Accueil » Société » Karnaval des Gueux. Face au risque de dégradations les commerçants veulent se défendre
Karnaval de Gueux
Crédit : Lengadoc Info

Karnaval des Gueux. Face au risque de dégradations les commerçants veulent se défendre

13/02/2018 – 13h25 Montpellier (Lengadoc Info) – Après Philippe Saurel, c’est au tour du préfet de l’Hérault de prendre un arrêté pour interdire le Karnaval des Gueux, la fête annuelle des anarchistes à Montpellier. Chaque année, cet événement est la cause de nombreuses dégradations dans le centre-ville. Du côté des commerçants, le ras-le-bol est à son paroxysme et certains veulent défendre eux-mêmes leur commerce.

Un arrêté préfectoral interdit le Karnaval des Gueux

Le préfet de l’Hérault, Pierre Pouëssel, a pris un arrêté préfectoral ce lundi pour interdire le Karnaval des Gueux qui doit se dérouler ce mardi 13 février en centre-ville de Montpellier à partir de 19h.

Selon le prêfet, « le Karnaval des gueux est devenu l’occasion pour des fauteurs de trouble de s’en prendre aux commerces et établissements de Montpellier, d’agresser des particuliers et les représentants de la force publique. Depuis plusieurs années, en effet, des débordements récurrents sont constatés lors de cette manifestation, avec des comportements d’une rare violence prémédités ».

Si le Karnaval des Gueux est, chaque année, le théâtre d’affrontements entre anarchistes et policiers, l’édition 2017 a franchi un palier dans la violence et de nombreux commerces avaient été la cible de dégradations, notamment dans la Grand Rue Jean Moulin.

L’arrêté préfectoral vient donc confirmer l’arrêté pris par la mairie de Montpellier la semaine dernière. Reste à savoir si les pouvoirs publics parviendront à empêcher les militants d’extrême gauche de se réunir ce mardi soir. En effet, malgré les arrêtés, les organisateurs semblent vouloir maintenir l’événement.

Les commerçants du centre-ville se mobilisent pour protéger leurs magasins

Des commerçants craignent malgré tout que les saccages de l’année dernière se répètent. Ainsi, Odette Daudet, présidente des commerçants de l’Écusson et dont le magasin a été vandalisé l’année dernière, a indiqué qu’elle passera la nuit dans son commerce avec son mari. Jointe par Lengadoc Info, une autre commerçante du centre-ville nous a indiqué qu’elle avait embauché un vigile pour la soirée.

Dans un e-mail adressé le 6 février aux commerçants du centre-ville de Montpellier, la CCI de l’Hérault les met en garde et recommande de « prendre des mesures de vigilance nécessaires pour favoriser [la] sécurité ce jour-là »

Photos : Lengadoc Info

Lengadoc-info.com, 2018, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

Vous pouvez regarder également

Gard

En 2017, l’insécurité a explosé dans le département du Gard (chiffres)

23/02/2018 – 14h45 Nîmes (Lengadoc Info) – Le Gard reste un département à forte criminalité, c’est …

5 Commentaires

  1. il était tant que les autorités prennent des décisions catégoriques avant que celà ne dégénère en ZAD, les anarchistes s’ils ne sont pas contents ils n’auront qu’à dégager aller voir ailleurs comment çà se passe, dans les pays musulmans par exemple CA SUFFIT quand ces autorités se décideront-elles à monter à ANDUZE (ST MACHIN…) pour foutre les zadistes au gnouf ou au travail d’utilité publique ( ne serait-ce que nettoyer leurs merdes) libérer le pays de ces ORDURES DE BONS A RIEN.

  2. SE NE SONT QUE DES MAL NES OU DES MAL BAISERS ……
    BRAVO LES AUTORITES …..

  3. Enfin un endroit où l’on peut s’exprimer sans être censuré au nom du politiquement correct. Montpellier est une ville bordélique où la Police ne fait pas grand chose à part jouer aux cowboys.Le centre ville est un vrai repère d’alcoolos glandeurs et dealers et rien n’y est fait pour la sécurité des passants et des commerçants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *