L’Action Française s’invite au Conseil régional d’Occitanie

29/03/2021 – 19h45 Toulouse (Lengadoc Info) – Jeudi 25 mars 2021 des militants du groupe royaliste Action Française se sont invités en pleine séance au conseil régional d’Occitanie. Leur but était de déployer une banderole dénonçant l’« islamo-gauchisme » ambiant et visant particulièrement la présidente de la Région (PS) Carole Delga. Lengadoc Info a pu s’entretenir avec un des participants à cette action.

Lengadoc-Info : Bonjour, vous avez participé à l’action qui a eu lieu au conseil régional d’Occitanie revendiquée par l’Action française. Quel en était le but ?

Bastien : Je m’appelle Bastien et j’étais le responsable de cette action. Le but était de se positionner quant à la polémique actuelle de l’islamo-gauchisme. Nous avons voulu montrer avec l’exemple de Carole Delga, qu’il existe bien une complaisance du gauchisme républicain envers l’islamisme en France. Il se trouve que Carole Delga est en fin de mandat, c’était la dernière assemblée plénière de son mandat de présidente de la Région. C’était l’occasion de faire un point sur les trahisons qu’elle avait commises envers la France et envers les occitans.

Lengadoc-Info : Votre action avait donc pour but de démontrer que Carole Delga faisait le jeu de l’islamo-gauchisme ?

Bastien : Exactement ! Dans un premier temps nous voulions dénoncer sa participation à la politique migratoire. Carole Delga a accordé des financements importants -à hauteur de 210000 euros depuis 2017- et renouvelés à l’association SOS Méditerranée, l’ONG sinistrement connue. Egalement lors de la dislocation de la « Jungle de Calais », l’état avait accordé une enveloppe de 1000 euros on s’en souvient, aux collectivités qui accueillaient des migrants chez eux. Carole Delga a doublé la participation de l’état en accordant 1000 euros supplémentaires venant de la Région Occitanie pour chaque migrant arrivé dans notre région. C’est à dire que chaque migrant arrivé en Occitanie grâce à Carole Delga, bénéficie de 2000 euros pour son accueil. Les occitans apprécieront cet aspect dépensier. Ça, c’était l’aspect concernant la politique migratoire qui est fortement lié à l’islam. Car ce sont les migrations qui importent l’islam en France.

Le deuxième point est sa participation hautement symbolique à l’inauguration de la grande mosquée de Toulouse. Cette mosquée pose problème à plusieurs niveaux. D’abord, elle est financée en partie par l’étranger, le Koweït et l’Algérie. Ensuite son imam, Mohamed Tataï, est connu pour des prêches qui sont radicaux, violents et d’ailleurs il a été mis en examen pour ça. Et puis c’est un édifice qui a un aspect conquérant, extrêmement ostensible, qui est en pleine entrée de de Toulouse, que personne ne peut manquer. La présidente de Région était présente officiellement à l’inauguration, il était bon pour l’Action Française, de le rappeler.

Lengadoc-Info : Il y a eu dans les médias beaucoup de réactions très critiques envers votre action. Vous pensez qu’elles sont justifiées ou les jugez-vous disproportionnées ?

Bastien : Ces réactions sont intéressantes. Elles ont été de 2 types. Il y a ceux qui se sentent concernés et visés par l’islamo-gauchisme. C’est le cas de la France insoumise qui s’est de suite positionnée et a de suite condamné. Dans la polémique de l’islamo-gauchisme, la gauche républicaine a peur. Nous assistons aujourd’hui au retour de bâton de leurs principes et de leur politique qui est en train d’arriver en France. Il est intéressant de noter que la condamnation de notre action est unanime dans le milieu politique. Du côté de la gauche pour se dédouaner vis-à-vis de cet islamo-gauchisme, on agite l’épouvantail d’une extrême droite imaginaire. Et de l’autre côté, ça va plutôt être le Rassemblement National et Les Républicains qui ont peur que ça leur retombe dessus et veulent surtout dire qu’ils n’ont aucun rapport avec nous. Finalement dans cette affaire, en nous condamnant, ils condamnent aussi ce qu’on défend. Ils n’ont tout simplement pas le courage d’assumer cette prise de position. Et là on assiste à ce type de condamnation qui prétend que notre action était une atteinte à la démocratie parce qu’on arrivait en pleine assemblée plénière. Si la position qu’on défend avec cette dénonciation de l’islamo-gauchisme était représentée dans l’assemblée d’Occitanie, on n’aurait pas eu à intervenir. C’est bien parcequ’il y a une crise démocratique et une crise de la représentation que c’est à nous, qui sommes des gens de la population, de venir faire entendre la voix du peuple.

Lengadoc-Info : Vous avez voulu jouer le rôle de « lanceurs d’alerte » ?

Bastien : Exactement. Notre action avait une grande dimension démocratique. Malgré nos intentions pacifiques nous nous sommes heurtés à une résistance particulièrement violente et avons été accusé de tous les torts. C’est de la diffamation assez classique. La gauche républicaine, et Carole delga en particulier, fait son beurre là-dessus. Leur bilan est désastreux sur tous les plans, aussi bien financiers que sécuritaires. Que leur reste-t-il pour exister à part de s’opposer à la menace d’une prétendue extrême-droite ?

Lengadoc-Info : Que pensez-vous des élections régionales qui approchent ?

Bastien : Il est clair que Carole Delga va faire sa campagne là-dessus. Elle a déjà eu l’occasion de se victimiser à nouveau puisqu’elle l’a bien rappelé, ce n’était pas la première fois qu’elle était l’objet d’atteintes de l’extrême droite. On ne sait d’ailleurs pas à quoi elle fait allusion… On va nous présenter un espèce de front imaginaire face à une extrême droite sur laquelle elle fera sa campagne. Sur le plan budgétaire, le bilan est désastreux. Concernant l’immigration il faut stopper les subventions très généreuses à toutes les associations pro-migrants. Sur la question écologique, elle couvre à foison la région d’éoliennes, ce qui défigure complètement les paysages. Elle a un fonctionnement complètement anti-démocratique, il y a l’affaire de l’arrachage du micro, elle coupe la parole à ses opposants. Même la France Insoumise quand ils ont voulu monter un groupe et qu’il fallait être 4 pour monter un groupe à la région, elle a fait passer ce chiffre à 8, les empêchant de constituer ce groupe.

Lengadoc-Info : Que pensez-vous de la dissolution de Génération Identitaire et est-ce que cela pourrait toucher l’Action française ?

Bastien : La dissolution de Génération Identitaire est évidemment entièrement condamnable. C’est un acte anti-démocratique dont on devine l’arrière-pensée idéologique. S’ils ont fait l’objet d’une dissolution, c’est qu’ils disent des vérités. L’Action Française a déjà été dissoute 2 fois, en 1936 et en 1945. Il se trouve que Carole Delga a demandé notre dissolution suite à l’action au conseil régional. Ça ne nous fait pas peur, on va continuer notre travail. Si on nous menace de dissolution, tant mieux, ça veut dire qu’on fait bien notre travail et qu’on dit des vérités qui dérangent.

Regarder notre reportage sur l’hommage rendu à Louis XVI par l’Action Française

Photos : DR

Lengadoc-info.com, 2020, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

Vous pouvez regarder également

Les Régionales en Occitanie c’est ce dimanche

18/06/2021 – 19h30 Montpellier (Lengadoc Info) – Selon le dernier sondage Ifop (Sopra Steria Ipsos pour France 3 …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.