Les 8 Salopards: un huitième Tarantino très réussi ! (En avant première et sans spoil!)

06/01/2016 – 18h30 Montpellier (Lengadoc Info) – Un western hivernal donc pour ce huitième film réalisé par le talentueux Quentin Tarantino, on aime le personnage ou on le déteste c’est selon… Ce long métrage filmé en 70 millimètres, s’inspire des « 7 mercenaires » de John Sturges (1961) adapté des 7 Samouraïs de Kurosawa, et où les « héros » seraient issus des « 12 salopards » de Robert Aldrich (1967). On retrouve bien là le gout de Tarantino pour le 7ème art avec l’emploi de références multiples aux films cultes des grandes heures du genre.

Pour parler un peu de l’histoire en elle même sans rien dévoiler, huit personnages emblématiques et bien trempés vont se retrouver bloqués dans un relais de diligence à cause d’une tempête de neige. Le centre de toutes les attentions sera la seule présence féminine de Daisy Domergue, une criminelle en route pour la pendaison dans la ville proche de Red Rock. Las, le chasseur de prime qui l’escorte va se retrouver mis en difficulté, isolé face à d’étranges voyageurs tous plus louches les uns que les autres. Un Cluédo grandeur nature où le ou les coupables seront dévoilés au fur et à mesure et où des alliances improbables seront nouées.

Un film long, 2h45 tout de même, divisé en 5 chapitres, où l’on ne s’ennuie pas une seule seconde et qui donne le temps à Tarantino de bien camper les personnages et de jouer admirablement avec les interactions. Nous apprenons tout de certains et même les moins approfondis nous apparaissent comme étrangement familiers.

Peut être cette familiarité est elle due au casting du film. En effet, selon son habitude, Tarantino aime à travailler avec ses acteurs fétiches. Ainsi nous retrouverons en acteur principal Kurt Russel dans le rôle d’un chasseur de prime et pilote psychopathe dans Boulevard de la Mort. Tim Roth dans le rôle d’un bourreau, qui interprétait le braqueur du Coffee Shop dans Pulp Fiction et Mr Orange dans le cultissime Réservoir Dogs. Présent également l’acteur Mickael Madsen dans le rôle d’un mutique cowboy, interprétant un tueur has-been dans Kill Bill et endossant le rôle de Mr Blonde, le tueur psychopathe dans Réservoir Dogs. On retrouvera également Samuel Jackson interprétant le rôle d’un ancien officier nordiste, qui apparaissait dans Pulp Fiction dans le rôle du tueur repenti Jules, dans Jackie Brown comme un trafiquant d’armes et l’esclave retors dans Django. Petit détail pour les fans: Samuel Jackson arbore encore une nouvelle coupe de cheveux!

Pour la bande son Tarantino s’est offert les services du génial Ennio Morricone qui aura réalisé les thèmes, entre autres, de nombreux westerns spaghettis, genre cher à Tarantino. Il est à noter que Tarantino n’a pas cherché à reproduire un énième western mais juste à utiliser l’univers bien particulier du far-west. Ainsi point de désert aride et de chaleur torride puisque l’action se déroule en huis clos presque total par un blizzard digne des écrits de Jack London.

A recommander donc, pour les fans et pour les autres, car on se plaît à retrouver l’esprit des tarantinos des débuts. A condition bien évidement d’arriver à supporter les contenus sexuellement explicites, les scènes de violence gratuite assez gores parfois, les violences envers les femmes ainsi que la répétition d’insultes racistes (le mot « nègre » étant répété à peu près une centaine de fois). Du Tarantino quoi!

Photos : DR

Lengadoc-info.com, 2016, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

Vous pouvez regarder également

Alain Soral : de « Comprendre l’Empire » à « Comprendre l’Epoque »

11/06/2021 – 12h00 Montpellier (Lengadoc Info) – Dix ans séparent l’ouvrage majeur d’Alain Soral « Comprendre l’Empire » …

One comment

  1. Il y a donc d’autres salopards que dans le gouvernement bobo actuel …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.