Accueil » Société » A Montpellier, les Sentinelles face aux lois bioéthiques
sentinelles
Crédit : Lengadoc Info

A Montpellier, les Sentinelles face aux lois bioéthiques

11/02/2018 – 19h10 Montpellier (Lengadoc Info) – Tribune libre – Ils sont des dizaines à se poster face à la Préfecture de Montpellier, place des martyrs de la résistance la bien nommée, certains soirs, tard, une fois leur labeur de la journée effectué. La dernière action a eu lieu le mardi 6 février 2018, malgré la bourrasque et la neige vivifiante (voir photo). C’est dire la motivation et détermination de ces Sentinelles.

Leur attitude digne, silencieuse et recueillie, interpelle les passants et sans doute les pouvoirs publics avertis par les Renseignements Territoriaux.

Etant à plus de un mètre les uns des autres, cette forme de manifestation pacifique n’a pas à être déclarée. Elle est un droit encore possible pour tout Citoyen de ce pays reconnu comme démocratique et libre.

Ces « Sentinelles » défendent la véritable éthique de la vie qui parait bien compromise dans les débats en cours de la loi bioéthique depuis janvier 2018. En effet, lesdits débats éparpillés dans de nombreuses villes, chacune traitant de sujets fort variés et différents pour un public réduit, sont organisés par le CCNE (Comité Consultatif National d’Ethique) qui parait juge et parti dans la mesure où il s’est déjà prononcé en faveur de deux « avancées sociétales » majeures. Celle de la Procréation Médicale Assistée (PMA) Sans Père ouverte aux couples de femmes lesbiennes et aux femmes seules ainsi que la dénomination trompeuse d’interruption volontaire de la vie (IVV) plus logiquement connue jusque là sous le label clair et plus explicite d’euthanasie. Il convient aussi de savoir que ce CCNE avait été renouvelé pour un tiers par l’ancien Président de la République et que le nouveau Président a fait de même dès sa nomination. Autrement dit ce CCNE est acquis au gouvernement en place.

La loi bioéthique doit être revue tous les 7 ans depuis la loi de 2011 et à chaque fois les lobbies libertaires et les intérêts de centres médicaux spécialisés poussent leurs pions. Car derrière ces propositions pseudo humanistes pour apporter des solutions à des infertilités sociales (sic) dans le cadre de la PMA et de la Gestation Par Autrui (GPA), il y a surtout de grands intérêts financiers. Ainsi un bébé né par GPA s’achète en moyenne 100 000 $ aux USA (voire plus selon les options souhaitées) et une PMA sans Père se monnaye tout aussi bien dans les pays où cela est autorisé.

Que l’enfant né de tels procédés soit délibérément privé de père ou de mère ne rentre pas en ligne de compte pour les partisans de ces « avancées sociétales ». Finalement, le droit à l’enfant remplace le droit des enfants en dépit des engagements juridiques internationaux signés par la France.

Or l’Ethique ne se monnaye pas, ni ne change par une meilleure communication.

Les Sentinelles postées devant la Préfecture de Montpellier le rappellent à temps et à contre temps avec dignité et fermeté. Elles sont des témoins de la conscience humaine qui reconnait qu’il y a encore des valeurs à défendre et des limites à ne pas franchir. C’est un peu le cri d’Antigone face à Créon qui détenait le pouvoir. Ce fut aussi le combat du frêle David contre le géant Goliath. On connait l’issue de ce combat …

Thierry Lafronde

Photos : Lengadoc Info

Lengadoc-info.com, 2017, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

Vous pouvez regarder également

Gard

En 2017, l’insécurité a explosé dans le département du Gard (chiffres)

23/02/2018 – 14h45 Nîmes (Lengadoc Info) – Le Gard reste un département à forte criminalité, c’est …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *