Accueil » Société » L’université Paul Valéry restera bloquée jusqu’à la démission…d’Emmanuel Macron
Paul Valéry

L’université Paul Valéry restera bloquée jusqu’à la démission…d’Emmanuel Macron

30/03/2018 – 17h00 Montpellier (Lengadoc Info) – L’assemblée générale qui s’est déroulée ce mardi 27 mars à la faculté de lettres Paul Valéry, a vu le blocage du campus reconduit et cela jusqu’à ce que l’ensemble des revendications des bloqueurs soient satisfaites. Problème, certaines des revendications semblent pour le moins saugrenues…

Blocage de Paul Valéry jusqu’à la démission d’Emmanuel Macron

Ce mardi 27 mars, entre 1 500 (source policière) et 2 500 personnes (organisateurs) se sont réunies à la faculté de lettres de Montpellier pour une nouvelle assemblée générale. Après plusieurs heures de débats, l’assemblée générale a voté le blocage illimité de la faculté jusqu’à ce que leurs revendications soient satisfaites dans leur intégralité.

Cependant, si certaines revendications concernent le monde universitaire, d’autres sont plutôt originales… L’ « AG » a, ni plus ni moins, réclamé la démission du président de la République Emmanuel Macron. Autant dire qu’il y a peu de chance que les étudiants puissent reprendre les cours rapidement sans intervention des forces de l’ordre.

L’administration de Paul Valéry et la préfecture perdent le contrôle

Lors de l’assemblée générale du 27 mars, plusieurs étudiants se sont vus refuser l’accès par des bloqueurs, dont certains étaient armés, sous prétexte qu’ils étaient des « fachos ». Ces faits, rapportés par Lengadoc Info, ont été confirmés par le Midi Libre qui rapporte également que la scène s’est déroulée sous les yeux du président de la faculté Patrick Gili et la sécurité mais que leur seule réaction a été de contrôler si les étudiants étaient bien inscrits à Paul Valéry.

Si l’administration semble aujourd’hui dépassée par les événements, la préfecture de l’Hérault reste, elle, bien silencieuse. Les manifestations non déclarées et les blocages illégaux s’enchaînent sans que les forces de l’ordre n’interviennent. Selon une source policière, des consignes pour éviter tout débordement auraient été données par la préfecture.

Ce dimanche, lors d’une manifestation antifasciste non déclarée (où était présente la présidente de la Ligue des Droits de l’Homme de l’Hérault, Sophie Mazas) un policier a déclaré à un journaliste de Lengadoc Info qu’ils avaient reçu l’ordre de leur hiérarchie de ne pas utiliser les gaz lacrymogènes et leurs lanceurs LBD et qu’ils étaient, de fait, en incapacité de disperser le rassemblement pourtant illégal dans lequel un certain nombre d’individus étaient cagoulés et armés.

Photos : DR/Facebook

Lengadoc-info.com, 2018, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

Vous pouvez regarder également

xavier jugelé

« Pour nous c’est le deuxième assassinat de notre collègue Xavier Jugelé. » [Vidéo]

20/03/2019 – 16h00 Montpellier (Lengadoc Info) – Photos : Lengadoc Info Lengadoc-info.com, 2019, dépêches libres …

5 Commentaires

  1. Du beau grand n’importe quoi, déformation totale du mouvement et des décisions prises. La liste des revendications des étudiants et bien plus longue et complexe. Votre travail de journaliste serait plus adapté pour un programme tel que celui de Cyril hanouna. Une catastrophe
    Au plaisir de ne plus jamais lire vos articles

  2. Il est où le « beau grand n’importe quoi »? Vous avez le droit d’argumenter aussi. Faut-il toujours que tout soit binaire : les méchants fachos d’un côté et les gentils révolutionnaires de l’autre? Parce que c’est précisément ce à quoi tout ceci conduit : à la confrontation (tjs violente) car sans réflexion sérieuse et dialectique. Or, la réalite est plus nuancée que la soupe que nous servent en bloucle la plupart des medias en ce moment, obnubilés qu’ils sont par ces mvts d’occupation qui fascinent, sans qu’aucune analalyse approfondie des faits, ni des réformes dont il est question ne s’en dégage. Merci à l’auteur de cet article de continuer à nous tenir informés!

  3. Ce n’est plus la démocratie …mais bien la CHIENLI….Une compagnie de LEGION ferait renter tout dans l’ordre …Les Préfets ne servent plus à rien ,c’est la dictature de la rue …alors contre ça il n’y a que la force ….

  4. Je vois que à Paul Valéry ce qui ne change pas c’est le blocage total c’est une tradition chez eux à croire que c’est le cadre avec la pelouse et les arbres. C’était comme cela au début des années 2000 . Bon courage après quand il y aura les partiels ce sera cacophonie et compagnie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.