Accueil » International » Syrie. Forte résistance kurde à l’assaut turc sur Afrin
Afrin

Syrie. Forte résistance kurde à l’assaut turc sur Afrin

02/02/2018 – 20h10 Syrie (Lengadoc Info) – Point de situation numéro 52 – Deux semaines se sont écoulées depuis le lancement de l’opération « Branche d’Olivier » avec un résultat mitigé. Des avancées en territoire syrien ont été effectuées mais de façon très localisées. Tout cela au détriment d’autres secteurs de combats à l’intérieur de la Syrie.

Une province d’Afrin qui résiste âprement

L’opération « Branche d’Olivier » consiste officiellement pour le gouvernement turc à éradiquer la menace terroriste constituée selon lui, par les combattants kurdes regroupés au sein des Unités de Protection du Peuple, les YPG et leur branche féminine les YPJ. La Turquie déclarant que ces appellations ne sont qu’une façade sémantique derrière laquelle se camoufle le PKK (Parti des Travailleurs du Kurdistan) groupe terroriste d’inspiration Marxiste-Léniniste très actif en Turquie.

Cette volonté de la Turquie de pacifier sa frontière sud est globalement acceptée de la part d’une communauté internationale qui a du mal à se positionner de façon claire dans ce nouveau conflit. Les kurdes du YPG/YPJ constituent la majorité des Forces Démocratiques Syriennes formées et soutenues par les américains dans le combat contre l’Etat Islamique.

Pour la Syrie cette opération turque est même considérée comme une nouvelle tentative d’annexion d’une parcelle de son territoire. Après la province d’Hatay en 1939 et le triangle Azaz-Jarablus-Al-Bab en août 2016, le scénario semble se répéter avec la province d’Afrin. La province de Manbij située à l’ouest de l’Euphrate devant théoriquement suivre…

Pour l’heure, ce sont 8 percées qui ont été réalisées par les mercenaires syriens de la Turquie. 2 d’entre elles viennent de réaliser leur jonction au niveau du village de Bulbul constituant désormais la plus grosse poche « libérée » de 18 kms de long pour 2,5 kms de profondeur. La prise la plus importante a été la montagne de Bursaya (855m) située au nord-est de la province d’Afrin et relativement bien fortifiée.

Afrin

Le nombre de victimes semble particulièrement exagéré de part et d’autre mais se chiffrerait en plusieurs centaines…

De nouveaux gains pour l’Armée Arabe Syrienne à Idlib

Les troupes loyalistes semblent avoir pu bénéficier de 2 semaines de repos après leur fulgurante offensive en direction d’Abu Duhur et la formation de la poche du nord-est d’Hama. Elles viennent de tirer profit de l’opération « Branche d’Olivier » et se sont remises en marche. En effet, la Turquie a amplement mobilisé les forces « rebelles » des FSA (Free Syrian Army) et autres factions islamistes situées dans la poche d’Idlib pour sa propre opération de sécurisation d’Afrin. Autant de troupes qui ne sont plus affectées à la lutte contre le gouvernement. De plus, les combats se situent désormais au cœur de la poche d’Idlib, une zone qui contient très peu d’ouvrages défensifs rebelles.

Les troupes loyalistes ont donc constitué une zone tampon autour d’Abu Duhur et de sa base aérienne en nettoyant une zone de près de 150 kms carrés. La voie de chemin de fer reliant Alep à Hama est désormais entièrement sous contrôle du gouvernement. L’autoroute M5 avec la ville de Saraqib ne sont qu’à une quinzaine de kilomètres et l’enclave chiite de Foua et Kafarya à 30.

Afrin

La poche de 1200 kilomètres carrés sous contrôle de l’Etat Islamique située désormais sur les arrières des forces loyalistes commence à être réduite à partir du sud-ouest.

L’Etat Islamique tente de se remobiliser

L’Etat Islamique n’est pas vaincu comme cela a été officiellement annoncé. Ses combattants profitent du fait qu’ils ne sont plus le centre de l’attention pour tenter de reprendre du territoire. La poche du nord-est d’Hama doit comprendre un millier de combattants, celle du désert du sud ouest de Deir Ez-Zor s’est récemment réchauffée. Plusieurs assauts ont été menés en direction de la rive ouest de l’Euphrate, tous ont été repoussés. L’objectif est de maitriser de nouveau les deux cotés du fleuve afin de recréer un territoire. C’est la rive est qui connait les plus gros combats opposant l’Etat Islamique aux Forces Démocratiques Syriennes. Il semble que la ville de Garanij soit définitivement passée aux mains des FDS. Cette ville, qui était un bastion jihadiste, a été témoin de plusieurs changements de main successifs entrainant un nombre de victimes important des deux cotés.

L’Etat Islamique va sans doute profiter que des renforts kurdes soient envoyés défendre la province d’Afrin pour tenter de reprendre une partie de son ancien territoire.

Martial Roudier

Photos : DR

Lengadoc-info.com, 2017, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

Vous pouvez regarder également

Vlaams Belang

Gerolf Annemans (Vlaams Belang) : « Nous ne lâcherons jamais l’indépendance de la Flandre » [Interview]

16/01/2018 – 19h00 Montpellier (Lengadoc Info) – Gerolf Annemans est l’ancien président du parti indépendantiste …

2 Commentaires

  1. Le nombre d’âneries et imprécisions présent dans cette article est impressionnant.
    Trouvez-vous des sources fiables… (https://www.ypgrojava.org)
    Cordialement,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *