Albéric Dumont : « La seule chose qu’a vraiment réalisé François Hollande c’est la loi Taubira »

12/03/2016 – 18h05 Montpellier (Lengadoc Info) – Présent à Montpellier pour participer à une conférence sur la jeunesse dissidente, Albéric Dumont, vice-président de La Manif Pour Tous, a accepté de répondre aux questions de Lengadoc Info.

Albéric Dumont, trois ans après le vote de la loi Taubira, quel est l’intérêt du combat que mène La Manif Pour Tous ?

Albéric Dumont : La Manif Pour Tous a été créée fin 2012 pour s’opposer au projet de loi dit du « mariage pour tous ». On s’est opposés avec passion contre ce texte parce-que le « mariage pour tous » englobait l’adoption pour tous et donc donnait des droits de filiations aux couples de même sexe. Aujourd’hui cette loi est passée, il y a une défaite de notre côté. Ce texte, aujourd’hui, il est en vigueur, il existe, mais il est mauvais et nous continuons de lutter contre ce texte. Notre objectif est de revenir sur ce texte parce-qu’il faut protéger les enfants et leur permettre de leur redonner le droit d’être élevé par leur père et leur mère.

Comment comptez-vous obtenir le retrait de la loi Taubira ?

A.D : Alors il y a plusieurs solutions juridiques. L’Institut Famille République est un institut qui rassemble une centaine de juristes, de professeurs d’université, d’avocats, qui ont écrit le livre blanc de la famille sur comment revenir sur la loi Taubira, et quelles sont les solutions juridiques qui existent. On nous dit que ce n’est pas possible, que l’on ne peut pas « démarier » les gens, etc… Personne n’a demandé le « démariage », évidemment, des couples de même sexe qui sont déjà mariés ; néanmoins, il existe plusieurs solutions pour revenir sur ce texte et protéger la filiation. Nous avons donné ce livre aux candidats à la primaire des Républicains et autres candidats à la présidentielle, afin qu’ils puissent choisir parmi ces solutions celles qui correspondent le mieux à leurs convictions. Mais nous, notre objectif c’est de peser sur les élus d’aujourd’hui, sur les candidats qui seront les élus de demain pour qu’une fois arrivés au pouvoir ils prennent en main ce sujet là, ils mettent en œuvre le retour sur cette loi Taubira pour qu’on la détricote, pour qu’on la neutralise. Ne donnons pas le droit à l’enfant, préservons les droits de l’enfant.

Vous travaillez beaucoup avec les élus, comment ça se passe concrètement ? Comment vous faites pour gérer ces relations avec les différents partis politiques ?

A.D : La Manif Pour Tous est engagée dans la vie publique et politique, sa spécificité c’est qu’elle reste, depuis le jour de sa création, un mouvement transpartisant. On s’adresse à tous les citoyens, on s’adresse à tous les élus, quelque soit leurs convictions, quelle que soit leur étiquette politique. Nous ne sommes pas la pour faire la campagne d’un candidat, nous ne sommes pas la pour soutenir tel élu. On est simplement là pour informer le grand public et nos sympathisants des positions que prennent les candidats sur notre sujet. Sur la relation avec les élus, en général, on est quand même bien accueillis, on arrive à discuter, mais c’est vrai qu’il est extrêmement compliqué de naviguer entre les partis sans céder à la tentation d’entrer dans un parti. Alors bien sûr nous travaillons avec les partis d’opposition donc Les Républicains, le Front National, l’UDI, etc. Dans tous les partis quels qu’ils soient, vous avez de très bons éléments comme de très mauvais et ça aucun parti n’échappe à la règle.

Et avec la gauche comment ça se passe ?

A.D : A gauche, apparemment il y a une discipline qui a été respectée depuis des années. A part certains éléments, il est très difficile de discuter avec les parlementaires. Le parti socialiste a donné des consignes. Vous avez certains maires qui acceptent de nous recevoir et vous avez aussi quelques voix qui commencent à s’élever à gauche notamment sur les questions de Gestation Pour Autrui. Vous avez notamment Sylviane Agacinski, José Bové, des ténors de la gauche qui se lèvent aujourd’hui pour dire « attention, ça va trop loin, on va exploiter le corps des femmes, on va marchandiser les enfants ». Mais on a quand même cette difficulté de travailler avec des parlementaires, notamment du parti socialiste, qui dans la plupart des cas, refusent tout simplement le dialogue.

Cette semaine, François Hollande baisse de 7 points dans les sondages, qu’en pensez vous ?

