Accueil » Economie » Les privatisations résonnent dans le cœur des Français comme une haute trahison de l’Etat
privatisations

Les privatisations résonnent dans le cœur des Français comme une haute trahison de l’Etat

31/03/2018 – 19h40 Montpellier (Lengadoc Info) Tribune libre Privatiser une entreprise ou un secteur économique revient à passer d’un service public à une logique purement capitaliste. De manière générale, le service public est fonctionnel sans être extraordinaire, et est bien souvent déficitaire, le but étant de satisfaire l’intérêt général. Le plus souvent, certains secteurs, tels que les transports, bénéficient de larges subventions. En clair : le billet payé par le voyageur ne constitue qu’une fraction des coûts supportés. L’avantage d’une privatisation serait évidemment la suppression des subventions et des pertes liées à certains secteurs déficitaires. La logique d’entreprise voudrait que l’on se concentre sur les positions les plus rentables, ce qui léserait incontestablement certains citoyens, par la perte d’un service. Cela dit, l’efficacité n’en serait que meilleure. Les Anglais ayant privatisé le transport ferroviaire, le taux d’absentéisme, les retards, ainsi que les grèves furent largement réduits, de par la vitesse commerciale plus élevée.

Privatisations, gare à la hausse exorbitante des prix !

Une privatisation engendre inexorablement la hausse des prix, et ce, sur des années. Le meilleur exemple est celui des autoroutes françaises dont les prix sont totalement abusifs. Ces hausses sont justifiées par l’entretien nécessaire des routes. Ce qui est scandaleux, car ce n’est pas aux usagers de supporter la majeure partie de ces investissements, sachant qu’il est inscrit dans le contrat que ces chantiers sont majoritairement à la charge des concessionnaires. Comme révélé par l’ARAFER (Autorité de Régulation des Activités Ferroviaires et Routières), il persiste un écart trop important entre les investissements engagés par les sociétés d’autoroutes et les hausses de tarifs.

Privatiser, c’est rendre l’entreprise plus efficace, plus compétente, mais il faut se rendre à l’évidence et accepter le recul de certains droits acquis ainsi que des emplois moins stables. La logique libérale de la privatisation se base sur l’offre et la demande, ainsi que sur l’absence de culture sociale, le but étant de faire du profit pour satisfaire ses propriétaires, contrairement au service public qui, lui, vise plutôt le côté utile, l’intérêt général, ainsi que l’accessibilité à tous des services.

L’Union Européenne et nos politiciens complices sont en marche pour privatiser un large panel du secteur public. Mais qu’est-ce qu’un pays ne contrôlant plus ses énergies, ses transports et sa sécurité ? Jusqu’où irons-nous ?

Bertrand Leuenberger

Photos : DR

Lengadoc-info.com, 2018, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

Vous pouvez regarder également

Occitanie. Les restaurateurs préfèrent recruter des migrants plutôt qu’augmenter les salaires

22/08/2018 – 18h30 Occitanie (Lengadoc Info) – La crise des vocations dans la restauration sévit depuis …

One comment

  1. Que ceux qui croient encore les discours socialistes et syndicaux, lèvent la main.
    Le seul service qui est valable, c’est celui qu’on « paie ».
    Et tout ce qui est « gratuit », comme les idées socialistes, ce n’est qu’un « mirage ».
    Dans les années 60, les « PTT » signifiait : « Petit Travail Tranquille », quant à « SNCF »,
    les plus de 60 berges, se souviendront que cela signifiait: « Service National des C..
    Fainéants ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.