Accueil » Culture » Wagner. Tristan et Isolde chantent l’Amour à Montpellier

Wagner. Tristan et Isolde chantent l’Amour à Montpellier


19/01/2019 – 10h00 Montpellier (Lengadoc Info) – Ce jeudi 17 janvier 2019 a eu lieu la représentation musicale de l’œuvre célèbre de Richard Wagner « Tristan und Isolde ». Cet opéra a été considéré depuis son écriture comme une ode tragique à l’Amour véritable. Un concert à ne pas manquer pour la dernière représentation ce dimanche 20 janvier.

Interprétation wagnérienne du mythe celtique

L’histoire des amours tragiques de Tristan et Iseult fait partie du patrimoine européen depuis la nuit des temps. Les premières transcriptions qui ont pris le relais de la tradition orale originelle datent du XIIe  siècle. Ce mythe navigue, à l’instar de ses protagonistes, entre l’Irlande et la Cornouailles et deviendra rapidement une référence européenne où l’amour passionnel affronte la raison et les codes sociaux établis. C’est l’époque de l’essor des chansons d’amour « occitanes » et des Minnesänger germaniques.

Il est intéressant de se replonger dans les différentes versions de la légende originelle avant de se laisser submerger par ce monument lyrique. Ainsi il sera plus facile d’apprécier l’interprétation de Wagner qui a condensé le mythe en trois actes.

Même si les sentiments des héros poussés à leur extrême durant ces trois actes s’étalent sur une durée de quatre heures, il est indéniable que la version achevée en 1859 par Wagner a subi des coupures et des adaptations importantes. Ce choix n’est pas à prendre comme une trahison mais plutôt comme une sublimation qui en élaguant le « superflu » offre une intensité tragique décuplée au mythe.

Certains éléments subissent des changements : chez Wagner l’oncle d’Isolde deviendra son amant, le traître Melot est un condensé de plusieurs personnages de la légende, le philtre d’amour qui est le cœur du mythe est donné aux amants par la servante d’Isolde pour éviter leur mort volontaire et non pas par erreur… Ce type d’interprétations s’inscrit pleinement dans la tradition littéraire moyenâgeuse qui voit éclore de multiples versions du même mythe. On pensera au mythe du Graal et aux multiples variantes des aventures de ses protagonistes. Cet attachement au genre littéraire du XIIe  siècle, Wagner l’assumera totalement dans l’acte II qui plonge directement dans le genre poétique de l’ « Alba » des troubadours. Ce genre bien défini, met en scène deux amants qui vont consommer verbalement leur amour interdit pendant la nuit en profitant de l’absence du seigneur et époux de la dame courtisée. Un guetteur sera systématiquement présent afin de prévenir les amants du retour de l’aube (alba, « blanche » en latin) et du retour des contingences sociales. Alors que l’ « Alba » des troubadours est un genre plutôt léger, Wagner va dramatiser la scène d’une manière rarement égalée mais qui correspond pleinement aux codes dramatiques de l’opéra et à son style propre.

La distribution à l’opéra Berlioz

L’orchestre symphonique d’une centaine de musiciens et chanteurs est magistralement dirigé par le danois Michael Schønwandt. A la différence d’un opéra classique, les musiciens sont particulièrement mis en valeur et sont placés sur scène face au public. Les chanteurs sont eux aussi placés de part et d’autre du chef d’orchestre face à leur pupitre, mais ne jouent pas sur scène le rôle de leur personnage. Point de décors, point d’adaptation contemporaine, uniquement l’œuvre musicale et le chant.

Les personnages principaux sont au nombre de cinq. Le trio amoureux est composé des personnages de Tristan interprété par le ténor Stefan Vinke, d’Isolde interprétée par la soprano Katherine Broderick et du roi Marke interprété par la basse danoise Stephen Milling. Ce trio est brillamment secondé par la servante d’Isolde, Brangäne, interprétée par la mezzo-soprano Karen Cargill et le complice de Tristan Kurwenal interprété par le baryton Jochen Kupfer.

D’autres chanteurs secondaires seront aussi présents de façon épisodique et notamment le chœur qui fera littéralement irruption sur scène pour boucler l’acte I d’une façon magistrale.

Un tonnerre d’applaudissements saluera la performance de l’ensemble symphonique. Une unique représentation sera donc accessible ce dimanche pour assister à ce spectacle qui sera diffusé sur Radio Classique le 30 janvier 2019 à 20h30.

A propos de « Tristan und Isolde », ils ont dit :

« Mais aujourd’hui encore, je cherche en vain une œuvre qui ait la même dangereuse fascination, la même effrayante et suave infinitude que Tristan et Isolde. Le monde est pauvre pour celui qui n’a jamais été assez malade pour goûter cette “volupté de l’enfer”. »

— Friedrich NietzscheEcce Homo

« Le poème de Tristan et Isolde dépasse les autres poèmes de l’amour comme l’œuvre de Richard Wagner dépasse celle des autres auteurs de son siècle : de la hauteur d’une montagne. »

— Romain Rolland

Photos : DR

Lengadoc-info.com, 2019, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

Vous pouvez regarder également

Nadau en concert ce soir à Aimargues

Le comité des fêtes de la ville d’Aimargues accueille en concert le groupe Nadau. Le …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.