CRS Nîmes
CRS armé d'un fusil d'assaut G36. Photo d'illustration

Les CRS débarquent à Nîmes pour reprendre le contrôle du quartier de Pissevin

03/11/2017 – 17h45 Nîmes (Lengadoc-info.com) – Véritable opération de reprise en main ou opération de communication ? L’arrivée à Nîmes des renforts de CRS dans la nuit de mardi à mercredi n’est, en tout cas, pas passée inaperçue. Après les actes de guérilla qui ont eu lieu ces dernières semaines, la préfecture du Gard semble décidée à reprendre le contrôle de la situation dans les quartiers de Valdegour et de Pissevin.

Les CRS arrivent en renfort à Nîmes

Si près de 900 véhicules ont été incendiés en France lors de la soirée d’Halloween, le quartier de Pissevin était, lui, relativement calme ce soir du 31 octobre. Il faut dire que la préfecture du Gard a mis les moyens. Une quarantaine de CRS de Marseille ont patrouillé durant cette nuit dans les quartiers de Valdegour et de Pissevin. Une véritable opération coup de poing… ou coup de com’ pour le préfet du Gard, Didier Lauga, présent sur les lieux avec des journalistes.

Il faut dire que les tensions sont palpables depuis quelques semaines à Nîmes, notamment après l’agression, à coups de cocktails molotov, contre des pompiers du SDIS 30. Choqués par ces actes de guérilla, les pompiers dorment désormais, depuis une dizaine de jours, devant la préfecture du Gard en signe de protestation.

Aussi, pour Didier Lauga, cette opération musclée des CRS dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre, c’est un peu le moyen de montrer qu’il ne compte pas laisser faire.

« Il n’y a pas de zone de non-droit sur Nîmes. » Réellement ?

Le préfet du Gard tient à rassurer. « Il n’y a pas de zone de non-droit sur Nîmes » précise-t-il devant la caméra de Vià Occitanie. Pas de chance pour lui, quelques instants après, et malgré la présence des CRS, l’adjoint au Maire en charge de la sécurité, Richard Tibérino, et le journaliste de Vià Occitanie ont été visés par un jet de bouteille. Visiblement le message de la préfecture ne semble pas passer auprès de la population du quartier.

Pour le moment, le préfet du Gard est resté très évasif sur la durée de l’opération en cours ainsi que sur les effectifs déployés : « plusieurs jours avec plusieurs dizaines de CRS ».

Photos : DR

Lengadoc-info.com, 2017, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

Vous pouvez regarder également

Des coups de matraques donnés par les antifas

Montpellier. « Jeunesse Saint Roch » attaquée par des antifas

23/10/2020 – 08h30 Montpellier (Lengadoc Info) – Décidément il ne fait pas bon coller des affiches à …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.