l’occasion d’autres élections il y a eu une lettre anonyme aussi, […] une histoire avec une jeune fille, mais il n’y a rien de vrai là-dedans, c’est une histoire qui circule à chaque élection, mais moi, personnellement, je n’ai pas d’éléments ».

L’ancien candidat écologiste, Bruno Lebeau, confirme que cette affaire revient souvent en période électorale depuis une vingtaine d’années : 

« C’est une vieille rumeur qui circule à Vauvert comme quoi il [Jean Denat, ndlr] aurait approché une collégienne quand il était prof […]. Le problème de cette histoire c’est que tout le monde prétend savoir, tout le monde en parle mais il n’y a jamais eu de saisine de la justice à l’époque. Si cette histoire a vraiment eu lieu, il aurait fallu qu’il y ait des plaintes de déposées […]. C’est grave d’insinuer des choses aussi lourdes que ça sans avoir des éléments de preuves […] ».

Jean Denat veut une protection fonctionnelle pour une affaire privée

Au vu de l’affaire, on comprend bien les raisons du maire sortant de porter plainte en diffamation. Mais le souhait de Jean Denat d’avoir recours à la protection fonctionnelle soulève des interrogations dans une affaire qui relève du privé.

« Il a raison de porter plainte en diffamation [….] ; après, faire passer par l’institution, d’un point de vue juridique, je ne vois pas l’intérêt », explique Bruno Lebeau, avant d’ajouter que, « d’un point de vue politique, je pense qu’il veut marquer le coup et avoir le soutien de son conseil municipal. C’est une affaire privée qui devrait rester dans la sphère privée. »

Pour l’ex-candidate divers droite et conseillère municipale d’opposition Joëlle Cachia Moreno : 

« C’est une affaire personnelle, moi j’estime qu’il n’a pas à faire passer au conseil municipal ce genre de protection, puisque c’est personnel, et c’est des deniers publics, donc il n’a qu’à se payer un avocat ».

Autre mystère : pourquoi, alors qu’il y a deux plaintes en diffamation très différentes : l’une portant sur une diffamation supposée de Jean-Louis Meizonnet qu’il assume, l’autre portant sur une diffamation d’un courrier anonyme, le maire exige-t-il que son concurrent Jean-Louis Meizonnet soit privé du droit de voter pour la partie qui ne le concerne pas ?

Contacté à plusieurs reprises par Lengadoc Info, Jean Denat n’a pas répondu à nos sollicitations.

Photos : DR

Lengadoc-info.com, 2020, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

Vous pouvez regarder également

Carole Delga

[Interview] Articles sur la condamnation de Carole Delga supprimés. Le RN censuré par la presse régionale ?

11/09/2020 – 12h30 Beaucaire (Lengadoc Info) –   Lengadoc Info : Carole Delga a été condamnée définitivement pour …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.