A.D : Ce que je ne comprends pas c’est comment quelqu’un qui perd 5 à 7 points dans les sondages chaque semaine, arrive encore à être dans le positif. François Hollande a un bilan de mandat catastrophique, la seule chose qu’il aie vraiment réalisé, et il faut en avoir conscience, c’est cette loi Taubira qui divise les Français. Aujourd’hui il paye la note de son mandat raté. Même ses derniers soutiens, ses derniers bastions, aujourd’hui se lèvent contre lui à propos de la loi Travail. Il aura réussi un exploit c’est de se mettre tout le monde à dos. Sur tous les dossiers qu’il a ouverts, il y en a qu’un seul où il est allé au bout, c’est la loi Taubira. Je ne sais pas combien il y a eu de milliers d’événements organisés par La Manif Pour Tous et ses antennes locales et le gouvernement n’a pas reculé. Aujourd’hui vous avez une pétition électronique sur la loi Travail et le gouvernement recul dans l’heure. On a le sentiment, alors que nous sommes citoyens français comme les autres, d’être considérés comme des Français de seconde zone. Quoi qu’on fasse, le président de la République ne nous écoutera pas, ne nous respectera pas. C’est ce déni de démocratie que nous dénonçons depuis trois ans, pourquoi le président de la République s’acharne comme ça sur la famille ?

Vous attendez beaucoup des élections en 2017 ?

A.D : 2017 va être un scrutin majeur puisqu’on va changer de président de la République, on va changer de gouvernement et surtout on va changer de majorité. C’est un combat à mener pour nous, la campagne pour 2017 a quasiment déjà commencé, les programmes sont en train de s’écrire et nous c’est aujourd’hui que nous devons travailler, que nous devons peser pour que, justement, nos convictions soient inscrites dans les programmes de tous les candidats, en tout cas ceux qui veulent avoir les voix des familles.

Comment comptez-vous vous y prendre ?

A.D : C’est, aujourd’hui, un travail d’influence auprès des personnes qui se sont déclarées candidats. Il ne faut pas se leurrer, le système est fait de telle manière que ce seront les partis majoritaires qui seront élus et qui auront les ministères et la majorité au Parlement, c’est vers eux que nous devons porter nos efforts. Nous devons aller les voir, nous présenter parce-que tous ne nous ont pas encore forcément vus et leur dire que La Manif Pour Tous, contrairement à ce que dit Nicolas Sarkozy, ce n’est pas des hystériques, on n’est pas des fous furieux, on est des citoyens normaux, des familles, des gens qui travaillent, qui payent des impôts et on a droit au chapitre. On leur présente notre projet, ce que nous représentons, après le candidat est libre mais nous informerons systématiquement nos sympathisants.

Nous avons mené des campagnes à chaque élections. Aux municipales, 80 % des candidats qui ont signé notre charte ont été élus ou réélus. Un eurodéputé sur trois a signé les engagements de La Manif Pour Tous. Lors des élections régionales, nous avons organisé « Question pour président de région ». Nous avons auditionné les candidats à la présidence des régions et nous voyons, aujourd’hui, que certains présidents de région, comme Laurent Wauquiez, Bruno Retailleau, Xavier Bertrand, Valérie Pécresse, sont venus dans nos meetings. Aujourd’hui c’est une manière de peser et ce genre d’opération sera évidement renouvelé pour la primaire, pour la présidentielle et enfin pour les législatives.

La Manif Pour Tous n’agit pas seulement en France, comment se passe l’internationalisation de votre mouvement ?

A.D : Vous avez depuis 40 ans, une idéologie du genre qui est portée par le lobby LGBT. Cette idéologie est arrivée en France bien avant 2013 et aujourd’hui, tous les pays connaissent les mêmes processus et effectivement des citoyens de tous ces pays, se lèvent pour s’opposer à cette idéologie. On a eu des « manif pour tous »en Colombie, au Pérou, à Taïwan et en Europe qui est particulièrement touchée. En Italie où le sujet est actuellement en discussion au parlement italien, vous avez plus d’un million de personnes qui sont descendues dans la rue pour s’opposer à un texte soutenu par Matteo Renzi et qui propose une union civile entre personnes de même sexe mais qui donne les droits de filiation au conjoint. Un projet contre lequel nous devions nous opposer puisque notre intérêt, encore une fois, c’est les droits de l’enfant. La Manif Pour Tous a aujourd’hui une forte action internationale. J’étais en Italie, j’étais à Stuttgart la semaine dernière pour une manifestation contre l’idéologie du genre dans les écoles. C’est un sujet qui est dans tous les pays, l’idéologie du genre ne s’arrête pas aux frontières.  

Photos : Lengadoc Info

Lengadoc-info.com, 2016, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

Vous pouvez regarder également

passe vaccinal

Passe Vaccinal. Le député Nicolas Meizonnet (RN) dit NON !

22/01/2022 – 18h00 Montpellier (Lengadoc-info.com) – Nous publions ici le communiqué du député (RN) de la …

One comment

  1. C’était son principal projet, il a réussi là ou Mitterrand avait fait marche arrière. Mariage, Idéologie du genre dans les écoles (dont personne ne parle plus) adoption, PMA et GPA qui se pratique a nos portes et que nous régularisons ensuite grâce a la circulaire Taubira.
    Si PMA et GPA reste « interdite »sur le principe, la justice ne puni pas ceux qui bafoue nos lois. Pas de raison pour que ça s’arrête.
    En fait, les LGBT ont fait une avancée spectaculaire, même si, il reste des points qui ne les satisfont pas tout a fait.
    Les perdants sont les enfants qui, par milliers vont continuer a naître sans père, sans mère.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.