Mme Delga préside le Conseil Supérieure de l'Economie Sociale et Solidaire

Région LRMP : la séance plénière tourne au duel entre la gauche et le FN

06/01/2016 – 16h50 Toulouse (Lengadoc Info) – Ce lundi, la première réunion de la nouvelle région Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées s’est tenue à Toulouse. Les 158 élus ont d’abord procédé à l’élection du président. Cette première étape fut introduite par le doyen d’âge de l’assemblée, Gérard Maurin, élu FN de Lodève. Il fut assisté par le plus jeune élu, le toulousain Quentin Lamotte, militant FN lui aussi. Notons qu’une partie de la gauche, gênée par la présence de ce binôme frontiste, avait menacé de perturber la séance ou de modifier les règles de fonctionnement de cette journée inaugurale. Au final, aucun incident n’a été signalé et le vote s’est déroulé normalement.

Deux candidates ont brigué la présidence de la région : Carole Delga, chef de file de la gauche et France Jamet, figure historique du FN. Les Républicains et leurs alliés centristes (UDI et Modem) n’ont présenté aucun candidat et se sont contentés de mettre des enveloppes vides dans l’urne. Si France Jamet a logiquement récolté 40 voies (correspondant aux 40 élus FN/RBM), Carole Delga, sortie victorieuse, n’a pas fait le plein : parmi les 93 élus de gauche, 4 ont refusé de la soutenir. Cette première contestation est symptomatique des tensions importantes que connaît la majorité.

A peine en fonction, Carole Delga a provoqué la colère des élus frontistes en utilisant à plusieurs reprises le terme « extrême droite » pour désigner le groupe FN/RBM. France Jamet a répliqué de manière cinglante en rappelant que les électeurs frontistes, représentant plus du tiers des citoyens en LRMP, doivent être respectés. Elle a en outre dénoncé le « gloubiboulga » que constitue selon elle la coalition hétéroclite de la gauche régionale (mêlant socialistes midi-pyrénéens, anciens frêchistes, radicaux, écologistes, régionalistes et mélenchonistes). Les Républicains ont eu beaucoup de mal à trouver leur place dans ce duel Delga/Jamet. Thierry Deville, élu LR de Montauban, s’est permis de recadrer Christian Assaf (PS) jugé outrancier dans sa critique du FN.

Après cet échange musclé, Carole Delga a proposé au vote deux rapports portant sur des points techniques (délégations de pouvoirs de l’assemblée plénière à la présidence et à la commission permanente). Là encore, le groupe FN s’est opposé, considérant que l’assemblée est la plus légitime et compétente à prendre des décisions. La gauche, une fois de plus soutenue par Les Républicains et les centristes, a obtenu une large majorité.

Au terme d’une journée solennelle, chacun a pris ses marques et a imposé son style. La gauche affiche son credo « anti-FN » pour masquer ses nombreuses divisions. Le FN s’impose comme une opposition résolue et combative. LR, l’UDI et le Modem ont quant à eux du mal à exister. Leur chef de groupe, Dominique Reynié, menacé d’inéligibilité, peine à se démarquer des décisions de la gauche.

Photos : DR

Lengadoc-info.com, 2016, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

Vous pouvez regarder également

Ligue du Midi

La Ligue du Midi fête ses dix ans les 5 et 6 septembre

28/08/2020 – 18h35 Nîmes (Lengadoc Info) – La traditionnelle journée de rentrée de la Ligue …

4 Commentaires

  1. A défaut de la droiche dans cette nouvelle région on a droit à une gaute … et le FN comme véritable (seule ?) opposition !

  2. il est naturel que le 1er parti de france –le FN—malgré le mode d’élection mis en place pour lui ba

    • pour lui barrer la route au mépris d’une certaine  »démocratie » dis ai je donc–soit le plus virulent donc morde le plus face à l’éternelle misérable coalition umps sans idéaux, sans programme que celui de garder des places au chaud–

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.