antifasciste

Montpellier. Un policier blessé et deux individus interpellés lors d’un concert antifasciste

13/12/2017 – 19h30 Montpellier (Lengadoc Info) – Dans la nuit du samedi 9 décembre, l’interpellation d’un individu en possession de 12 grammes de cannabis par la police à proximité du local antifasciste Le Barricade, a dégénéré en affrontement entre les forces de l’ordre et une cinquantaine de militants d’extrême gauche.

Montpellier. Des militants antifascistes attaquent des policiers

Samedi dernier à Montpellier, les policiers de la Brigade Anti-Criminalité ont eu fort à faire dans la rue Aristide Ollivier, à quelques pas de la place de la Comédie. Aux alentours de 23h, la police contrôle dans cette rue un individu qui était en possession de 12 grammes de cannabis. Seulement, à quelques pas de là, a lieu au même moment un concert organisé par des militants antifascistes au Barricade, un local associatif géré par l’extrême gauche. Rapidement, les choses tournent au vinaigre. Les antifascistes tentent de s’opposer à cette première interpellation.

Quelques instants plus tard, d’autres policiers se font agresser par un individu fortement alcoolisé, toujours dans la rue Aristide Ollivier. Alors que l’interpellation de cette personne est en cours, une cinquantaine d’antifascistes auraient alors attaqué les policiers et blessé l’un d’entre eux.

Selon une source policière obtenue par Lengadoc Info, le policier a été blessé à la main et aurait reçu des coups au visage (10 jours d’ITT). L’auteur des coups a été interpellé. Ce dernier aurait déjà été reconnu coupable de faits similaires et devrait passer devant le juge en comparution immédiate.

Une version des faits contestée par les antifascistes

Les militants d’extrême gauche ont cependant contesté la véracité des faits rapportés par E-Metropolitain et le Midi Libre. Selon les « antifas », il n’y aurait pas eu d’agression de leur part mais un « attroupement […] pour voir de quoi il s’agissait » et ils auraient « été gazés par l’un des fonctionnaires ».

Mais les différentes versions des militants antifascistes se contredisent. Si, selon le journal anarchiste Le Poing (publié par un des meneurs antifa de Montpellier), il y a eu attroupement et utilisation de gaz lacrymogène par les policiers, selon le communiqué du Barricade publié sur Facebook, les militants antifascistes seraient restés à plus de 150 mètres du lieu de l’intervention des policiers et il n’y aurait pas eu de « mouvement de foule depuis le concert vers le croisement de la rue Alfred Bruyas et Aristide Ollivier ».

Un concert contre « les violences d’extrême droite »

Le concert organisé ce samedi 9 au Barricade et qui a dégénéré en violence, se voulait contre… « les violences d’extrême droite ». Le concert fait suite au procès qui a opposé l’association pro-migrants RAIH à la Ligue du Midi. Les organisateurs du concert voulaient ainsi protester contre les « violences » de la Ligue du Midi.

Les militants antifascistes considèrent comme de la « violence raciste » l’action de la Ligue du Midi en juin dernier dans les locaux de l’association RAIH. Jugé au tribunal de grande instance, le président de la Ligue du Midi, Richard Roudier, a été relaxé.

Contactée par Lengadoc Info, la Ligue du Midi réclame, suite aux violences du week-end dernier, la fermeture immédiate du Barricade.

Photos : DR/ Facebook Le Barricade

Lengadoc-info.com, 2017, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

Vous pouvez regarder également

christianophobie

[Vidéo] Christianophobie. La statue de la Vierge Marie décapitée à Pont d’Hérault

24/06/2020 – 18h25 Sumène (Lengadoc-info.com) – Après la croix du pic Saint-Loup découpée au chalumeau, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.