Quand Robert Ménard déclenche une crise au Midi Libre

22/02/2015 – 18h30 Béziers (Lengadoc-info.com) – Les coups d’éclat de Robert Ménard ont fait de lui un des sujets favoris des médias régionaux et nationaux espérant transformer en audimat la popularité du maire de Béziers. Mais cela peut également jouer des tours à la presse comme c’est actuellement le cas au sein des équipes du Midi Libre où la dernière campagne d’affichage de la municipalité biterroise a déclenché une crise interne importante au sein du journal.

Le 12 février dernier, Olivier Gérolami, directeur de la publication du Midi Libre a éxigé que l’article sur la dernière affiche sur l’armement des policiers municipaux biterrois ne soit pas publiée. Selon Olivier Gérolami, l’article rédigé par Arnaud Gauthier, le rédacteur en chef de l’agence de Béziers du quotidien, serait susceptible d’entrainer des poursuites judiciaires de la part de Robert Ménard pour diffamation. « J’ai demandé une vérification de ce risque juridique, peut-être pas fondé car je ne suis pas docteur en droit, mais je rappelle que nous faisons déjà l’objet, pour un autre article, de poursuites en diffamation de la mairie de Béziers » précise Olivier Gérolami.

Mais pour la société des journalistes du Midi libre (Sojomil), cette décision est « incompréhensible et abusive » et bafoue l’indépendance de la rédaction. De son côté, le Syndicat National des Journalistes (SNJ), majoritaire au sein du quotidien a dénoncé « une défiance et un manque de courage. A trop vouloir se protéger, Olivier Gérolami a désavoué et fragilisé la rédaction de Béziers. »

Arnaud Gauthier a depuis annoncé sa démission du poste de chef d’agence.

Photos : DR

Lengadoc-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

Vous pouvez regarder également

Des coups de matraques donnés par les antifas

Montpellier. « Jeunesse Saint Roch » attaquée par des antifas

23/10/2020 – 08h30 Montpellier (Lengadoc Info) – Décidément il ne fait pas bon coller des affiches à …

3 Commentaires

  1. Outlock Midilibre est un journal  »stalinien » ils ont horreur de la vérité : voici un exemple : au cours d’une conférence sur ma mission à Aouchwitz , un communiste est venu pour  »casser la baraque » il a brandi une feuiulle de papier , lettre disant que je n’étais p

    • pas un déporté ! que je n’avais pas de carte ! et vite ils sont partis dès que calmement je leur ai dit que ce titre d’appellation contrôlée n’était pas un honneur, je n’en faisait pas état . Dans mes conférences je dit nettement et clairement que le pacte germano-soviétique avait des adeptes chez les communistes , j’ai été le plus jeune pilote de chasse de France en 1939 (je suis né en 1921!) et subi les sabotages des cocos train d’atterrissage scié au dégeaujage ! limaille dans le moteur, armes graissées (l’huile gèle en altitude et paralise les armes !) J’ai fait mission de 5MOIS ET DEMI à Auschwitz comme officier de renseignement pour savoir comment les nazis obtenaient du carburant avec le charbon (Usine à Blechammer en Pologne) .Pour répondre à ces menteurs je suis allé à Midilibre leur apporter copie de ma carte de déporté en bonne et due forme avec les dates et le lieu ! Ils n’ont pas voulu publier ma réponse sans réplique !!! Chez eux menteurs professionnels seul les staliniens sont pris en considération!Georges Marchais traître parti volontair Ae chez Messerchmit devenu député grande gueule Maurice Torrez déserteur devenu ministre ! La honte est sur eux mais ne veulent pas la voir –A.Sabatier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.