Tribune libre. Procès pour « homophobie » après le premier mariage gay

15/10/2014 – 18h00 Montpellier (tribune libre) – Presque plus personne ne s’en souvient, mais le 29 Mai 2013 eut lieu à Montpellier le premier mariage homosexuel. Mariage extrêmement médiatisé et admirablement mis en scène avec on s’en souvient les trémolos de rigueur de la maire de l’époque Hélène Mandroux. Devinrent « mari » et « mari » Vincent Autin et Bruno Boileau. Mariage non dénué de sentiments entre les deux hommes mais mariage monté en épingle avec force communication dans une ville abritant une très importante communauté homosexuelle. Vincent Autin, président de l’association Lesbian and Gay Pride Montpellier conviendra lui même que c’était un « mariage militant ». Il est également un militant jusqu’au-boutiste puisqu’il vient de créer une toute nouvelle association intitulée GPA œuvrant pour la promotion de la Procréation Médicalement Assistée.

Personne en tout cas ne se souviendra de l’incident venu perturber l’événement. Il est utile de rappeler que tous les mouvements locaux de protestation contre le mariage homosexuel, dont La Manif Pour Tous, avaient appelé à ne pas manifester ce jour, considérant que malgré la « politisation » de l’événement, il n’en restait pas moins un mariage.

Un important dispositif policier avait pourtant été mis en place, frisant la paranoïa puisque les « mariés » avaient été conduits sous escorte par les fonctionnaires de la BAC dans divers lieux de la ville après la cérémonie. Pourtant 7 jeunes hommes avaient réussi à perturber l’événement en allumant des fumigènes hors de l’enceinte de la mairie et en scandant quelques slogans. Les fauteurs de trouble furent rapidement interpellés et mis en examen pour injures à caractère homophobe. Un seul d’entre eux fut condamné en première instance à deux mois de prison avec sursis et à verser 3800 euros aux « époux » ainsi que 800 euros à la Lesbian and Gay Pride Montpellier ainsi que 1300 euros au Collectif contre l’homophobie et l’égalité des droits de Hussein Bourgi. Le prévenu actuellement en école d’ingénieur et au casier vierge, qui a toujours nié les propos injurieux, avait fait appel.

C’était donc hier que se déroulait cet appel. Eprouvante séance pour l’étudiant qui s’est retrouvé presque malgré lui au centre d’une affaire qui le dépasse totalement. La présidente fut très dure dans son questionnement mais ce n’était rien à coté de l’avocat général qui n’a pas hésité à moraliser au maximum cette affaire, en faisant un scandale national, la comparant avec l’affaire de la caricature du garde des Sceaux Mme Taubira où 9 mois fermes avaient été requis. Il conclura sa plaidoirie en demandant aux magistrats de « prendre une décision à caractère pédagogique ».

Le résultat de l’audience sera rendu le 18 novembre prochain.

Romain Candolle

Photo: DR

Lengadoc-info.com, 2014, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

Vous pouvez regarder également

Kleber Mesquida

Mineurs isolés. Kleber Mesquida minimise l’ampleur du phénomène selon un syndicat de police

07/10/2020 – 17h40 Montpellier (Lengadoc Info) – Sans grande surprise, le président du Conseil départemental de …

2 Commentaires

  1. Nous seront très attentifs au rendu, le syndicat de la magistrature devra éviter de faire a son habitude.

  2. Ce premier mariage gay par un maire PS reste toujours sujet à caution puisque les délais de publication des bans sont opaques. Il est vrai que l’on peut ne pas déclarer des revenus et donc ne pas payer d’impôts depuis 3 années et rester député PS. Avec le PS, rien ne devrait surprendre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.