Sandra Bertin

Nice. Pour Hussein Bourgi, Sandra Bertin a lancé cette polémique sur ordre

24/07/2016 – 19h00 Montpellier (Lengadoc Info) – Après l’attentat terroriste à Nice qui a fait 84 morts et plus de deux cents blessés, la polémique autour de la vidéosurveillance de la ville ne cesse d’enfler. Dans une interview donnée au Journal du Dimanche, la policière municipale Sandra Bertin, responsable du Centre de supervision urbain (CSU) de Nice, a dénoncé les pressions qu’elle a subit de la part du ministère de l’intérieur après l’attentat :

Le lendemain des attentats, le cabinet du ministre de l’Intérieur a envoyé un représentant au CSU qui m’a mis en ligne avec la place Beauvau. J’ai alors eu affaire à une personne pressée qui m’a demandé un compte-rendu signalant les points de présence de la police municipale, les barrières, et de bien préciser que l’on voyait aussi la police nationale sur deux points dans le dispositif de sécurité. Je lui ai répondu que je n’écrirai que ce que j’avais vu. Or la police nationale était peut-être là, mais elle ne m’est pas apparue sur les vidéos. Cette personne m’a alors demandé d’envoyer par email une version modifiable du rapport, pour « ne pas tout retaper ». J’ai été harcelée pendant une heure, on m’a ordonné de taper des positions spécifiques de la police nationale que je n’ai pas vu à l’écran. A tel point que j’ai dû physiquement renvoyer du CSU l’émissaire du ministère! J’ai finalement envoyé par email une version PDF non modifiable et une autre modifiable.

Ce témoignage de Sandra Bertin a visiblement pas plu au ministre de l’intérieur puisque Bernard Cazeneuve a décidé de porter plainte.

Pour Hussein Bourgi, la polémique lancée par Sandra Bertin serait orchestrée par Christian Estrosi ?

Ce scandale de la vidéosurveillance n’a pas laissé insensible le secrétaire fédéral du Parti Socialiste de l’Hérault et conseiller régional, Hussein Bourgi. Dans un message publié sur son compte Facebook, Hussein Bourgi déclare que sa conviction est que Sandra Bertin « a lancé cette polémique sur instruction de sa hiérarchie pour dédouaner de sa responsabilité Christian Estrosi. » Hussein Bourgi poursuit sur sa lancée : « Ma conviction est que cette dame a reçu quelques assurances sur le fait que la plainte serait retirée par le futur ministre de l’intérieur en cas d’alternance politique en 2017 »

Des propos qui décrivent une réalité, celle d’un affrontement entre le gouvernement socialiste et Les Républicains à propos des responsabilités dans les failles sécuritaires lors de ce 14 juillet à Nice. Si Christian Estrosi a pris pour cible la politique sécuritaire défaillante du ministre de l’intérieur, il a lui même reconnu qu’il n’avait participé à aucune des réunions préparatoires aux festivités du 14 juillet alors même qu’il est le premier adjoint au maire de Nice, délégué à la sécurité.

Photos : DR

Lengadoc-info.com, 2016, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

Vous pouvez regarder également

Jaurès

Hommage à Jean Jaurès : Michaël Delafosse tombe dans le révisionnisme historique ?

04/08/2020 – 20h10 Montpellier (Lengadoc Info) – Baignant au sein du Parti Socialiste de Jaurès …

2 Commentaires

  1. Les pressions qu’elle a subies (avec le verbe avoir il y a un accord lorsque le complément d’objet est placé avant ) elle a subi quoi ? les pressions : féminin pluriel

  2. Cazeneuve est un incompétent qui veut museler toute critique. Sa demande de suppression des images vidéos de l’attentat terroriste islamiste est inadmissible. La France n’est pas la Corée du Nord (quoique …) !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.